mercredi 8 janvier - par zendragon

Valérie Bugault : quelles institutions politiques face au Nouvel ordre mondial ?

Valérie Bugault : « personne n'a voté pour créer la BRI ! Le côté caché, c'est l'anonymat des capitaux. Et le côté concerté, c'est la centralisation des banques centrales. »

 

Les raisons cachées du désordre mondial :

Les grands détenteurs de capitaux opèrent à partir de leur quartier général de la City et répartissent leurs forces dans les paradis fiscaux qui ont fleuri aux quatre coins du monde. Les allégeances actuelles fonctionnent sur le modèle de l’hommage-lige féodal, à la réserve près que ces liens de subordination sont occultes. Dans les coulisses, le véritable modèle de nos démocraties modernes est le fonctionnement des mafias.
 
Les «  banquiers-commerçants  » ont construit leur puissance, au fil des siècles, par le contrôle des monnaies et des «  lois  ». D’origine anglo-saxonne, ce système a, sous couvert de «  liberté  », remplacé le modèle de droit continental traditionnel. Les banquiers ont élaboré un archétype mondial de société sans ordre moral via le droit des affaires. Ce «  modèle affairiste  » a phagocyté toutes les branches du droit — y compris les normes comptables —, les «  sciences économiques  », les systèmes monétaires, financiers et institutionnels, nationaux et internationaux.
 
Ce vaste mouvement de prédation, commencé au XVIIIe siècle, a subi plusieurs accélérations sensibles pour finalement s’imposer dans le courant du XXe siècle. Peu à peu, le modèle impérial anglo-saxon génère, partout dans le monde, un glissement vers l’esclavagisme légal. Il ne reste plus aux banquiers-commerçants qu’à parfaire leur œuvre en instituant officiellement un gouvernement mondial, que leurs partisans appellent d’ores et déjà «  nouvel ordre mondial  ».

 

Quelles institutions politiques face au Nouvel ordre mondial ? - Poléco n°244 avec Valérie Bugault

Chaîne officielle TVLibertés, ajoutée le 6 janvier 2020

Face au projet de Nouvel ordre mondial promis par les dirigeants des sociétés occidentales, des voix s'élèvent et proposent une alternative, c'est le cas de Valérie Bugault, docteur en droit, ancien avocat fiscaliste, auteur de "Les raisons cachées du désordre mondial". Elle part d'un constat sans concession :"le régime parlementaire tue la démocratie". Pour rétablir le pouvoir politique des nations, l'auteur propose de mettre fin au principe de séparation des pouvoirs promu par Montesquieu, de rétablir les corps intermédiaires et de libérer la monnaie du joug des banquiers... Valérie Bugault est l'invitée de "Poltique-Eco" !

 

Voilà les raisons du chaos universel ! - Le Zoom avec Valérie Bugault

Chaîne officielle TVLibertés, ajoutée le 22 mai 2019

Docteur en droit, Valérie Bugault publie un ouvrage détonnant :"Les raisons cachées du désordre mondial" chez Sigest. Elle explique comment depuis l'époque des grandes découvertes, les Etats sont peu à peu devenus des coquilles vidées de toute légitimité politique. Car en effet, les démocraties actuelles ne représentent plus les intérêts des peuples mais ceux des grands détenteurs de capitaux basés à la City de Londres et organisés comme des mafias. Mais Valérie Bugaut propose des échappatoires au sombre destin promis par les banquiers. Passionnant !

 

BRI (sur Wikipédia) :

La Banque des règlements internationaux (BRI, en anglais Bank for International Settlements, BIS) est une organisation financière internationale créée en 1930 sous la forme juridique d'une société anonyme, dont les actionnaires sont des banques centrales1. Située à Bâle en Suisse, elle se définit comme étant la « banque des banques centrales » dans son rapport annuel2 ou, par abus de langage, la « banque centrale des banques centrales »3. Sa principale mission est la coopération entre banques centrales, elle joue un rôle déterminant dans la gestion des réserves de devises de ces institutions.

(...)

La BRI bénéficie en Suisse d'une immunité de juridiction tandis que ses hauts cadres ainsi que les représentants des banques centrales bénéficient d'une forme d'immunité diplomatique21.

 

La Banque des règlements internationaux (BRI) et la solution finale (Karel Vereycken,
 9 juin 2013) :

A l’origine de la plupart des propositions visant à sauver la « stabilité financière » comprenant la procédure inquiétante de bail-in, on retrouve, via le Conseil de stabilité financière, la Banque des règlements internationaux (BRI).

Installée à Bâle en Suisse, cette vénérable institution, une banque privée autoproclamée « la banque centrale des banques centrales », fuit toute publicité comme la peste. En lisant cet article, vous allez comprendre pourquoi...

 



8 réactions


  • ged252 8 janvier 18:46

    Ce système, cette mafia comme elle dit, a été mis en place à la révolution française.

    .

    La bourgeoisie a lutté pendant 2 siècle pour éradiquer le Roi et le christianisme, ce sont les épisodes du jansénisme et de la fronde, raconté par Marion Sigault.

    Deux siècles de complot, dont un siècle de complot franc maçon pour éliminer la royauté et le christianisme.

    .

    La bourgeoise ne pouvait pas exploiter le peuple comme elle le voulait, le Roi ne le permettait pas ; et le Roi lui-même s’appuyait sur la morale chrétienne.

    .

    En 1789 ils ont éradiqué le christianisme pour éradiquer la morale chrétienne et la remplacer par une autre morale : "les vices privés sont des vertus publiques".

    Autrement dit ils ont réhabilité le vice, autant dire qu’ils ont promu, mis à l’honneur, la malhonnêtteté.

    .

    C’est ça la république : un système malhonnette, une mafia, dès le début, c’est l’argent + la malhonnetteté, c’est le capitalisme tel que le dise les gens de gauche,

    .

    La révolution française c’est le pouvoir de la bourgeoise, pour la bourgeoise, par la bourgeoisie.

    .

    Depuis le début c’est une arnaque.


    • zendragon zendragon 8 janvier 21:40

      @ged252
      Oui,
      une mafia a pris la place d’une autre...


    • ged252 9 janvier 10:21

      Après la révolution, la bourgeoisie a eut les mains libres pour exploiter le peuple librement, et ça a donné les romans de Balzac, de Victor Hugo, ou de Zola, montrant la misère de l’exploitation, dans les mines (Germinal) ou de l’exploitation des femmes et des enfants.
      .
      Et ça a donné Marx avec sa lutte des classes, parce qu’il avait compris que c’est la bourgeoisie, les forces d’argent qui ont organisé la révolution, et ça a donné par réaction à cette exploitation ; le socialisme dans les années 1900.


  • Djam Djam 8 janvier 23:12

    Et il faut, pour achever de comprendre cette gigantesque arnaque envers les peuples, lire le dernier ouvrage de Dany-Robert Dufour "Baise ton prochain"... un titre qui a le mérite d’exprimer la quintessence de l’esprit républicain mafieux.


    • zendragon zendragon 9 janvier 09:14

      @Djam
      Tout est résumé, avec seulement une phrase prise dans les présentations des livres de Bugault et Dufour :
       
      « Dans les coulisses, le véritable modèle de nos démocraties modernes est le fonctionnement des mafias. » 


       « Il faut confier le destin du monde aux “pires d’entre les hommes” (les pervers), ceux qui veulent toujours plus, quels que soient les moyens à employer. »


    • ged252 9 janvier 10:23

      oui ce sont des livres qu’il faudra avoir lu


  • Vraidrapo 10 janvier 05:30

    Le problème est que le personnel politique censé représenter le peuple, se comporte comme serviteur du Capital !

    l’ENA ressemble à une Académie de théâtre dont les élèves nous jouent la pièce 24/24 et 365 jours par an. Pendant longtemps, le public n’y a vu que du feu mais avec les moyens de communication et d’investigation modernes, on voit les coulisses derrière le rideau.

    Ex : on a vu la collusion de l’UMPS lors du "Traité de Lisbonne". Quoi de mieux !


  • beo111 beo111 10 janvier 09:33

    Merci beaucoup pour la vidéo que je n’ai pour l’instant ni le temps de visionner, ni de commenter. Merci beaucoup donc, pour le résumé écrit.

    En gros je suis 1000% d’accord avec elle sur le constat, par contre sur le remède, j’ai des doutes. Le retour au moyen-âge, c’est pas mon truc même si je suis d’accord pour dire qu’il y avait beaucoup de choses positives au moyen-âge, ou même à l’ancien régime.

    Perso je propose une autre alternative pour détrôner l’argent roi.

    Je la présente au cours d’une vidéo longue et chiante (vous être prévenus) tournée avant-hier, je vais bientôt essayer de la mettre en ligne.


Réagir