jeudi 7 novembre - par mat-hac

Ils ont jugé la reine !

Dévoilant les arcanes d’un procès truqué, cette ambitieuse fiction historique livre la chronique rigoureusement documentée des derniers jours de Marie-Antoinette et du basculement de la Révolution dans la Terreur. 21 janvier 1793. Louis XVI est guillotiné en place publique, sous les clameurs de la foule.

Pour les chefs révolutionnaires se pose, dès lors, la question du sort de Marie-Antoinette, enfermée au Temple avec ses enfants et sa belle-sœur. Alors que la jeune République est menacée en son sein par l’insurrection de la Vendée royaliste, et à ses frontières par une coalition de monarchies européennes, la Convention nationale vote, en avril, la création du Comité de salut public, principal et bientôt tout-puissant organe du gouvernement révolutionnaire. Le 2 août, la souveraine déchue, désormais privée des siens et de ses derniers biens, est transférée à la Conciergerie, dans l’attente de son jugement. Antoine Fouquier-Tinville, l’accusateur public du Tribunal révolutionnaire, et le pamphlétaire Jacques-René Hébert, qui déverse sa haine de "l’Autrichienne" dans les pages de son très populaire journal, Le père Duchesne, pressent Robespierre de fixer une date. Dans la nuit du 2 au 3 septembre, alors même que la dernière tentative d’évasion de la reine échoue, les membres du Comité de salut public, réunis en secret, scellent son destin funeste.

En offrant au peuple la tête de "la veuve Capet", Robespierre a trouvé un moyen de faire tomber celles de ses opposants politiques (les Girondins, modérés), emportés par les débordements sanglants de la Terreur qui s’instaure. Témoignages contradictoires, absence de preuves, jury de sans-culottes recrutés par les hommes forts du régime, avocats de la défense arrêtés à l’issue de leurs plaidoiries : le 16 octobre, au terme d’un simulacre de procès qui aura duré seulement deux jours et deux nuits, Marie-Antoinette est condamnée à mort, puis conduite à l’échafaud quelques heures plus tard. Archives inédites Adaptée du livre Juger la reine, dans lequel l'historien Emmanuel de Waresquiel chronique le procès à la lumières d’archives inédites, et narrée par Denis Podalydès, cette fiction documentaire en cinq actes, première du genre coproduite par ARTE France, déroule le récit des derniers mois de Marie-Antoinette, qui révèle une force de caractère et une dignité insoupçonnées face au piège qui se referme sur elle. Dans des décors soigneusement reconstitués et avec l’appui d’un casting de haute volée (Maud Wyler, vue récemment dans Perdrix, d’Erwan Le Duc, en tête), Alain Brunard plonge dans l’intimité de la dernière reine de France, tout en éclairant les tractations politiques et luttes de pouvoir qui ont présidé à sa fin tragique.



20 réactions


  • Simple citoyenne Simple citoyenne 7 novembre 20:26

    Merci Mat HAC pour cet article ( je n’ai pas vu encore la vidéo) : les conditions dans lesquelles Marie-Antoinette a été emprisonnée ont été terribles, le petit Louis 17 aussi, les révolutionnaires n’ont fait de cadeau à personne. Les révolutions étant ce quelles sont, c’est ainsi. Voir lettre.https://www.histoire-image.org/fr/etudes/dernieres-heures-marie-antoinette


  • Hieronymus Hieronymus 8 novembre 09:59

    c’est lugubre, et ce sang, tout ce sang, je refuse d’écouter ça !

    les horreurs de la Révolution, même si elles continuent d’enthousiasmer certains, je ne connais que trop

    y a mieux à faire de son temps smiley


    • Simple citoyenne Simple citoyenne 8 novembre 11:21

      @Hieronymus : Quand les gens ont la rage et la haine, plus rien n’arrête la machine. Aussi, Macron l’avait échappé belle, ou presque pour rappel, rappelons-nous qu’il y a un an, il se réfugiait dans son bunker ! La différence c’est que Louis XVI et Marie-Antoinette n’ont jamais insulté les Français.

      "Quand des gilets jaunes cherchaient à arrêter le convoi dans lequel circule Emmanuel Macron au Puy-en-Velay"

    • Buk100 8 novembre 11:51

      @Hieronymus

      Cette sensibilité insoupçonnable...C’est tout mimi !


    • maQiavel maQiavel 8 novembre 12:06

      Sensibilité à l’hémoglobine qui s’évanouit étrangement dès qu’il est question d’Hitler ou de Franco smiley . Je confirme, elle est vraiment insoupçonnable


    • Hieronymus Hieronymus 8 novembre 12:07

      @Buk100
      ce n’est pas en particulier la mort de la Reine mais toute la période révolutionnaire qui est lugubre
      qq chose de fondamental s’est abimé à ce moment là et qui n’a jamais pu être réparé ensuite
      le destin de la France a été irrémédiablement compromis


    • laertes 8 novembre 14:32

      @Hieronymus je vous répondrai par cette citation de Shakespeare tirer de la pièce Henri V :" qui donc es-tu pour prévoir l’avenir alors que tu ne sais pas grand-chose du présent".


    • jean dugenêt jean dugenêt 9 novembre 11:59

      @Hieronymus
      "ce n’est pas en particulier la mort de la Reine mais toute la période révolutionnaire qui est lugubre"
      Le plus lugubre c’est ce qui a précédé : l’esclavage dans les colonies, la torture comme méthode officielle pour extorquer des aveux, les condamnations à mort accompagnées de divers supplices, le pouvoir arbitraire des nobles sur les gueux, l’injustice de classe proclamée comme une règle normale de fonctionnement de la société... Comment fallait-il faire pour supprimer cela ? Fallait-il demander poliment et humblement aux puissants de modifier tout cela ? C’est ce que les pauvres ont fait dans un premier temps avec leurs cahiers de doléances mais les nobles n’ont pas su entendre la révolte gronder derrière les complaintes. Quand la révolte éclate, qui peut la contrôler ? Sont-ils bien autorisés à venir se plaindre après des débordements ? Ne l’ont-ils pas un peu chercher ?


    • Hieronymus Hieronymus 9 novembre 14:00

      @jean dugenêt
      au XVIIIème la noblesse qui doit normalement assumer une fonction guerrière de défense du pays était devenue une classe parasitaire d’où tensions croissantes jusqu’à l’implosion du système dans son ensemble
      en Angleterre la noblesse avait su se recycler grâce au commerce et à l’industrie naissante et a su conserver partiellement ses privilèges jusqu’à nos jours, pas la noblesse française
      la Révolution a fait éclater tout l’ordre ancien, détruisant les corps intermédiaires (loi Le Chapellier) ce qui allait faire plonger la classe ouvrière dans une misère noire durant la plus grande partie du XIXème
      à l’aristocratie ancienne s’est substituée celle du fric, qui subsiste jusqu’à aujourd’hui et je ne ne suis pas certain que l’ancien régime était aussi inhumain que vous le décrivez, il faut avoir à l’esprit que tout ordre nouveau cherche avant tout à se légitimer en dénigrant au maximum l’ordre ancien ce qui fut fait
      ainsi en témoignent nos manuels d’Histoire inspirés par la IIIème république franc-maçonne qui nous ferait presque croire que c’est Jules Grévy qui a inventé l’école
      ce qu’on ne peut nier : la Révolution française => guerre civile atroce smiley


    • maQiavel maQiavel 9 novembre 15:04

      @Hieronymus

      Bah voilà, c’est ça une argumentation. Pas d’attaques ad personam, pas de focalisation sur tes ressentis, sentiments, émotions, pas de jérémiades ou d’imprécations, juste une réponse argumentée à d’autres arguments. Ça ne veut pas dire que je sois d’accord avec toi mais pour une fois, tu formules un propos de façon rationnelle, c’est tellement rare venant de toi que ça me stupéfait  smiley ?  Et du coup, ton post est beaucoup plus intéressant à lire que ceux où tu te limites à traiter du physique des gens, à les maudire, à te plaindre et à anathématiser ceux qui ne sont pas de ton avis et qui constituent malheureusement 99 % de tes interventions. Bravo, j’espère que ça va durer. 


    • Hieronymus Hieronymus 9 novembre 16:27

      @maQ le vicelard
      quel ton condescendant et paternaliste, mais pour qui te prends tu ?
      ton post est un condensé de tout ce qui fait ta puanteur et ta perfidie
      j’en ai rien à cirer de tes faux compliments, ferme là, point barre.
       smiley


    • maQiavel maQiavel 9 novembre 17:40

      @Hieronymus

      Ma puanteur ? Et pourtant j’ai pris une douche ce matin. L’odeur ne part pas, désolé.


    • jean dugenêt jean dugenêt 10 novembre 11:52

      @Hieronymus
      "à l’aristocratie ancienne s’est substituée celle du fric, qui subsiste jusqu’à aujourd’hui et je ne ne suis pas certain que l’ancien régime était aussi inhumain que vous le décrivez"

      Je suis certain que l’injustice sociale proclamée comme un droit est pire que l’injustice sociale subie comme un fait sans être justifiée par le droit.
      L’ancien régime était en effet une barbarie généralisée puisqu’elle donnait le droit à l’aristocratie de considérer les gueux comme des animaux ou presque.

      "Les hommes naissent et demeurent égaux en droit" est de ce point de vue un progrès même s’il n’a pas supprimer les injustices.

      Le passage de l’esclavage à la féodalité a été un progrès sans que pour autant la féodalité soit un paradis sur terre.
      Le passage de la féodalité au capitalisme a été un progrès sans pour autant que le capitalisme soit un paradis sur terre.
      Vous exprimez ce dernier point en disant "à l’aristocratie ancienne s’est substituée celle du fric"

      Tout le XIXe siècle est fait d’avancées et de reculs successifs pour que les principes de 1789 ne soient finalement appliqués qu’un siècle plus tard.

      Il en sera certainement de même pour la prochaine étape de l’histoire de l’humanité.


    • Hieronymus Hieronymus 10 novembre 23:23

      @jean dugenêt
      vous n’avez pas vraiment tort, l’ordre ancien consacrait l’inégalité entre les individus et il était devenu obsolète d’un poiint de vue économique
      mais on aurait tort de croire qu’il n’y avait que de mauvais aspects, ainsi la conscription obligatoire n’existait pas de même que la préemption immobilière, droits nouveaux que l’Etat s’est arrogé contre le simple citoyen, autrefois le Roi lui même se devait de respecter le Droit
      certes le système politique français se devait d’évoluer, la tragédie a été l’échec de la monarchie constitutionnelle, inutile de revenir dessus, les causes de cet échec sont nombreuses et ont largement été disséquées depuis plus de 2 siècles
      ...
      je suis par contre assez sceptique sur l’idée de progrès dans l’Histoire, je pense que le monde évolue mais porter un jugement moral sur cette évolution est chose périlleuse
      actuellement en France avec les muzz et nos dirigeants lâches et veules obéissant à un agenda mondialiste qu’on peut qualifier sans trop d’exagération de sataniste, c’est plutôt mal barré
       smiley


  • laertes 8 novembre 14:21

    Je ne sais que dire face à une telle stupidité ! L’historien que vous mentionnez net absolument pas fiable. Le comité de salut public n’en n’avait rien à foutre de la reine. Elle n’était importante que par la présence de son fils. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’ils ne l’ont pas inculpé juste après le procès de Louis XVI. Quand elle a été séparé de son fils, le comité de salut public ne la considérais plus comme française. C’est pour cela qu’ils avaient engagé des pourparlers avec les autorités autrichiennes pour l’echanger contre des représentants français emprisonné en Autriche. Le neveu de la reine, empereur d’Autriche a refusé. C’est Hébert et d’autres extremiste qui ont , en mobilisant leurs lecteurs forcer la main au comité de sûreté générale. Ce n’était qu’un procès politique comme celui de Jeanne d’Arc d’ailleurs à la grande différence que Jeanne d’Arc a combattu pour son pays alors que Marie-Antoinette et responsable de la mort de milliers de soldats français en communiquant les plans de guerre de la France à ses ennemis. Elle méritait mille fois son sort tout en étant bien sûr un gros bouc emissaire. Voilà la réalité établi par plusieurs historiens véritables qui ont consulter les archives.


  • laertes 8 novembre 14:26

    Quand à sa soi-disante dignité, il aura fallu de grands coups assénés par les événements extérieurs pour lui faire comprendre que son comportement de légèreté et de dépensière qui avait en partie ruiné les finances de la France pour qu’elle prenne conscience que, comme disait Saint-Just, on ne règne pas innocemment !


  • maQiavel maQiavel 8 novembre 15:32

    Lady Oscar, le manga animé de mon enfance qui m’a fait découvrir la révolution française, la partie sur Marie Antoinette : https://youtu.be/TPRtb1ePDfg?t=144

    J’adore l’insolence de cette scène, surtout la façon dont le garde envoie du « citoyenne » à l’ancienne souveraine. Il ne manquait que le tutoiement révolutionnaire pour qu’elle soit parfaite.


Réagir