Gizzle 12 septembre 02:43

@pegase

Des abris faits de brics et de brocs ?!
L’inculture et le mépris de certains est vraiment affligeant.

J’ai vécu l’ouragan Hugo de force 4 en 1989, je n’avais que 4 ans et pourtant cela m’a marqué. Les poteaux électriques en béton armé (oui, en Guadeloupe, on connaissait déjà le béton armé en 89 smiley ) étaient pliés en deux. Autour de ceux qui avaient résisté, les feuilles de tôles s’y étaient enroulées comme des nœuds papillon, des arbres centenaires étaient déracinés.
Irma était de force 5 !!!

"C’est bien connu, les pilotes d’avions de ligne aiment voler dans la tempête "

Un ouragan ne dure qu’une journée. 5 jours après, il n’y avait toujours pas de pont aérien sérieux. SxM et SxB se trouvant au Nord-Ouest de la Guadeloupe, Irma était déjà bien loin, donc oui, un pont aérien était possible. Comment d’après vous la ministre et BFM s’y sont rendus ? Téléportation ?

Les îles du Nord (SxM et SxB) font parties de l’archipel Guadeloupéen, donc l’aide vient principalement de la Guadeloupe et non depuis 8000Km. Je vous rappelle qu’il y a une base militaire en Guadeloupe, et c’est d’ailleurs en avion militaire qu’est partie la Ministre à SxM.

Le problème c’est le Gouvernement qui n’a pas su gérer la crise. La Guadeloupe a envoyé des denrées au lendemain d’Irma. Ces denrées sont encore sur les quais du port, car l’Etat n’a prévu aucune logistique pour la distribution. La solidarité est là au niveau citoyen, mais une distribution à cette échelle et dans ces conditions, ne peut être qu’étatique. Les associations ayant récolté les dons prévoient de faire la distribution eux-même puisque rien ne semble bouger, et cela met les Guadeloupéens très en colère de savoir que malgré l’aide apportée, les St-Martinois sont toujours dans la détresse.

Donc, pendant que vous critiquez depuis votre ordinateur en attendant que des preuves et des vidéos vous tombent directement dans le bec, sans jamais vivre un jour l’oeil d’un cyclone, vos concitoyens outre-atlantiques sont abandonnés à leur propre sort.

Et de plus, le manque d’information et d’encadrement crée une hystérie quand la St-Martinoise et son bébé se voit refuser le rapatriement en Guadeloupe du fait de sa couleur de peau.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe