Gizzle 11 septembre 21:47

@Jean-Pierre Llabrés
Bonjour,
je suis un simple visiteur assez assidu de ce site, mais étant originaire de la Guadeloupe et ayant des amis qui ont frôlé la mort à St Martin, je ne pouvais pas laisser cela passer.

J’aimerais vous voir à leur place : Vous vous pensez en sécurité et en pleine nuit, le toit de votre maison se fait la malle, vous devez lutter pour votre vie avec des vents de près de 300Km/h, submergé par l’eau, tout en esquivant les feuilles de tôles et les troncs d’arbres déracinés.
Enfin arrive un moment de répit avec l’accalmie... vous faites l’état des lieux : tout est à moitié détruit ; Pas le temps de tout réparer que la deuxième phase, plus violente, finit le travail de destruction. Et là, vous perdez tout, vos stocks sont inutilisables. Vous avez des enfants dont un nourrisson et vous ne savez même pas qu’un deuxième ouragan arrive.
Alors mon cher monsieur, dans une situation où seule la survie, non pas la vôtre, mais celle de vos enfants, ne compte, accepteriez-vous de vous faire tirer à vue dans une épicerie par l’armée que vous avez payé grassement avec vos impôts, prétextant que c’est du vol ?

Avant de faire ce genre de remarque, il faudrait déjà vivre cette expérience. Et je peux vous dire que beaucoup de métropolitains décident de rentrer définitivement en France après avoir vécu l’œil d’un seul cyclone. Nous, c’est chaque année de mi-août à fin septembre que nous nous y risquons, et heureusement que cela n’arrive pas souvent qu’on se le prenne de plein fouet.

Ne vous arrêtez surtout pas ce que BFM (et les autres) raconte, qui sous prétexte de buzz, semble découvrir l’existence des ouragans aux Antilles. Car même si St Martin est une petite île, les pillages n’y sont pas généralisés. Il y a des quartiers qui ont l’électricité et Internet (ce dernier n’est, cela dit, pas très stable). Ils sont sécurisés par les habitants mêmes et il y a beaucoup d’entre-aide. Personnellement, j’ai pu avoir des nouvelles de mes amis Guadeloupéens grâce aux réseaux sociaux, et notamment Whatsapp (messages, audios, vidéos de là-bas), ils vont bien et ne sont rentrés en Guadeloupe QUE dimanche ! Mes amis Saint Martinois, qui eux, n’ont pas tous de la famille et un pied-à-terre en Guadeloupe, manquent cruellement d’eau et de nourriture. Et pendant que la Ministre de l’Outre-Mer et toute sa délégation se pavanent à St Martin, ayant pris l’avion (35 à 45min de vol), les secours y vont par bateau (13h de traversée, post-cyclone avec des creux de 8m), et parfois même sont oubliés à l’aéroport de Point-à-Pitre quand c’est par avion (témoignage audio du 08/09 d’une jeune femme du SAMU qui dénonçait un gros manque d’organisation et de moyens).

Nous avons l’habitude des catastrophes de ce genre, et des associations ont rapidement mis en place des collectes de dons et de denrées qui ont déjà été expédiés, mais que la population n’a toujours pas reçu, alors que les médias nationaux et le gouvernement racontent que tout va bien dans le meilleur des mondes (sûrement que pour les "Expatriés" car la Guadeloupe n’est pas la France selon le prophète Macron, mais ça c’est un autre débat).

Par contre, l’activité économique de St Barth a, semble-t-il, repris... Est-ce parce qu’elle est peuplée de milliardaires et de millionnaires ? On dit que St Barth n’a pas été aussi touché que St Martin, mais quand on sait que Irma fait la taille de la France, et que St Barth n’est même pas à 10min de bateau de St Martin... Je dis ça, je dis rien...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe