Norman Bates Norman Bates 11 mars 17:22

Quant au "gros Alfred", ce cinéaste aux idées bizarres, c’est évidemment ma regrettable mère qui lui a vendu le scénario avec cette fin absolument pittoresque où l’accusée se disculpe avec un alibi aussi imparable que débile...

"C’est pas moi, je n’existe pas..."

Et les gens la croient.. !


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe