ZardoZ ZardoZ 21 juin 2018 14:25

@jaCouille,

La chute d’un corps de 6 m de haut équivaut donc à projeter ce même corps à près de 40 km/h contre un mur en béton.

« Lorsque l’on tombe de trois mètres et que l’on s’accroche à une barre, située donc trois mètres plus bas que le départ de la chute, l’énergie doit être encaissée par le travail mécanique exercé par les bras. Si le dépliement des bras au cours de l’arrêt se fait sur une longueur de 1 m, les bras doivent supporter quatre fois le poids du corps. Si ce dépliement se fait sur une longueur de 50 cm, les bras au cours de l’arrêt de la chute sept fois le poids du corps. Le tout sans que les mains glissent. C’est un peu ce que font les gymnastes aux barres fixes.
Si la chute est d’une hauteur de 6 mètres, et selon l’amplitude du dépliement des bras au cours de l’arrêt, 1 mètre ou 0.5 mètre, la force encaissée par les bras est de 7 fois le poids du corps, ou 13 fois le poids du corps. »

Conclusion : la version officielle est donc scientifiquement impossible. L’enfant ne peut en aucun cas être tombé d’une hauteur de 6 m et s’être rattrapé à la rambarde, c’est mathématiquement et physiquement impossible, ses bras et ses mains n’auraient pas survécu à l’impact. Macron tient donc son Théo. Florence Vivès. »


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe