Norman's mum Norman’s mum 17 juillet 2019 13:13

C’est non sans une certaine appréhension que je livre ici, pour la première fois, mon témoignage, sachant bien qu’une horde d’escrocs, de racailles, avec au premier rang un vaurien, un incapable, un dépravé, un matricide qui m’est bien familier et familial, va tourner en dérision mes innocentes confidences...

Je suis une surdouée. Une surdouée incomprise et non détectée, la faute à la fatalité.

Mais jugez plutôt ces éléments factuels : j’ai commencé à me frotter la vulve dès l’âge de 8 ans, démangeaisons anodines qui allaient me faire découvrir un univers chatoyant aux mille délices. Bien évidemment le corps enseignant me jugeât impudique et je fus expédiée au couvent où, deuxième signe, sœur Marguerite me confirmât mon statut de surdouée...je dispose encore du certificat qu’elle me délivrât de ses doigts de fée, oh mon Dieu, encooooooore... ! je peux montrer le bout de Sopalin imprégné de cyprine séchée à qui veut le voir, voire le sentir...

Très jeune je fus attirée par les combats de catchs, je misais sur mes petits poulains, tout émoustillée par ces carrures athlétiques dont les ruades me faisaient vibrer de plaisir...n’est-ce pas un autre signe.. ?

Tout comme je pourrais, pour éliminer définitivement tous les doutes, recenser certaines juvéniles fréquentations, telle Monique Blasmard, qui deviendra célèbre en accouchant de quadruplés pendant un saut en parachute...

Hélas, je fus une surdouée mal entourée, une perle rare noyée dans une cuvette sanitaire...vous connaissez la suite, un mariage funèbre suivi d’un enfantement fatal, ma mort sous le joug d’un abject matricide, recluse au fond d’une cave humide où mes ossements s’effritent sous les assauts des asticots...

Nonobstant je garde la pêche, je ne me laisse pas abattre, comme on disait dans la famille Kennedy...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe