jeudi 23 juin - par Jérémy V. Cigognier

Le Paganisme contemporain dans tous ses états

Réflexions en philosophie païenne. La philosophie, prémisse de l'esprit scientifique, est née dans le paganisme d'ailleurs, et les méthodes scientifiques sont apparues à la Renaissance - de l'esprit païen dans le christianisme, notoirement gréco-romain, suivi quelques siècles plus tard par la celtomanie et la vikingomanie.

 

Beaucoup de visionnages ci-dessous, à retenir dans vos marques-pages et à découvrir quand vous prendez le temps. Mais l'intérêt général est de méditer nos propres valeurs actuelles, au miroir d'une spiritualité ravivée : l'Europe traditionnelle, avant que la tradition monothéiste ne s'en mêle...



7 réactions


  • ged252 24 juin 14:20

    Les païens eux-mêmes ont choisi d’abandonner le paganisme.

    Ils savaient surement de quoi il s’agissait puisqu’ils étaient tous païens et entourés (voir encerclés) de païens.

     Alors qu’aujourd’hui ceux qui se revendiquent païens ne savent pas ce qu’est le paganisme, puisqu’il s’agit d’un tas de religions et de pratiques différentes sans lien entre elles.

    .

    La religion des Gaulois était une religion purement orale, il n’existe pas d’écrit gaulois à propos de leur religion, ils avaient peut-être raison en partie car DIeu est le verbe ; et concernant les Grecs, ils avaient deux cérémonies des mystères, les grands et les petits mystères, à Eleusis. Leur loi interdisait de parler des mystères, on ne saura donc jamais en quoi consistait les mystères. 

    .

    Aussitôt que les européens, les chrétiens donc, ont redécouvert Aristote, vers l’an 1000, ils l’ont étudié et adopté. Au point que la philosophie d’Arsitote est devenue la philosophie de l’église.

    .

    Mais enfin on peur regretter le paganisme, ses sacrifices humains, sa culture de la force virile, ses belles guerres, sa polygamie, ses massacres de masse, son esclavage, ses massacres .., haaaaa c’était le bon temps ..... soupir 


    • Jérémy V. Cigognier Jérémy V. Cigognier 24 juin 14:34

      Il y a eu des conversions forcées, et des massacres de païens par les monothéistes, sans parler du saccage des lieux de cultes païens, ou des lois antipratiques païennes. Le sacrifice humain : c’était essentiellement celui de prisonniers et de condamnés à mort. Quant aux enfants, c’était la mortalité infantile d’époque, vers la naissance comme avant l’âge adulte : on consacrait les cadavres. L’esclavage, les juifs, les chrétiens et les musulmans l’ont allègrement pratiqué. Le premier catholicisme, les arianistes (Wisigoths chrétiens, notamment), s’est construit pendant l’empire, et la féodalité avait le servage. Les musulmans, de tous les monothéistes, sont ceux qui ont commercé le plus d’esclaves. Des pertes historiques, bien entendu qu’il y en eut. Mais cela vaut pour tous et tout. Le monothéisme, à ce titre, fut éradicateur. On ne lui en voudra pas, en ce sens qu’à l’époque, on ne s’embarrassait pas des archives, et de nos jours de toutes façons quand un puissant veut faire disparaître quelque chose il lui arrive de pratiquer la destruction et l’assassinat. Comme si les monothéistes s’en étaient privé. Alors, in fine, tout ce qu’on peut dire, c’est que bon gré mal gré, par la force des choses, pour le meilleur et pour le pire, le monde a été largement monothéisé. Point.


    • Jérémy V. Cigognier Jérémy V. Cigognier 24 juin 16:26

      Et, entre nous, il y avait une vie de l’humanité bien avant nos jours ou les jours monothéistes, infiniment plus, ça se compte en dizaines de millénaires.


  • ged252 24 juin 19:30

    Vous devriez ne passer qu’une vidéo par article, personne sauf les inconditionnels n’iront lire 4 heures de vidéo


  • TchakTchak 24 juin 21:21

    Le paganisme désigne les croyances, divinités et pratiques qui n’étaient pas chrétiennes. C’est un mot qui ne définit donc pas de quoi ça parle. Ça n’a pas de sens de comparer christianisme et paganisme si vous n’indiquez pas ce qu’étaient ces croyances et pratiques.

     

    Rapportez plutôt ce qu’on sait de la religion celte, ensuite vous pouvez faire des comparaisons avec celle chrétienne, au lieu de produire des jugements que ne décrivent en fait que vos valeurs personnelles.

     

    D’autre part, la religion chrétienne s’est répandue en Orient puis en Europe dans des contrées où la servitude et l’esclavage se pratiquaient. Aristote décrivait qu’il y avait des esclaves naturels, ils étaient faits comme ça. La doctrine religieuse considérant que les êtres humains sont égaux devant dieu a contribué, lentement, avec le temps, à faire disparaître ces pratiques. L’Etat civil, ou la reconnaissance des individus en tant que tel est né dans les registres paroissiaux, avant de devenir municipaux. La Reine Bathilde, le Roi Hutin, ont mis fin au commerce et statut des esclaves en pays franc en raison de leur christianisme. Le mariage par consentement mutuel a été imposé par le christianisme (Concile de Trente) : "Voulez-vous…".  La religion a interdit de considérer des habitants de territoires non chrétiens comme des possibles esclaves (la controverse de Valladolid avec la colonisation de l’Amérique).

     

    Je ne suis pas chrétien et j’ai de quoi dénoncer des méfaits de cette religion, notamment d’avoir monopolisé toute spiritualité. Mais sans confronter des faits, on raconte n’importe quoi. Le christianisme est l’une des raisons, peut-être la principale, à l’abolition de l’esclavage, pratiqué depuis des millénaires et à travers diverses contrées de la planète.


Réagir