jeudi 7 novembre - par Vulgus

Les Grecs ont-ils cru en leurs mythes ? (Manon Bril & Hygiène Mentale)

Toutes les histoires mettant en scène des créatures et des héros mythologiques nous ont émerveillés étant enfant. Aujourd’hui, on se doute bien que Thésée n’a sans doute pas rencontré le Minotaure, qu'Ulysse n’a pas vraiment dit qu’il s’appelait Personne à un Cyclope et qu'Hercule n’a pas vraiment enchaîné un chien à trois têtes à la fin de ses Douze Travaux.

Mais les Grecs, eux, croyaient-ils réellement à ces mythes ? En s’appuyant notamment sur un livre de Paul Veyne, Manon va nous démontrer que la réponse n’est… pas si simple. Le scepticisme de certains historiens de l’époque réveillera d’ailleurs l’esprit critique de Christophe qui s’empressera de trouver une comparaison plus contemporaine.

Présentation du programme Le Vortex :

Quand des vulgarisateurs et vulgarisatrices scientifiques se retrouvent à vivre ensemble, impossible d’éviter les débats passionnés. Puisque dans les sciences et la culture, les différentes thématiques s’entrechoquent, ils se mêlent ici de ce qui les regarde (ou presque) et parlent de ce qui leur tient à cœur tout en veillant à garder de l’eau chaude pour les autres.



6 réactions


  • Étirév 7 novembre 11:15

    Toute la mythologie faite par les grecs avait pour but de cacher le rôle de la femme et de mettre l’homme partout.

    Rappelons que Hemœra est une Déesse dont le nom et l’histoire remplissaient l’Europe, et qui joua un grand rôle en Grèce et particulièrement dans l’ancienne Achaïe.

    La mythologie c’est l’histoire primitive masculinisée.

    Le nom d’Hemœra masculinisé est devenu Homère. Fabre d’Olivet nous apprend ceci :

    « Le nom d’Homère n’est pas grec d’origine et n’a point signifié, comme on l’a dit, aveugle. La lettre initiale O n’est point une négation, mais un article (ho) ajouté au mot phénicien mœra, qui signifie au propre un foyer de lumière et au figuré un Maître, un Docteur  » (Vers dorés, p. 73).

    Mais le mot mœra est féminin, et c’est l’article féminin he (la) qui le précédait. Ce nom alors était Hemœra.

    Il est facile de comprendre comment le nom fut altéré : en voulant le masculiniser, on remplaça l’article féminin He par l’article masculin Ho, et Hemœra devint alors Homeros. Ce fut tout simplement un changement de genre pour consacrer un changement de sexe. Donc, c’est par antithèse que de mœra, lumière, voyance, on fait d’Homère un aveugle.

    La mythologie c’est l’histoire primitive masculinisée.

    LaGrèce antique


    • Zip_N 7 novembre 16:14

      @Étirév

      "La mythologie c’est l’histoire primitive masculinisée."

      Le mythe actuel de la création est moins romantique que celui des grecs. Masculinisé me fait penser à Aurélien Barrau, le nouvel Ulysse quand il conte "l’histoire" primitif de l’univers : le big bang est une une tête d’épingle, composée de quoi ? De rien, parce que de quelque chose créerai son passé. Une tête d’épingle pour définir l’univers, Si vous y arrivez, prenez une tête d’épingle composé de rien du tout et voyez par vous même. Le rien du big bang s’appelle une tête d’épingle. C’est risible.


    • Zip_N 7 novembre 16:16

      @Zip_N

      Le lien avant le big-bang

      Ulysse revient.


    • Super Cochon 7 novembre 22:07

      @Étirév
      .

      Pauvre ignorant ! ......... c’est s’en doute pour ça que la Déesse Athéna à été choisi par les habitants qui donnèrent le nom de leurs ville à cette même divinité féminine "Athènes" !


    • Zip_N 9 novembre 14:17

      Avec Zeus pour origine imaginons que le big bang est un tonnerre (force des nuages). Avec le big bang expliqué par Aurélien Barrau imaginez qu’avant le tonnerre il y a rien du tout, même pas un nuage. Vous y arrivez ?

      Barrau ressemble aussi à de la mythologie, certain y croient d’autre non.


  • Zip_N 7 novembre 12:55

    Faut il croire en ceux qui veulent changer le climat ? Est-ce de la mythologie ? Aujourd’hui ceux qui changent la météo et le climat de la terre ont une apparence humaine, ce ne sont pas des extra-terrestres mythologique, si les personnages de la mythologie grecque avaient eu des antennes sur la tête, j’aurais dis d’accord c’est peut-être un mythe, ils ont des cheveux et ils sont pas vert. Du mythe à notre réalité il y a qu’un pas. Zeus c’est Jésus : le contrôle du ciel et de sa météo, une communion. L’odyssée c’est l’évolution du singe à l’homme olympique.


Réagir