sls0 sls0 30 avril 19:09

@Belenos
Oui, je connais l’histoire.
Je suis assez stats et ça fait du bien ces piqures de rappel.
J’emploie R pour les stats, il est puissant et surtout il y a une multitude d’outils pour contrôler les corrélations.
Je suis à la retraite maintenant, j’ai plus de temps je peux passer du mode de pensée instinctif au mode analytique au moindre doute.
On doute plus facilement des autres que de soi, ce qui implique que l’on doit plus contrôler ses arguments du fait de ce biais.
J’ai eu une vie professionnelle considéré comme " un expert" une somme de connaissances qui fait que l’on fonctionne assez souvent à l’instinct, un rappel de déjà vu. Mais dans un environnement où il est obligatoire de se contrôler ou se faire contrôler.
Suite à l’accident nucléaire de TMI aux USA, il y en a eu des études sur le facteur humain. Résultat, pas un humain prend une décision dans le feu de l’action, il y a les automatismes pour mise en condition de sûreté et l’homme applique des procédures réfléchies et analysées avant.
Dans l’heure suivant un incident à stress, on a 70% de chance de faire la mauvaise manip par manque d’analyse et de vue d’ensemble.
Ces études ont été faites avec des sujets ayant les connaissances. 70% quand même. Il y a des simulateurs qui permettent de mettre en conditions d’accident ou incident. Les opérateurs avec tout leur savoir sortent humbles après le simu.
En condition de stress on est pas fiable. Dans la vie de tout les jours, c’est mieux mais pas merveilleux.
Donner un avis, si on se trompe c’est pas grave. Quand on délivre un message ça peut devenir grave.
Dans nos arguments, nos biais sont les maillons faibles, on doit donc trouver la faille de notre argument.
C’est un peu la méthode scientifique qui est la parade.
Comme on peut voir dans la vidéo de 8m ci-dessous, elle n’est pas sans problème.
https://youtu.be/fCEeNo3j6dM


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe