mardi 7 mai - par zevengeur

DNDR#03 – Dernières nouvelles du Rock’N’Roll (Beast In Black, Greta Van Fleet, The Struts, Krokus)

Beast In Black

Un nouveau groupe Finlandais d’exception avec Beast In Black, fondé par Anton Kabanen, ex-guitariste de Battle Beast évincé du groupe pour les habituelles « divergences musicales ». On comprend mal la stratégie des autres musiciens, Anton était en effet le compositeur du groupe les ayant menés sur la voie du succès avec deux albums classés numéro 1 en Finlande.

Quoiqu’il en soit, l’homme n’a pas trainé pour remonter un nouveau combo afin de repartir sur de nouvelles bases et force est de constater la réussite totale du projet.
Après un premier album charté dès sa sortie dans sept pays (même en France !) dont 29 semaines de présence au Top 40 Finlandais, le groupe revient avec « From Hell With Love » un album exceptionnel sorti en février 2019 et immédiatement classé dans 9 pays dont un #1 en Finlande et un brillant #6 en Allemagne :

beast_in_black-from_hell_with_love

Le lecteur trépignant d’impatience : « Alors, et la musique dans tout cela ? »
Le chroniqueur bourre sa pipe d’une main sure et poursuit…
Chers lecteurs, si cet album fait l’objet d’une rubrique ici, c’est bien parce que les compositions sont l’un des points forts de ce dernier. En effet, au delà des capacités instrumentales, ce qui fait l’intérêt d’un groupe est bien lié à l’écriture musicale. C’est d’ailleurs en général le premier paramètre du succès commercial, à condition bien entendu que la promotion suive car hélas, combien d’exemples de groupes très talentueux qui végètent par manque de relais, qu’ils soient promotionnels ou médiatiques.

A l’écoute de l’album, on constate immédiatement que Beast In Black a tout pour devenir un super grand. En lisant cela vous êtes sans doute en train d’écouter le hit « Sweet True Lies » mais tout le reste est à la hauteur dans cet opus -tout sauf répétitif- porté par la voix exceptionnelle de leur chanteur d’origine grecque Yannis Papadopoulos.
Mention spéciale à la reprise de Motorhead « Killed by Death » qui se paie le luxe d’être supérieure à l’originale !

Greta Van Fleet

Avec les tous jeunes musiciens de Greta Van Fleet, moyenne d’age 22 ans, voici relancée la polémique d’un nouveau clone de Led Zeppelin. On se souvient des excellents Kingdom Come de la fin des années 80, eux aussi très influencés par la musique du dirigeable qui avaient créé un véritable mélodrame dans la presse rock de l’époque. Aujourd’hui, la dite presse rock ayant quasiment disparue, Manoeuvre en est à écrire ses mémoires, tout le monde a oublié cette tempête dans un verre d’eau !

Profitons en pour rappeler qu’après seulement huit albums, la trop brève carrière de Led Zeppelin fut stoppée nette en 1980 à la suite du décès de leur batteur John Bonham. A l’instar des finlandais d’Hanoi Rocks une dizaine d’années après (Vince Neil je te hais !), le groupe n’a pu poursuivre l’aventure après la disparition de l’un des leurs.

Pour revenir à nos moutons (électriques), il est clair que les membres de Greta Van Fleet ne renient pas leurs influences issues du rock anglais des années 70. Le guitariste Jake Kiszka reconnait en particulier avoir beaucoup écouté Jimmy Page (interview ici). Cependant, même si leur son rappelle indéniablement celle du groupe de Robert Plant, point de plagiat à l’horizon, mais plutôt un groupe de musiciens de grand talent et de plus manifestement doués pour composer des hits planétaires.
Avec des millions de vues sur Youtube et un premier album immédiatement transformé en succès commercial (#3 au Bilboard), le groupe est bien parti pour reprendre le flambeau Zeppelinien.
Si les Greta Van Fleet peuvent contribuer à détourner une part de la jeunesse du rap (beurk) et autres musiques fabriquées de toutes pièces par l’industrie, alors personne ne s’en plaindra !

Album « Anthem of the Peaceful Army« , sorti en octobre 2018 :

GretaVanFleet_AnthemOfThePeacefulArmy

The Struts

Vous allez croire que je suis actionnaire du groupe British « The Struts » car revoilà déjà une nouvelle rubrique sur ces derniers après celle du DNDR #1.
Que nenni, je ne mange pas de ce pain là, j’aurais plutôt tendance dans mes autres articles à pourchasser sans relâche l’oligarchie financière avec ses spéculateurs de tous poils qui parasitent le système !

Voilà donc que les Struts sortent enfin leur second album après une longue attente de quatre années.

Nous sommes bien obligé d’admettre que depuis pas mal de temps en la perfide Albion, le Rock’N’Roll n’est pas en grande forme.
Alors que les groupes british des années 70 régnaient sur le monde, force est de constater qu’au XXIe siècle, peu de jeunes groupes ont repris le flambeau mis à part peut être The Darkness dont le succès commercial fulgurant de leur premier opus a bien failli avoir leur peau.

Les Struts sont aujourd’hui le meilleur candidat de sa majesté pour devenir le prochain combo mainstream. Il y en a d’ailleurs d’autres dont je réserve la primeur pour de prochains épisodes de cette rubrique.

Excellents compositeurs, énorme charisme, Rock’N’Roll attitude, les Struts ont tout pour réussir.
Je prends les paris on en reparle dans quelques années, ces jeunes gens vont conquérir la planète !

Album « Young & Dangerous« , sorti en octobre 2018 :

Krokus

Le groupe suisse (site ici) qui fut le plus gros vendeur national de disques à l’exportation avec une dizaine de millions de galettes écoulées possède une longue carrière débutée en 1975, 18 albums studio plus tard, le choc !
On apprend que le groupe décide de raccrocher en 2019 avec une tournée d’adieu intitulée « Adios Amigos World Tour »…
(Vite mes sels !)

Parfois comparée à AC/DC, la musique du groupe est à mon sens bien meilleure que celle des australiens, le chanteur Marc Storace est d’un niveau largement supérieur à Brian Johnson et serait plus à mettre en parallèle avec le regretté Bon Scott.

Quant à la performance scénique, elle est tout simplement éblouissante. Le combo est sans aucun doute l’un des meilleurs groupes de scène de tous les temps, et je pèse mes mots.
Il me souvient d’un festival en 2003 à Mont Soleil en Suisse romande où le groupe jouait en ouverture de Gotthard. Dès les premières minutes, il fut clair que cela allait être un énorme concert, son parfait, musiciens en symbiose totale avec le public sous une température estivale idéale.
La vidéo en liminaire de ce post fait d’ailleurs partie de cette fameuse tournée 2003 en promotion de l’exceptionnel album « Rock The Block » de la reformation du line-up original entré directement numéro 1 dans les charts suisses. Le groupe joue à la perfection avec le fabuleux guitariste fondateur Fernando Von Arb qui donne la réplique au non moins excellent Dominique Favez, le tout propulsé par la section rythmique de Tony Castell et Patrick Aeby.

Pour ceux qui n’ont pas eu la chance de voir Krokus durant leur longue carrière, ruez vous sur l’une des dates suisses (*) de 2019 comme par exemple celle du festival Sion sous les étoiles le 13 juillet où l’affiche est des plus exceptionnelles. En effet, Krokus sera accompagné des légendaires Status Quo, de Gotthard le groupe de Hard Rock Suisse -superstar dans son pays- et des danois de Pretty Maids.
Attention cependant à ne pas vous tromper de jour car sinon vous aurez droit à des trucs français « craignos ». Nous sommes en effet les seuls au monde à savoir produire de telles horreurs musicales à part peut être en Corée du nord, et encore je n’en suis pas certain !

(*) Honte à Ben Barbeau pour ne pas les avoir invités au Hellfest 2019 !

Play It Loud

Les bons conseils de tonton Ozzy

C’est tout pour aujourd’hui,
Amies Rockeuses, amis Rockeurs, portez vous bien et la suite au prochain numéro ! (*)

(*) Merci à l’excellent Hugo Lisoir à qui j’ai emprunté quelques idées pour le format de cette rubrique.

Numéro précédent : DNDR#2

Lien sur l'article original.

Liste des posts « Metal » ici.



2 réactions


  • Biscotte Biscotte 8 mai 00:35

    Mon Dieu, ce qu’i ne faut pas lire : « Parfois comparée à AC/DC, la musique du groupe est à mon sens bien meilleure que celle des australiens... »


    On va faire dans l’exemple simple, sur 100 personnes combien seront capables de citer un titre de Krokus, et inversement combien seront le faire avec AC/DC.


    Faudrait apprendre à respecter les légendes, même si à votre sens. 


    Quand au titre glam rock de Beast, c’est gentil, mais Bon Jovi est déjà passé par là, il y a fort longtemps déjà.


    • zevengeur 8 mai 13:48

      @Biscotte

      Les gouts et les couleurs en terme de musique sont tout sauf rationnels !

      Je ne fais pas exception à la règle, et je défends mes positions. Ceci étant, je considère mes arguments recevables même si je dois choquer certains puristes.

      Pour répondre à vos remarques, au sujet de vos 100 personnes, cela évoque simplement l’aspect commercial, pas forcément gage de qualité. Krokus n’est certes pas comparable en terme de ventes (10 millions d’albums contre 200 millions pour les kangourous) mais ils ne sont pas pour autant un groupe de seconde zone.

      Le fond du problème est que vous considérez comme un crime de lèse majesté le fait que je compare les 2 groupes pas à l’avantage du monstre sacré.
      Sachez aussi que Marc Storace fut pressenti en 1980 pour remplacer Bon Scott après son décès, et à nouveau pour le remplacement de B Johnson en 2016 :
      https://www.rockawa.com/Marc-Storace-Krokus-pour-remplacer-Brian-Johnson-au-sein-d-AC-DC_a871.html

      Ensuite, comparer Best In Black à Bon Jovi est un peu abusif, chaque groupe a des influences et embarque un peu d’histoire de la musique dans son patrimoine.

      Bon Jovi à l’époque de son 1er album se faisait aussi accuser de plagier le Hard FM (ex : Journey), car il incorpora des claviers dans son Hard Rock.
      Ensuite, je ne pense pas que l’on puisse classer Jovi dans le glam, ce style a été inventé dans les 70th par les New York Dolls, The Sweet, etc puis revigoré dans les 80th par des groupes comme Poison ou autres Motley Crue.


Réagir