Perre Sanders 14 septembre 2018 21:11

@Joe Chip

"Mais on s’en fout des mots comme "eurosceptique" ou "européiste". Orban a t-il oui ou non mis l’option de la sortie de l’UE sur la table ?"

Vous peut-être, moi pas. Pour moi, un eurosceptique, c’est quelqu’un qui sait que l’Europe connaît de graves dysfonctionnements, mais qui se respecte la volonté de son peuple, tandis que celui qui pose l’option sortie sur la table, pisse contre le vent, et stagne à 1 % dans les intentions de vote, en compagnie de Philippot.

"Orban n’a jamais eu l’intention de sortir de l’UE ni même d’en faire évoluer la forme actuelle car il sait que son pays est structurellement dépendant de l’UE et de l’Allemagne. "

Il sait, et les Hongrois aussi, que le PIB/hab de la Hongrie a passé de 7800 dollars en 1999 à 28900 dollars en 2017

"C’est pourquoi son pari politique reposait sur le soutien sans faille des conservateurs allemands, sans lesquels il ne représente rien. Ce n’est pas difficile à comprendre."

Mais qu’est-ce qu’il restera des conservateur allemands - et du PPE - au soir du 26 mai 2019 ? Avant cela que feront les conservateurs allemands, si l’AfD leur fait perdre la majorité absolue lors des élections bavaroises du 14 octobre ? Et après cela, que se passera-t-il lors du Conseil européen de décembre où ne peuvent être prises que des décisions à l’unanimité ?

Moi, je n’ai pas de réponse, vous, vous répondrez que vous vous en foutez, et on en restera là



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe