maQiavel maQiavel 12 juin 13:01

Il y’a quelque chose que je commence à peine à comprendre : à partir du moment ou des individus luttent radicalement contre une idéologie qu’ils répugnent mais à un niveau paroxystique comme s’ils avaient affaire à une maladie mortelle ultra contagieuse ou à une sorte de gaz empoisonnée qui a vocation à se répandre dans la société , il y’a une logique qui se déploie. Lorsque ces individus rencontrent des gens qui ne font pas de cette lutte leur priorité mais qu’en plus , ils ont tenu des propos qui ne disqualifient pas les agents qui sont prétendument porteur de cette toxicité mortelle , contagieuse et purulente , immédiatement se pose sur eux le soupçon de l’ambiguïté , de l’hypocrisie , de la complaisance , de la connivence , de la naïveté , de la bêtise etc. Et peu importe la façon dont se défendront ceux qui sont soupçonnés, ça ne changera rien à moins qu’ils se convertissent à cette lutte pour montrer patte blanche ( et encore , ça peut ne pas être suffisant).


Les intervenants dans cette vidéo discutent pendant 20 minutes du terme « résistant » , c’est quelque chose que j’aurais trouvé complètement aberrant il y’a pas si longtemps , tout simplement parce que lorsque j’entends EC dire , je paraphrase « Soral résiste aux guerres et à la prédation financière , c’est un résistant » , je comprends littéralement son propos , à savoir que du fait de sa résistance à des guerres impériales et à la finance , Soral est un résistant dans le sens de « celui qui résiste » à ces éléments , ça ne veut pas dire qu’être résistant est un statut social , que Soral résiste à tout , que tout ce que Soral fait est bon ou qu’il doit être suivi , ça veut tout simplement dire ce que ça veut dire et cette prise de tête sur l’usage de ce mot m’aurait abasourdi. Mais ces gens qui luttent radicalement contre le fascisme comme s’ils luttaient contre un virus Ebola puissance dix , ce n’est pas ce qu’ils entendent et ce n’est pas la façon dont ils l’interprètent : le mot « résistance » a pour eux une énorme charge affective et symbolique , quand on rajoute le fait que ce mot soit associé à un propagateur du virus qu’ils combattent (Soral ) , et qu’il est prononcé par une personne qu’ils jugent déjà ambigu ( Chouard ) , ça donne naissance à tout un contexte qui fait qu’à leurs oreilles , ce mot a un tout autre sens. Etienne peut toujours s’expliquer sur l’usage de ce mot mais à leurs yeux , le mal est fait.


De là , lorsqu’ils disent qu’EC est un confusionniste , ce n’est pas contrairement à ce qu’ils prétendent qu’EC est intrinsèquement confus , d’ailleurs beaucoup de gens le comprennent très bien et sans aucune difficulté , c’est plutôt qu’eux l’entendent confusément parce qu’ils perçoivent des choses nauséabondes qui grouillent autour de sa personne qui leur donne cette impression de flou. Ainsi , lorsqu’Etienne s’exprime , même en ayant des propos tout à fait banaux , ça leur donne systématiquement l’impression que son propos est brumeux, simplement parce qu’ils l’associent à un contexte :  celui d’un EC ambigu qui aurait de la complaisance pour le fascisme , qui participe à la diffusion du fascisme par bêtise ou duplicité et qui a tenu d’autres propos qu’ils jugent condamnables. En bref , ce n’est pas EC qui est confus , c’est leur perception du paradigme d’EC qui est confuse.


C’est tout une logique qui se déploie et qui peut sembler très étrange quand on observe de l’extérieur , j’ai souvent pensé à cause de ça que les antifas et assimilés étaient soit des débiles mentaux , soit des agents subversifs conscient de leurs actes mais non , il faut essayer de se placer dans leur perspective pour comprendre leur logique.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe