PumTchak PumTchak 15 mars 10:01

J’ai vu la vidéo.

Il y a toujours cette inquiétude latente en début d’échange avec ce faux calme : on a envie de l’aider à se retenir, de peur qu’il n’explose.

Didier Maïsto, était sur des charbons ardents durant le premier tiers de l’émission, avant qu’il ne se relâche.

E. Chouard est souvent perturbant, car les protagonistes croient pouvoir poser la base d’un débat, mais il s’en fout de la dalle du sol et de la baraque, il emmène tout le monde explorer les fondations.

Sur le RIC et la constitution, Régis de Castelnau est à l’aise, c’est son rayon et sa compétence est notoire. Sauf qu’il situe sa réflexion au niveau de la souveraineté nationale et des représentants qui l’exercent, alors que Chouard parle de souveraineté populaire, avec le 1 + 1 + 1..., chacun citoyen ayant une fraction de celle ci. 

C’est à la fois grisant et angoissant. Ce n’est pas "La France et ce qu’on en pense", c’est "Le pays est à nous et comment on fait". On n’est pas du tout sur le même registre de réflexion et il y a une vraie émotion à l’appréhender.

On le voit en fin d’émission, il y a une sorte d’impression qu’il s’est passé un truc inhabituel.

Et bravo à Didier Maïsto, d’avoir invité Chouard à venir toutes les semaines, c’est courageux de sa part.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe