Joe Chip Joe Chip 15 septembre 2018 14:12

@Perre Sanders

Je m’en fous à partir du moment où vous utilisez les termes dans le sens qui vous convient.

Il sait, et les Hongrois aussi, que le PIB/hab de la Hongrie a passé de 7800 dollars en 1999 à 28900 dollars en 2017

Voilà, c’est exactement ce que je disais. Tout le reste, c’est de la littérature. Pour le moment Merkel et ses alliés conservateurs sont encore dans la complaisance vis à vis des pays de l’est car ils contribuent à la profondeur stratégique et à la puissance du modèle exportateur allemand. On insiste tellement sur l’immigration qu’on oublie de mentionner le volet géopolitique de la doctrine Orban qui prévoit à l’horizon 2030 une montée en puissance technologique et économique de l’Europe Centrale sous influence hongroise (ce qu’il nomme dans ses discours "développement du bassin des Carpates", c’est à dire les zones limitrophes où vivent des minorités magyarophes auxquelles la Hongrie a massivement octroyé la nationalité hongroise depuis quelques années) et un déplacement global du centre de gravité à l’Est du continent, entre l’Allemagne et les pays d’Europe Centrale et de l’Est alors qu’il se situe actuellement à l’Ouest, entre la France et l’Allemagne. 

Il y a même dans son programme des revendications irrédentistes qui remontent à de vieux griefs de la première guerre mondiale :

https://www.breizh-info.com/2018/08/04/100363/orban-hongrie-visegrad

Ce n’est d’ailleurs pas par hasard s’il vient livrer chaque année son discours programmatique dans une zone magyarophone de Roumanie. Orban parle d’Europe, mais c’est un petit Erdogan des Carpates qui nourrit son propre rêve de renaissance magyare.

L’autre axe de la politique d’Orban passe donc par la déconstruction inéluctable de la relation franco-allemande au profit de la constitution d’un pôle de conservateurs continentaux structurés autour du refus de l’immigration, de ce qu’il appelle la "démocratie chrétienne" et - autre point soigneusement enfoui dans son programme - l’édification d’un nouveau mur de Berlin par les Américains... en Ukraine ! 

Orban - qui a été un atlantiste virulent dans sa jeunesse - est un politicien rationnel qui reste conscient que ses projets nationalistes sont conditionnés au maintien - et au déplacement à l’est - des bases américaines et de l’OTAN. Il anticipe d’ailleurs un conflit inévitable entre les USA et la Russie :  

https://www.tvlibertes.com/2018/09/13/25730/zoom-viktor-orban-veut-remplacer-elites-de-68

Sa stratégie pourrait donc être qualifiée de "nationaliste opportuniste"" puisqu’elle repose sur la capacité de la Hongrie à tirer son épingle du jeu des conflits opposants les nations continentales (USA, Russie, Chine) sur la grande carte géopolitique. Le discours en apparence pro-européen d’Orban et sa volonté de se présenter en héros continental des "valeurs" conservatrice n’est qu’un écran de fumée pour obtenir le soutien de l’électorat des pays occidentaux excédés par l’immigration de masse et fragiliser politiquement les dirigeants de ces pays sur la scène européenne.  

Et il risque de toute façon de se heurter à une fin de non recevoir de la part des conservateurs allemands - le vote symbolique du Parlement est un premier avertissement - qui n’iront pas jusqu’à risquer la rupture avec la France, quand bien même elle serait incarnée par un néofédéraliste comme Macron. L’Allemagne est redevenue un géant économique mais elle doit (ou devra) encore pouvoir se reposer politiquement sur la France durant la prochaine décennie.  

Mais qu’est-ce qu’il restera des conservateur allemands - et du PPE - au soir du 26 mai 2019 ?

Les conservateurs allemands dominent le parlement depuis deux décennies et occupent tous les postes importants au sein de l’Union, et c’est un "européiste" qui vous le dit :

http://bruxelles.blogs.liberation.fr/2018/09/10/une-allemagne-europeenne-dans-une-europe-allemande/

La stratégie contestataire de l’AFD et des européens eurospectiques (pour suivre votre logique) ne peut pas fonctionner sans le soutien de la droite allemande, c’est juste un fait.  

A partir du là, vous êtes libre de croire qu’Orban est un superman de droite venant au secours des pauvres peuples européens contre l’armée des migrants de Soros smiley 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe