mercredi 5 juin - par mat-hac

L’islamo-gauchisme dans les universités françaises

Décolonialisme, théorie du genre, ... tous ces mouvements qualifiés d'"islamo-gauchisme" par le sociologue Pierre-André Taguieff en 2002 (La Nouvelle Judéophobie), s'immiscent dans les universités françaises et les grandes écoles telles que Science Po. Professeurs forcés à démissionner, pression, harcèlement de ceux qui n'adhèrent pas à ces théories... certains groupes militants font régner la terreur, à l'image de Social Justice Warrior français. Quelle est l'origine de ce mouvement ? Que se passe-t-il dans les universités françaises ? Qu'en penser ?

 



40 réactions


  • Yakaa Yakaa 5 juin 11:09

    Mis à part l’aspect "catho" de son discours, il s’agit là d’une très bonne synthèse de la situation.
    Il serait intéressant de chercher et d’enquêter en profondeur sur l’implantation de ces théories Américaines, les financement de diverses officines US pour favoriser tout ce qui est capable de morceler l’unité du peuple Francais, d’abattre la laicité et l’universalisme Républicain (entre autres).


    • mat-hac mat-hac 5 juin 12:46

      Pour moi c’est Descartes l’origine du mouvement des lumières, qui consistait à cacher Leibniz.


    • Yakaa Yakaa 5 juin 16:45

      @mat-hac
      Lapin compris...


    • Et Hop ! 5 juin 17:42

      @Yakaa

      C’est l’École de Frankfort, devenue École de Chicago, avec deux ouvrages fondateurs : La Personnalité autoritaire, de (((Theodor Adorno))), la Theorie de genre de (((Judith Butler))), et La Société ouverte et ses ennemis, de (((Karl Poper))), dont est issue la fondation de George Sorros, et ses innombrables métastases.


    • Et Hop ! 5 juin 17:51

      @mat-hac

      Plus généralement c’est le courant nominaliste (Luther, William Penn, Rousseau,.. Kant,... Freud,.. Derrida) qui a pris le dessus sur le courant réaliste (Aristote, Thomas d’Aquin, Leibniz, le chancelier Bacon,.. Balzac,.. Hannah Arendt ) à partir de la Réforme, et en France dans l’enseignement de la philo .


    • Et Hop ! 5 juin 17:52

      @Et Hop ! Saussure est nominaliste, et toute l’école structuraliste.


    •  Saladin Saladin 5 juin 23:35

      @Yakaa Une catho aec une laisse autour du coup pfff


    • Belenos Belenos 6 juin 00:20

      @Saladin

      Ce n’est pas une laisse, c’est un collier de barbe porté bas.


    •  Saladin Saladin 7 juin 02:09

      @Belenos Oui peut etre mais ça fait qd mm laisse de chienne pour sados soumises


    • ged252 7 juin 08:53

      @mat-hac
      Oui c’est Descartes à l’origine du mouvement des lumières,
      .
      Mais depuis les lumières se sont éteintes, et on les cherche, on les cherche, même dans le passé, mais on ne les trouve plus.


  • Traroth 5 juin 11:53

    Le terme d’islamo-gauchisme lui-même n’a déjà aucun sens...


    • Yakaa Yakaa 5 juin 12:01

      @Traroth
      Pourtant c’est au contraire extrêmement clair...


    • maQiavel maQiavel 5 juin 13:57

      @Traroth

      A l’origine , ce terme avait un sens précis et bien délimité , il qualifiait spécifiquement une certaine extrême gauche révolutionnaire qui voyait chez les islamistes un potentiel révolutionnaire progressiste et qui préconisait des alliances.

       Maintenant , la façon dont ce terme est communément utilisé n’a plus rien à voir , c’est devenu un anathème à lancer à la figure d’un interlocuteur pour le disqualifier à priori , ce sont généralement les anti-islam qui l’utilisent pour jeter le discrédit sur tous ceux qui ne partagent pas leur profonde répugnance pour l’islam. C’est ainsi qu’il y’a même des gens qui formulent certaines critiques vis-à-vis de l’islam mais qui sont quand même qualifié d’islamogauchiste , tout simplement parce qu’ils ne poussent pas leur critique jusqu’à son extrême radicalité. C’est devenu une notion médiatique amalgamant des postures très différentes , c’est le symétrique du terme « islamophobie » (qui lui non plus ne veut plus rien dire ).

      Le plus drôle , c’est que ce ne sont pas seulement des droitards pseudo-identitaires qui utilisent cet anathème , on retrouve la même chose chez les anti-islam se réclamant de gauche.


    • Yakaa Yakaa 5 juin 14:43

      @maQiavel
      Que le terme soit utilisé (aussi) par des racistes comme est archi-utilisé le terme "Anti-sioniste" par de simple Anti-Juifs (Antisémites) hypocrites, cela ne fait aucun doutes.

      Mais le terme est extrêmement clair dans le sens ou il désigne l’association des "idées" gauchistes et Islamistes (bien que le gauchisme sociétal soit à l’opposé du totalitarisme Islamiste).
      L’islamo-gauchisme se divise en deux groupes bien distincts :

      1 > Les Arabo-Musulmans plus ou moins Islamistes qui se servent du gauchisme et de l’anti-racisme comme cheval de Troye de leur Idéologie, Ils font de l’entrisme dans les universités, les écoles comme science Po, les asso LGBT comme Act-Up ou de nombreuses assos soit disant anti-racistes.
      Les plus emblématiques sont bien sûr Les Indigènes de la République qui est en soi un groupuscule microscopique, mais dont les idées ont totalement colonisées les milieux universitaires, journalistiques et les partis gauchisants (NPA, LFI, etc...)

      2> Les Dhimmi, ces "blancs" plus ou moins intellectuels "de gauche" qui à partir de leur culpabilité d’ex coloniaux (jamais réglée) servent avec beaucoup de servilité et de soumission les intérêts des Islamistes (qui n’ont même pas besoin de les manipuler tant ils rampent à leurs pieds)
      Les plus emblématiques sont : l’inénarrable clown savant Eric Fassin, les membres de "Les mots sont importants", Edwi Plenel etc...

      Voir la Carte détaillée de l’Islamo Gauchisme


    • Zatara Zatara 5 juin 14:46

      @maQiavel
      Le plus drôle , c’est que ce ne sont pas seulement des droitards pseudo-identitaires qui utilisent cet anathème , on retrouve la même chose chez les anti-islam se réclamant de gauche.

      "se réclamant de gauche".... parce que tu ne fais pas de différence entre un gauchisme à la Rokhaya Diallo et une gauche façon Chevènement peut être ?? smiley ici, c’est "gauchisme" et non pas "gauche" qu’il faut lire à la fin. Quand tu verra un Djordje Kuzmanovic se faire traiter d’islamo-gauchiste, tu me fais signe.

      Bref, l’islamo-gauchisme est une expression qui se suffit d’elle même sémantiquement. Qu’elle soit employée sur les plateaux merdiatiques simplement dans une optique de discrédit, n’enlève rien à sa signification. Typiquement, cela renvoit à toute la branche FI des indigénistes, ainsi qu’à un type de promotion Sorossienne, idéologiquement basé sur ce qu’on appelle le post-modernisme, dont les fruits pourris sont les SJW et autres antifa.... Merdiatiquement, le meilleur exemple est AJ+


    • Zatara Zatara 5 juin 14:53

      @Yakaa
      Edwi Plenel est sans doute le grand mufti de l’islamo gauchisme... mais côté journal, la palme revient sans doute à Labération...


    • Zatara Zatara 5 juin 14:56

      ... sans oublier le monde associatif qui en est perclus....


    • @maQiavel
      Il y a de quoi avoir une "profonde répugnance pour l’islam", pas en général et abstraitement mais en France et depuis les années 1990. Le phénomène ne s’appelle pas "islam" mais "islamisation" et la répugnance bien naturelle qu’il provoque est décuplée par la défense de "l’islamophobie" précisément ou défense officielle de critiquer l’implantation musulmane dans les mentalités et le paysage. Cette défense est organisée par l’Etat (au moins depuis 1972) et la gauche, qui, comme vous le dîtes, a considéré les immigrés et les musulmans en particulier comme le nouveau prolétariat-moteur de l’histoire.


    • maQiavel maQiavel 5 juin 18:26

      @Yakaa

      Il y’a beaucoup de choses dans ton commentaire , je suis obligé de sélectionner :

      -Tu parles du PIR qui est effectivement microscopique , tu dis que ses idées ont colonisés les milieux universitaires, journalistiques et les partis gauchisants mais à mon avis tu fais une confusion entre les études post coloniales étudiées dans le champ universitaire , la mouvance militante postcoloniale ( dont le PIR fait partie ) et l’islamisme. Le PIR n’est même pas majoritaire au sein de la mouvance postcoloniale mais par contre , du fait de la posture agressive et très spectaculaire d’Houria Boutedja , il focalise toute l’attention de ceux qui luttent contre cette idéologie. Ce n’est donc pas que le PIR a une grande influence , c’est surtout qu’il cristallise les fantasmes des opposants. Cela étant dit , il est vrai qu’il existe au sein des gauchisants une forte progression de l’idéologie postcoloniale ( qu’on ne peut pas réduire au PIR ) , c’est évident.

      -Mais qu’est-ce que l’islamisme vient faire là-dedans  smiley ? Il faudrait donner une définition précise de l’islamisme pour qu’on se comprenne sinon on pourrait se mettre à parler d’islamisme à tout propos ( au passage , c’est exactement la méthode utilisée par de nombreux antifa , ils ne donnent jamais de définition du fascisme ou alors ils en donnent une très floue pour pouvoir décréter le fascisme à partir de n’importe quoi ). De ce que j’en sais , l’islamisme est une idéologie préconisant le recours à des activités et à des démarches politiques fondés sur une référence explicite à l’islam ( c’est en tous cas la définition de Samir Amghar qui a écrit de nombreux ouvrage sur la question ). Il ne me semble pas qu’au sein du NPA ou de la FI par exemple , il y’ait des gens qui ont un projet politique fondé sur l’islam ( ce qui était le cas des vrais islamo-gauchistes qui eux tentaient de faire une synthèse entre le marxisme et l’islamisme et qui se référaient à des passages du Coran ).

      De cette perspective , la carte détaillée de l’islamo-gauchisme est une vaste blague qui me fait beaucoup penser à la cartographie de l’extrême droite de certains antifa ( au sein de laquelle on retrouve l’UPR ou le cercle des volontaires , on ne comprend pas pourquoi , pas plus que je ne comprends pourquoi on retrouve Alain d Benoist ou Emmanuel Todd dans ta carte de l’islamo-gauchisme  smiley  ).


    • maQiavel maQiavel 5 juin 18:28

      @Jean Robin contre Fantômette

      Je vais aussi faire une sélection de ce à quoi je vais répondre parce que sinon , mon commentaire sera trop long et on ira dans tous les sens : je ne critique pas les gens qui ont une répugnance profonde pour l’islam , je considère que c’est leur droit. Par ailleurs , d’autres ne sont pas obligé de partager cette répugnance , c’est aussi leur droit. Le problème débute lorsque certains parmi les premiers se mettent à anathématiser les seconds pour les disqualifier. C’est de cette anathématisation là que je parle et le vocable d’islamo-gauchisme correspond aujourd’hui à cela , il est cuisiné à toute les sauces de sorte qu’on ne peut pas savoir exactement ce que ça veut dire.

      Mais il y’a plein de vocables comme ça qui n’ont pas de définitions précises mais qui ont pour utilité idéologique de jeter l’anathème sur des opposants comme antisémitisme , islamophobie etc.


    • maQiavel maQiavel 5 juin 18:33

      @Zatara

      Je ne fais pas de différence entre Rokhaya Diallo et Chevènement smiley ??? Mais de quoi tu parles et quel rapport avec mon commentaire ? A mon avis tu n’as rien compris , tu es complètement HS avec ta distinction entre gauche et gauchisme qui n’a absolument rien à voir avec mon propos. Mais laisse-moi deviner : tu as « traduit » mon commentaire pour en soutirer des sous-entendus qui n’existent que dans ta tête , nan ? smiley

      Quant à Djordje Kuzmanovic avec lequel j’ai déjà discuté plusieurs fois , il se fera traiter d’islamo-gauchiste dès que certains anti-islam découvriront qu’il est contre l’interdiction du voile , qu’il est pour le respect des droits fondamentaux et qu’il défend une laïcité neutre. Et là ça va aller très vite , j’en vois bien certains le traiter de crypto-islamistes en plus d’islamo-gauchistes. smiley


    • Yakaa Yakaa 5 juin 19:09

      @maQiavel
      L’islamisme est tout simplement l’Islam politique gérant toutes les sphères de l’existence. (ce que l’Islam est à la base, car le religieux ne peut être séparé de la sphère politique)

      Il ne me semble pas qu’au sein du NPA ou de la FI par exemple , il y’ait des gens qui ont un projet politique fondé sur l’islam ( ce qui était le cas des vrais islamo-gauchistes qui eux tentaient de faire une synthèse entre le marxisme et l’islamisme et qui se référaient à des passages du Coran ).

      Non bien sûr ces Islamo-gauchistes là n’ont aucun projet fondé sur l’Islam (qui se situe d’ailleurs à l’opposée de leurs idéologies libertaires, mais comme l’a très bien démontré J.C Michéa la double-pensée fait partie du code génétique du gauchiste...) ils sont avant tout Islamo-gauchistes

      par leur capacité à se soumettre et par leur capacité à accepter ou mettre la tête sous le sable devant des choses qui leurs seraient totalement insoutenables de la part de personnes d’extrême droite ou de la part de cathos Intégristes, mais comme pour eux les damnés de la terre sont forcément des victimes, ils ne peuvent alors être des bourreaux porteurs de totalitarisme.

      on ne comprend pas pourquoi , pas plus que je ne comprends pourquoi on retrouve Alain d Benoist ou Emmanuel Todd dans ta carte de l’islamo-gauchisme

      Moi je comprends très bien pourquoi, ces deux là se sont montrés à plus d’une occasion plus que complaisants envers l’Islamisme.
      Le bouquin de Todd après les attentats de Charlie a par exemple excusé les attentats (toujours sous prétexte d’un occident toujours coupable de tout) en accusant les manifestations pro-Charlie d’être des racistes et des Catholiques Zombies...

    • Zatara Zatara 5 juin 19:23

      @maQiavel

      1/ l’islamo-gauchisme n’est pas une anathème, c’est la réalité d’une alliance entre la culture musulmane pseudo politisé en France , et une certaine forme de gauche prête à renier tous les principes politiques et sociales qui font cohésion, qui font société (et qui sont donc non patriotique en somme), pour "combattre" le "capitalisme" (encore qu’au final, pour certains, c’est plus encore un moyen de destruction de la société chrétienne, m’enfin, passons...)

      2/ oui j’ai mal compris ton post (ta phrase n’est pas clair à mes yeux). Tu dis donc, si j’ai bien compris, que certains types, se "réclamant de gauche" pour te paraphraser utilise ce qui est chez toi qu’une insulte pour disqualifier ?.... Alors déjà, quand on écris "se réclame de", c’est pour sous entendre une simple posture, à l’antagonisme de ses propres convictions (ou presque)... Tu sous-entends donc : si vous êtes contre l’Islam, vous n’êtes pas de gauche... Dis moi, juste au passage, ça marche aussi avec l’immigration ?? Et avec les LGBT ?? Ces gens qui se réclame de gauche sont en réalité (dans ta grille de lecture de la réalité) des crypto-droatards ou presque, ou des crypto raciste ou tout comme (et je vois déjà la réponse : neuhan, maaaaiiiis.... j’ai jamais écris ça, han l’autre, cite moi un seul post ou je l’ai écris explicitement hein). Dans la grille maQiavélienne, on ne peut pas critiquer l’Islam lorsqu’on est de gauche ; ce qui fait de la gauche, le parti de l’Islam, j’imagine... Pourquoi pas...faudra demander aux muzzs intégrés ce qu’ils en pensent... Bref, c’est pas vraiment comme cela que je vois la chose mais ça a le mérite d’être clair te concernant.

      3/ Quant à Djordje Kuzmanovic avec lequel j’ai déjà discuté plusieurs fois , il se fera traiter d’islamo-gauchiste dès que certains anti-islam découvriront qu’il est contre l’interdiction du voile ,

      ça ne veut rien dire en l’état... s’agissait il d’une interdiction totale ? Interdiction sur l’espace public ? juste à l’école jusqu’au bac ?

      qu’il est pour le respect des droits fondamentaux et qu’il défend une laïcité neutre

      Et je pari qu’il est pour l’écologie aussi... et pour l’arrêt des guerres dans le monde smiley.... encore une fois, ça ne veut rien dire en l’état, platitude et vœux pieux habituels...

      Et là ça va aller très vite , j’en vois bien certains le traiter de crypto-islamistes en plus d’islamo-gauchistes.

      Ce serait intéressant de trouver un passage ou il s’exprime sur le sujet du voile. Mais en même temps, s’il s’est fait sortir par Hautain et les indigénistes, c’est que le projet devait pas être le même.


    • Zatara Zatara 5 juin 19:31

      @maQiavel
      maintenant, l’Islam dit "politique", et je parle ici non pas de la forme organisé au sein de la "république fr" mais du pouvoir financier islamique qui obtient pour ces derniers des passes droits, et qui finance autant les assos que les partis politiques... cet islam là ne s’en tient pas qu’à une culture politique de victimisation, ou un seul parti. Il est au dessus de cette mêlée et, est bien plus efficace, à tout point de vue.


    • maQiavel maQiavel 5 juin 20:18

      @Yakaa

      « capacité à se soumettre et par leur capacité à accepter ou mettre la tête sous le sable devant des choses qui leurs seraient totalement insoutenables de la part de personnes d’extrême droite ou de la part de cathos Intégristes, mais comme pour eux les damnés de la terre sont forcément des victimes, ils ne peuvent alors être des bourreaux porteurs de totalitarisme »

      ------> Supposons que tu dises vrai , ce serait alors de la naïveté. Mais qu’est-ce que « islamo » vient faire là-dedans sachant que comme tu le dis toi-même , leurs idéologies libertaires se situe à l’opposé ?

      Si j’ai bien compris ton propos sur Alain d Benoist et Emmanuel Todd , tu définis l’islamo-gauchisme comme étant de la complaisance envers l’islamisme ( si j’ai mal compris , corrige-moi ). Est-ce que tu te rends compte à quel point cette définition est large , d’autant plus que cette complaisance , tu l’évalue très subjectivement , avec une approche pareille on peut qualifier n’importe qui d’islamogauchiste à part les gens qui ont une opposition radicale à l’islam. Par exemple , tu évalues que Todd est complaisant envers l’islamisme à cause de sa thèse sur les manifestations des Charlie , c’est quand même très tiré par les cheveux.

      Enfin , bref , je ne vais pas entrer dans le détail sur la thèse de Todd ( avec laquelle je ne suis pas totalement d’accord même si elle contient des points avec lesquels je suis en phase ) , mais est-ce que tu me comprends lorsque je dis que finalement , ta définition te permet de décréter arbitrairement qui est islamogauchiste et qui ne l’est pas , et que par conséquent ce soit de ma perspective un anathème sans contenu objectif qu’on pourrait balancer à tous ceux dont on a l’impression , le ressenti ou l’intuition qu’ils sont de l’autre côté de la barrière ? Que donc , il s’agit avant tout d’un concept affectif et non rationnel ( sinon la définition serait beaucoup moins floue et aurait des critères objectifs ) ?


    • maQiavel maQiavel 5 juin 20:22

      @Zatara

      « oui j’ai mal compris ton post (ta phrase n’est pas clair à mes yeux). »

      ------> Oh , là je suis étonné -O . D’habitude , il est persuadé de me comprendre : au point que ce qu’il croit comprendre devient vrai et que ce que moi je dis réellement n’existe plus. C’est déjà une énorme évolution communicationnelle de savoir qu’on n’a pas compris.

      « quand on écris "se réclame de", c’est pour sous entendre une simple posture, à l’antagonisme de ses propres convictions (ou presque).. »

      ------> Non , quand on écrit « se réclame de » , on ne sous-entend rien du tout , c’est à lire littéralement , si je dis que monsieur x se réclame du libéralisme , ça veut simplement dire qu’il se décrit comme libéral. De la même manière , quand je parle des gens se réclamant de la gauche , je parle des gens qui se décrivent comme de gauche. 

      « Tu sous-entends donc : si vous êtes contre l’Islam, vous n’êtes pas de gauche... »

      ------> Absolument pas smiley , ça n’a rien à voir avec mon propos qui n’a pas de sous-entendu de ce genre et qui n’en a d’ailleurs aucun , tout est explicite. Je dis que même des gens se réclamant de la gauche ( donc qui se décrivent eux-mêmes comme de gauche ) utilisent l’anathème « islamo-gauchisme » ( alors qu’en général , les gens qui se décrivent comme de gauche ont moins tendance à qualifier ceux qu’ils critiquent de « gauchiste » que les autres ). A partir de là , tout le reste de ton commentaire n’a rien à voir avec mon propos , je n’ai donc pas besoin de faire un commentaire dessus puisque je ne sens pas concerné. Quand on trouve quelque chose de pas clair , il suffit de s’arrêter et de demander des précisions à celui qu’on a pas compris au lieu de spéculer.

      Quant à Djordje Kuzmanovic , c’est très simple , à quelque nuance près , nous avons la même position. Si tu connais ma position , tu connais à 95 % la sienne , je ne vais pas revenir sur des descriptions que j’ai déjà faites ailleurs en long et en large sur les droits fondamentaux , l’interdiction du port du voile ou la laïcité. Encore mieux : tu connais la position de Clément Viktorovitch (lui aussi couramment qualifié d’islamo-gauchiste ), tu connais la sienne à quasiment 100 %

      Pour finir , jeter l’anathème n’est pas insulter.


    • Zatara Zatara 5 juin 20:48

      @maQiavel
      pour info, stylistiquement "se réclame de" sous entend qu’on doit s’en tenir à ce que dit une personne tout en étant pas persuader soi même de la chose, tout en se s’engageant pas personnellement à le certifier... Faut un peu de sensibilité quand on utilise les mots, et malgré mon expression, je suis extrêmement sensible sur la question, en tous cas à la lecture...

      De tout ce que j’ai pu voir des 2 (Victorovitch et Kuzmanovic) je suis largement plus près du second... Certaines sorties du premier me laisse à penser qu’il est bien victime malgré lui d’une forme de libéralisme et d’individualisme qui profite à l’islamisation. Concernant le deuxième, comme je l’ai dit, je n’ai pas en tête d’article ou d’interview concernant la question du voile (et de l’islamisation surtout)...


    • maQiavel maQiavel 5 juin 21:23

      @Zatara

       « pour info, stylistiquement "se réclame de" sous entend qu’on doit s’en tenir à ce que dit une personne tout en étant pas persuader soi même de la chose, tout en se s’engageant pas personnellement à le certifier...  »

       ------> Mais non , cette formulation éloigne justement ce genre de questionnement , elle est strictement descriptive et n’engage en rien l’opinion personnelle de celui qui fait la description , quand je dis par exemple que x se réclame du nationalisme , je n’ai pas envie de réfléchir pour déterminer si x est réellement nationaliste ou non , je décris juste le fait que lui se présente comme nationaliste , la question de savoir s’il est réellement ou pas n’est pas le sujet. C’est la même chose dans ce cas ci. 

      « Faut un peu de sensibilité quand on utilise les mots, et malgré mon expression, je suis extrêmement sensible sur la question, en tous cas à la lecture... »

       ------> Mais moi je ne peux pas écrire des posts en prenant en compte la sensibilité des uns et des autres sinon je ne m’en sors plus , j’écris pour que ce que mon propos soit lu et compris comme je l’ai écrit. Ce qui ne m’empêche pas de faire des erreurs de formulation ( et dans ce cas , j’essaie de les corriger ) mais dans ce cas ci , il y’en a aucune. 

      Quant à Kuzmanovic , je l’ai précisé plus haut , je connais sa position parce que j’en ai déjà discuté avec lui ,mais dès qu’un journaliste lui posera la question tu verras , elle est quasiment identique à celle de Victorovitch. Et pas très différente de la mienne.


    • maQiavel maQiavel 5 juin 21:25

      *j’écris pour que mon propos soit lu et compris comme je l’ai écrit.


  • maQiavel maQiavel 5 juin 17:23

    J’ai lu quelques enquêtes sur cette mouvance universitaire et estudiantine qui s’inspire des « Cultural studies » (un champ d’étude d’origine anglosaxonne qui est très influencé par la « French theory » ) , qui se serait organisé en réseaux pour capter les postes et les crédits de recherche , qui use de technique d’intimidation par le biais de communiqué incendiaire , de manifestations, de boycotts, de plaintes appuyées aux directions universitaires aveugles ou complices , pour faire taire toute critique et les ostraciser ceux qui s’opposent à leurs thèses. Cette description m’a immédiatement fait penser au climat délétère qui existe sur certains campus américain au sein desquels la liberté académique n’existe plus , ce qui se traduit par un appauvrissement de la qualité des recherches tout à fait sidérant , attis avait publié deux reportages sur ce phénomène , à voir absolument pour ceux qui seraient passé à côté.

    Mais comme le dit le Frexiteur en chef , qui n’entend qu’une cloche n’entend qu’un son , je me suis donc intéressé au son de cloches des universitaires incriminés et ils font une toute autre description. Selon eux , il y’a une montée en épingle d’un phénomène réels mais qui reste très marginal au sein des université françaises , les « études culturelles » ne concernent jamais des départements entiers mais des parties dans certaines branches , de plus se focaliser sur des syndicats étudiants qui ne représentent rien numériquement parlant n’est pas pertinent. Ils expliquent également que leur détracteur sont dans une grande confusion en amalgamant des recherches universitaires et le militantisme associatif , en mélangeant ce qui est de l’ordre du constat scientifique et ce qui relève de l’injonction idéologique , ils les décrivent comme des gens qui ne savent même pas nommer ce qu’ils combattent et qui par conséquent utilisent un langage journalistique qui ne correspond pas à la réalité. Pour eux , le repli communautaire dont on les accuse est un fantasme car dans le champ de la recherche il y’a des colloques et des exposés académiques au cours desquels les travaux sont soumis à la critique et suscitent des débats parfois très vifs , ils expliquent aussi que même dans le champ des études culturelles , les gens ne sont pas forcément d’accord et ne travaillent pas sur les mêmes bases , ceux qui parle d’une mouvance uniforme ne connaissent tout simplement pas ces travaux et ignorent leur diversité. Ils renversent même l’accusation puisqu’ils prétendent que c’est exactement l’inverse qui se produit : ceux qui menacent la liberté académique , ce sont leurs détracteurs qui ne supportent pas qu’arrivent dans les universités des gens qui font émerger de nouvelles questions et qui ont un nouveau langage , ils refusent que se fassent entendre des voix venant de gens qui essaient de construire des propositions théoriques qui ne leur plaisent pas , ils en appellent donc à la censure et aux plus hautes autorités pour leur interdire la parole au nom de leur vision de l’universalisme républicain , ce qui va à l’encontre de la liberté intellectuelle.

    Je vois donc là deux descriptions des faits totalement différentes , n’étant pas dans ce milieu je suis dans l’incapacité de me prononcer , je ne sais pas qui croire. L’important , c’est de revenir aux principes : la liberté de personnes, professionnellement qualifiées, de chercher, de découvrir, de publier et de rechercher la vérité telle qu’ils la perçoivent dans le champ de leur compétence doit être garantie , elle ne doit être sujette à aucune autorité officielle, à l’exception du contrôle et de l’autorité des méthodes rationnelles par lesquelles on atteint ces vérités ou des conclusions dans ces disciplines , la libre recherche et le libre examens des résultats des recherches restent les fondement de la liberté académique.

    Quiconque déroge à ces principes doit être sanctionné.


    • Belenos Belenos 6 juin 02:46

      @maQiavel
      "L’important, c’est de revenir aux principes : la liberté de personnes, professionnellement qualifiées, de chercher, de découvrir, de publier et de rechercher la vérité telle qu’ils la perçoivent dans le champ de leur compétence doit être garantie."

      Cela est vrai. Mais il est également vrai que nous vivons une époque où des lois peuvent être sorties du chapeau législatif très rapidement, par clientélisme électoral ou simple sottise politique. Des jugements absurdes peuvent aussi être prononcés. Il convient donc d’être vigilant AVANT que les beaux principes auxquels vous faites référence ne soient piétinés et balayés par une autre logique cherchant à prendre le dessus et qui avancera brusquement ses pions à l’occasion de quelque fait divers orchestré et monté en épingle. Il convient donc d’observer avec attention les tendances idéologiques émergentes que l’on juge pernicieuses et de les déconstruire méticuleusement et avec combativité. Or, la tendance qui veut faire taire les gens au seul titre que leurs propos feraient souffrir des ressortissants d’une minorité identitaire victimisée, ce problème que nous essayons ici de définir et de nommer (avec quelques maladresse) ne date pas d’hier. Il a déjà atteint un niveau inquiétant et concrètement dérangeant, tout en étant minimisé par l’autorité administrative par paresse et lâcheté, et surtout disons les choses clairement par manque de virilité (parce que le problème se situe exactement à cet endroit si on en comprend bien le fond). Il ne faut donc pas se dire "pour l’instant ce n’est pas si grave". Car cela pourrait bien devenir extrêmement grave et irrémédiable quand la loi aura basculé. Il sera alors trop tard. On a vu ce que cela a donné avec la loi Gayssot, dont il sera bien difficile de se débarrasser. Cette loi entre d’ailleurs en contradiction flagrante avec les principes que vous énoncez. Nous n’en voulons pas d’autres du même style, et pas non plus sous une forme jurisprudentielle, n’est-ce pas ?  


    • maQiavel maQiavel 6 juin 15:46

      @Belenos

      Je ne suis pas d’accord avec vous.

      Quelle est la finalité de l’université ? Sommairement , c’est la production , la transmission et la diffusion de savoirs , ce qui est une activité stratégique dans le développement de la cité. Parmi les moyens mis en œuvre pour atteindre ce but , il y’a le libre examen qui suppose une liberté d’entreprendre et de conduire des recherches indépendamment de toute autorité politique ,religieuse ou idéologique.

      Le principe que j’évoque plus haut n’a pas une vocation esthétique , moralisante ou même éthique qui se réaliserait par la pratique intérieure de vertus , c’est un principe d’organisation politique qui se veut efficace et qui par conséquent prend en compte la conflictualité sociale , les rapports de force qui en découlent et qui est contraignant , c’est son application rigoureuse qui permet à la cité de mettre en œuvre les moyens pour parvenir à la finalité qu’elle a définie , c’est la raison même de son existence. Quel que soit la thématique politique abordée (la santé publique , la fonction publique , les forces armées , la création monétaire , l’extraction et la consommation énergétique etc. ) , il revient au souverain de déterminer une finalité en adéquation avec le type de société qu’il souhaite , de définir des moyens pour y parvenir et d’élaborer des principes d’organisation permettant la mise en œuvre de ces moyens. Il convient donc d’être vigilant APRES l’élaboration de ces principes car une cité qui agirait sans principes serait semblable à un poulet sans tête qui ne sait d’où il vient ni où il va et qui mènerait des actions sous l’empire des affects de l’instant. La finalité donne sens à l’action et le principe lui donne la direction. Cela est valable également dans le cas de l’université.

      C’est en vertu du strict respect de ce principe que j’ai énoncé dans le premier commentaire de ce fil qu’un ressortissant d’une minorité identitaire victimisée ne doit être en mesure de perturber l’activité universitaire sous peine d’être rigoureusement sanctionné , que les idéologies prônant d’une manière ou d’une autre l’arrêt du libre examen doivent être combattue , déconstruite et éjectée. Mais inversement , c’est aussi en vertu du strict respect de ce principe qu’on ne peut violer la liberté de recherche d’individus sous prétexte qu’ils seraient issus d’une minorité identitaire victimisée ou qu’ils auraient une idéologie que quelques-uns auraient décrété pernicieuse , le libre examens fonctionne dans les deux sens.

      Et si on nous a pondu une loi Gayssot , c’est précisément parce que ce principe s’est affaissé , cela ne s’est pas fait spontanément mais sous des coups de butoir communautaire , le souverain ( donc le peuple ) a échoué à user de la force nécessaire pour le faire respecter du fait de la trahison de ses prétendus représentants.

      Il nous faut donc remettre les choses à l’endroit : le peuple doit s’approprier de façon effective la souveraineté qui est sienne constitutionnellement et traiter comme des ennemis du bien public ceux qui s’opposeront aux principes qu’il a lui-même élaboré. Ce n’est que dans la résolution à faire respecter le principe que j’ai énoncé plus haut que ce genre de censure n’arrivera plus.


    • Belenos Belenos 7 juin 00:06

      @maQiavel
      Je n’ai pas bien compris en quoi consiste le désaccord. Je dis pour l’essentiel que si je ne suis pas d’accord avec des tendances idéologiques qui cherchent à modifier les principes de mon pays, je ne dois pas attendre pour m’inquiéter que ces principes aient changé la constitution et la loi sous "des coups de butoir communautaires" (pour reprendre votre expression). Mais il est possible que je me sois mal exprimé. 


    • maQiavel maQiavel 7 juin 14:04

      @Belenos

      Non , c’est moi qui vous ai mal compris.

      Ce que j’avais cru comprendre en vous lisant, c’est que vous contredisiez mon commentaire sur l’importance de revenir aux principes en arguant qu’il y’a plus important à faire , notamment être vigilant à l’encontre de tendances idéologiques pernicieuses , d’où ma réponse. Mais en vous relisant attentivement , vous parlez de vigilance avant que ces principes ne soient piétinés , donc effectivement vous ne me contredisiez pas puisqu’il faut toujours être vigilant pour qu’un principe soit toujours appliqué. Mais du coup , ne comprend pas le lien entre mon premier commentaire et votre réponse.

      «  Je dis pour l’essentiel que si je ne suis pas d’accord avec des tendances idéologiques qui cherchent à modifier les principes de mon pays, je ne dois pas attendre pour m’inquiéter que ces principes aient changé la constitution et la loi sous "des coups de butoir communautaires »

      ------> Attendre pour vous inquiéter que ces tendances idéologies aient changé la constitution et la loi sous des coups de butoir communautaire vous voulez certainement dire , non ?


    • Belenos Belenos 8 juin 00:26

      @maQiavel
      Oui, en effet, vous avez raison de corriger ma phrase : ce sont bien les tendances idéologiques qui pourraient changer la constitution et la loi (cette fois, c’est bien moi qui me suis fort mal exprimé en tapant trop vite !)


  • Hijack ... Hijack ... 5 juin 22:49

    Voui ... mais Madame Vota ... probablement que sur le fond vous ayez raison (quoi que ... faut tout écouter pour ce faire), mais sur la forme, qu’est-ce que c’est que cette allure et cet air, comme si vous commentiez un film d’horreur et, cette image, vous l’avez souvent.

    Avec un air un plus serein et féminin (ce que pourtant vous préconisiez depuis tjrs et suis d’accord) ... vous parviendrez plus facilement à votre but, qui est d’alerter ou d’informer.

    .

    Selon moi : L’islamo gauchisme en réalité n’existe pas dans le sens où le voit Virginie ... pour la simple et bonne raison, qu’il peut y avoir tout et n’importe quoi dans "cette appellation" ... que des gauchistes, plus exactement faux gauchistes qui font semblant de soutenir les soi disant musulmans, sont aussi pourris que ceux de vraie droite qui font semblant de défendre le sionisme (évidemment, il y en a qui sont sincèrement sionistes, mais ce n’est pas le sujet). Par conséquent, parler ainsi ... ce n’est que de la pure rhétorique, qui satisfera certains certes, mais ne permettra jamais de comprendre de quoi il s’agit et le combattre.

    .

    Les soi disant gauchistes (qui ne le sont pas en réalité, car souvent dans leurs vieux jours virent à droite toute) se servent de toutes les faiblesses des stés pour faire leur beurre, pour exister. A présent, ceux qui sont accusés se servent surtout de l’Islam mal compris (comme le fait de porter le voile, la burka etc ... qui sont tout sauf religieux, mais que bcp de musulmans eux-mêmes prennent presque pour des prescriptions divines /// comme le fait de croire qu’un non musulman est un mécréant, qu’il faut appliquer des lois de l’époque de la naissance de l’Islam etc ...). La politique actuelle veut mettre en avant cet Islam mal compris, que d’aucuns appellent Islam politique, car ils lui attribuent un but, un projet qui n’existe pas. La grande majorité des muzz’s du quotidien, invisibles, personne n’en entend parler ni en bien, ni en mal ... seuls les brebis galeuses sont mis sur un piédestal inversé. ... On peut justement reprocher aux musulmans du quotidien de trop se taire ... surtout leurs savants religieux et ... il y en a. Par exemple, si vous écoutez ou lisez Ghaleb Bencheikh, aucun bon Catholique ne pourra le contredire, mais au contraire, être d’accord. Bref, sujet délicat à en parler en quelques lignes ... et déjà un pavé.


  • Belenos Belenos 6 juin 01:00

    Cette vidéo répond à de nombreuses questions abordées sur ce fil. 

    https://www.youtube.com/watch?v=JozzBToMvLI


  • thierry3468 8 juin 07:48

    Une vidéo transcendante de Virginie qui fait chaud au cœur.

    Il est important de dépasser ces revendications communautaires pour revenir à la notion du peuple et du pays .Toutes ces revendications visent à détruire ,à diviser et surtout à faire disparaitre la notion de souveraineté.


Réagir