juanyves juanyves 9 février 22:04

Après avoir relu avec attention l’interview, quelques points me paraissent importants à souligner sans plus entrer dans les détails que les boutonneux de la cour de récré s’empresseront de nous faire part.
Sa longue diatribe sur l’histoire n’est probablement pas innocente vu qu’elle s’adresse à un peuple qui n’a pas d’histoire et n’a aucune culture historique ou géographique. Elle rappelle qu’aucun empire n’est immortel, que les frontières fluctuent toujours au gré du temps, que les temps changent tout le temps, que ce n’est pas fini et que la négociation sera sur une redéfinition des frontières établies provisoirement après la WWII.
Néanmoins, l’interview tourne continuellement autour de sa désillusion par rapport à l’Occident. Il revient continuellement sur tous les manquements à la parole donnée, sur les humiliations qu’il a continuellement reçues malgré toutes les bonnes volontés dont il a fait preuve. En gros, il exprime, avec éducation, qu’il s’est fait avoir et qu’on s’est foutu de sa gueule, un nombre incalculable de fois. Son ressentiment est grand. Il laisse très clair que c’est fini, qu’on ne le prendra plus pour un con. En clair, il y aura négociation sur la base de ses exigences laissées claire par son introduction historique. Rappel sur ce qu’il dit au sujet du journaliste/espion incarcéré, sur le retrait des troupes russes de Kiev, sur demande de la France et l’Allemagne comme signe de bonne volonté (la suite Boutcha et fin des négociations), Minsk, Nord Stream, bouclier antimissiles dirigés sur l’Iran (? ??).
Il laisse très clair que trop d’hypocrisies et de forfaitures, c’est trop, et que le futur sera différent. Ne nous y trompons pas, il a dit très clairement ce à quoi il fallait s’attendre : on ne le prendrait plus pour un con et on ne le tromperait plus, les pions gagnants, c’est lui qui les a.

Sur les Nord Stream, il a été très clair, ce sont les US et quand Tucker lui demande s’il a des preuves et s’il peut les donner, il dit :
Vladimir Poutine : Dans la guerre de propagande, il est très difficile de vaincre les États-Unis, car ils contrôlent tous les médias du monde et de nombreux médias européens. Les bénéficiaires ultimes des plus grands médias européens sont les institutions financières américaines. Vous ne le savez pas ? Il est donc possible de s’impliquer dans ce travail, mais les coûts sont pour ainsi dire prohibitifs. Nous pouvons simplement braquer les projecteurs sur nos sources d’information et nous n’obtiendrons pas de résultats. Le monde entier sait ce qui s’est passé à l’époque. Même les analystes américains en parlent directement. C’est vrai.
En clair ça ne sert à rien vu que tout le monde sait qui l’a fait et donner des preuves signifie "braquer les projecteurs sur nos sources d’information"

ce qui n’est certainement pas souhaitable pour ces sources qui continuent à fonctionner.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe