sls0 sls0 30 avril 16:06

@Belenos
Les tuyaux en plomb :
Pendant longtemps c’était les seuls qu’on savait faire.
Ils avaient une durée de vie extraordinaire. Les tuyaux on les remplace que lorsqu’ils fuient. L’installation s’est faite sur plus de 1000 ans à certains endroits et c’est à la main que l’on creusait.
La toxicité était connue depuis des siècles, mais pas de problème si l’eau ne stagne pas.
La peinture au plomb c’était aussi une peinture antirouille excellente. Elle avait un gout sucré qui attirait les jeunes enfants.
Quand la fonte est arrivée elle a remplacé le plomb pour les grosses dimensions. Le neuf et le remplacement en cas de fuite avec de la fonte.
C’est toujours à la main que ça se faisait.
C’est seulement avec la démocratisation des pelles mécaniques que l’on a pu envisager un remplacement systématique d’un réseau vieux de plusieurs siècles.
Sans la mécanisation, celui qui préconisait de tout remplacer on lui donnait une pelle pour qu’il explique comment faire.
Il y avait un consensus vis à vis de la toxicité de l’eau potable stagnante dans les tuyaux de plomb, mais il y avait aussi un consensus vis à vis du manque de mécanisation pour permettre le remplacement.
A Londres où le réseau potable était lamentable au 19ème siècles il y a eu des morts du choléra en pagaille. Un choix à faire, un risque potentiel de saturnisme où il y a de l’eau stagnante ou le choléra.

De ma jeunesse je me rappelle du risque du bout de réseau pour le saturnisme. Un risque connu et mesurable. La parade était de faire couler l’eau le temps de rincer le circuit.
Le saturnisme touchait surtout les couches défavorisées culturellement qui ignoraient ce problème. Chez moi, il était d’usage de laisser couler l’eau avant de s’en servir. Il y avait aussi une pompe relié à un puit et une autre à une citerne d’eau de pluie.

Le consensus tuyau de plomb c’était suite à un choix, Londres ou faire couler l’eau le temps de rincer l’eau stagnante.
Pendant longtemps le yaka fokon on lui donnait une pelle jusqu’au jour où il est revenu avec une pelle mécanique. On a eu les moyens de remplacer le plomb.

La peinture au plomb est interdite depuis 1949 dans les bâtiments. Elle a été vendu jusque dans les années 70 et c’est seulement dans les années 90 qu’elle a disparue. C’est pas tout d’interdire, il faut trouver pour remplacer. Je me rappelle d’une excellente peinture qui servait pour protéger l’intérieur des paliers turbine, après 20 ans de recherches l’équivalent était une merde qui bouchait les filtres.
Elle résistait même aux huiles hydrauliques hautes température. Là l’huile est beaucoup plus toxique que le plomb.
Une grosse dérive sur le plomb par rapport au vaccin mais qui démontre que la solution n’est pas binaire. A l’époque celui qui ne prenait pas les précaution "plomb" prenait des risques souvent par ignorance.
Celui qui ne voulait pas être alimenté par un circuit plomb il lui restait la solution Londres avec ses pompes parfois alimentées par les égouts.

Pour Londres, la cause a été trouvé par un médecin aimant les stats et la géolocalisation.
Les stats, bien faites sont d’une aide efficace. Il ne faut pas confondre corrélations et causes.
En France pour le saturnisme c’est les stats qui géolocalisaient les zones à risques, où il fallait intervenir.
Chez moi pas de plomb pour l’eau potable mais une zone à 40km où il y a des maladies "plomb". Encore les stats qui ont mis le doigt sur une usine de batteries au plomb.

Les stats bien faites sont un très bon outil, au niveau mondial c’est l’OMS qui récupère toutes les données. J’ai tendance à leur faire confiance, elle a quand même éradiqué quelques saloperies de maladies via la vaccination.
Je suis assez vieux pour avoir connu des gens qui ont eu la polio, ça saccage quand même la vie. Ca ne tue pas mais avoir une vie à la Quasimodo il y a mieux.

Si vous voulez vous torturer les boyaux de la tête avec la causalité, il y a la thèse de doctorat de philosophie d’Isabelle Drouet qui est en ligne. Après on est un peu plus précis avec les termes : cause, corrélation, ect.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe