dimanche 13 janvier - par maQiavel

Entretien explosif avec Juan Branco sur le pouvoir macroniste

Avocat, philosophe, chercheur, diplômé des hautes écoles qui fabriquent les élites de la haute fonction publique, Juan Branco publie sur son blog « CRÉPUSCULE », une enquête sur les ressorts intimes du pouvoir macroniste et ses liens de corruption, de népotisme et d’endogamie. Il parle de son enquête dans un entretien avec Daniel Mermet. A la suite de cet entretien, la porte-parole du parti majoritaire, La République en Marche, a demandé, via une procédure officielle, au Procureur de la République de poursuivre Juan Branco et d'assurer sa détention pour avoir, selon elle, "armé les esprits". 

https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/Juan-Branco-desosse-Macron

 

Des milliardaires d’Etat 

Fichier:Soutien-étatique.jpg

Dans son enquête, Juan Branco relève que Macron fut en quelques mois propulsé d’être inconnu à être démocratiquement élu grâce à matraquage médiatique inédit qui a été le fait de milliardaires. Des milliardaires dont la fortune a été faite par l’Etat et dont le maintien est directement dépendant des décisions des gouvernants. Il n’est pas difficile de comprendre l’importance pour ces milliardaires de plaire aux élites politiques et technocratiques, et dès lors, de se constituer en ploutocrates en investissant dans la presse afin de s’assurer que ces hommes leur prêtent une influence sur laquelle ils pourront jouer.

Plusieurs centaines de haut-fonctionnaires sont déjà sous leur influence, une emprise qui débute dès leur sortie de ces fabriques à élite que sont Polytechnique, l’Ecole Normale supérieure ou encore l’ENA. En prenant possession de 90% de la presse, ces quelques milliardaires se sont fabriqué des relais médiatiques capables de construire des destins politiques.

 

Ces hauts fonctionnaires dont la carrière dépend plus de leur capacité à séduire et à servir ces mêmes oligarques que de leurs qualités intrinsèques sont ainsi pris dans la nasse de ce qu’il conviendra d’appeler un système ploutocratique, à savoir un espace public dominé par des individus dont la fortune dépend directement ou indirectement de l’État, et qui l’ont investie pour prendre le contrôle des médias et ainsi s’assurer de la préservation de leurs intérêts au détriment du bien commun. C’est ainsi que, selon Juan Branco, Emmanuel Macron a été « placé » bien plus qu’il n’a été élu.

De l’indépendance journalistique

On entend déjà s’indigner ces journalistes qui ne se contentent pas de placer leur indépendance au-delà de tout soupçon, mais accusent de complotisme ceux qui leur présente les faits exposant leur compromission et de délire les mises en doute de leur intégrité. Le paysage médiatique est pluraliste répondront-ils, empli de journalistes courageux et indépendants, ou du moins suffisamment nombreux pour se faire concurrence et éviter ainsi de trop grandes compromissions systémiques. Un discours qui entretien l’illusion que les journalistes s’époumonent à défendre leur libre-arbitre face aux propriétaires de leur appareil de production qui, de toute façon, n’interviennent jamais sur le contenu de leur travail.

Résultat de recherche d'images pour "Journaliste héros"

Juan Branco dresse un tableau tout autre de la profession qu’il décrit comme un putride espace où la peur et l’incertitude règnent pour écraser toute diction de l’information qui ne servirait pas le pouvoir en place. Il décrit de façon factuelle et noms à l’appui les dispositifs d’intimidation symboliques mis en place par les ploutocrates.

On ne meurt pas par assassinat en France lorsque l’on est journaliste. On meurt par compromission ou précarité, car les mécanismes visant à faire taire les courageux sont bien plus insidieux qu’en un pays autoritaire. En France l’information se dilue, s’étouffe par la médiocrisation de sa production, son éditorialisation, l’assèchement des moyens. Certains parmi les ploutocrates sont non seulement propriétaires des grands médias mais aussi des premiers annonceurs de France. Ils détiennent par cela un droit de vie et de mort sur n’importe quel média et n’hésitent à faire retirer des publicités des quotidiens qui leur déplaisent, les menaçant ainsi de faire faillite, afin de leur faire comprendre ce qu’ils auraient à payer si jamais ils décidaient de se montrer trop indépendant.

Non, en France, personne ne prend la peine de tuer puisqu’il suffit de nommer. Car à quoi bon tuer ou intervenir directement sur les contenus, lorsque l’on peut intervenir indirectement dans la production de l’information par le truchement d’hommes et femmes de main en charge, en tous ces journaux, du recrutement et du licenciement, des promotions et mises au placard de tous les journalistes des plus prestigieuses rédactions où tous les journalistes de France rêvent d’être recrutés ? Pourquoi prendre le risque d’apparaître alors qu’il suffit de donner instruction de faire licencier et recruter les journalistes qui auraient l’heur ou le malheur de plaire ou de déplaire ?

Résultat de recherche d'images pour "médias milliardaires"

Entre leur pouvoir publicitaire et leurs propriétés, ajoutés aux réseaux de pouvoir qu’ils entretiennent, ces ploutocrates ont créé une telle oppression dans le paysage médiatique qu’elle fait naître un conformisme de tout instant, puisque de toute façon, les journalistes se savent maintenant plus devoir à leurs propriétaires et à des annonceurs plutôt qu’à leurs lecteurs. Les journalistes sont devenus des zombies asservit littéralement à quelques milliardaires ayant un tel pouvoir qu’ils n’ont même plus besoin d’en user, se contentant ponctuellement de faire taire et acheter. L’espace journalistique est traversé de semi-compromissions qui empêchent quiconque d’avoir l’indépendance suffisante pour tout raconter : tous ont une affinité, un lien, une dépendance à l’un des pans de ce système qui les empêche de recouper ou d’énoncer.

Résultat de recherche d'images pour "médias milliardaires"

C’est ainsi que le matraquage médiatique en faveur de la campagne de Macron s’est doublé, ou a nourri, par suivisme et conformisme, des centaines d’articles élogieux, mais aussi de documentaires et de mises en scènes diverses (on se rappellera notamment les meetings à moitié vides présentés comme glorieux, ou les proses poussives présentées comme brillantes, ou encore les propositions programmatiques inexistantes justifiées au nom du pragmatisme et de l’intégrité).

Il y a un problème grave dans le fait que la presse française soit concentrée entre les mains de quelques personnes très richement dotées, qui ont investi dans les médias car leur fortune dépend de l’Etat. Tous les jurons dont recouvrent les journalistes quiconque oserait le mettre en doute n’y peuvent rien. Il y’a de toute évidence à Paris selon Juan Branco, un cloaque où les politiques se vendent aux ploutocrates, sous le regard complaisant de journalistes avariés.



58 réactions


  • Pyrathome Pyrathome 13 janvier 13:24

    " Il y’a de toute évidence à Paris selon Juan Branco, un cloaque où les politiques se vendent aux ploutocrates, sous le regard complaisant de journalistes avariés."

    En temps "normal", on appelle cela CORRUPTION et trafic d’influence en bande organisée, mais aussi haute trahison et intelligence avec des pays étrangers...

    La vérité à l’état pur de Juan Branco fait vraiment peur aux cercles de pouvoir devenus nudistes malgré eux...

    Que fait exactement "l’opposition", alors qu’une demande de destitution courre depuis presque deux mois ????? ( instiguée par FA et accepté par un seul député courageux pour l’instant ) Celle-ci serait donc complice en toute conscience ???


    • maQiavel maQiavel 13 janvier 14:11

      @Pyrathome

      Lorsqu’on va au bout de la lecture de son enquête, on en ressort avec le sentiment qu’il n’y a rien à attendre de la classe politicienne, opposition comprise. Un sentiment que j’avais déjà, certes, mais qui s’est radicalement exacerbé. Ces gens naviguent dans un entre soi endogame depuis leur plus tendre enfance , un milieu constitué de réseaux de socialisation dont il faut intérioriser très tôt les us et coutumes et qui permet , par des mécanismes de cooptation incestueux , de se gaver d’une rente de situation sur le dos de la collectivité sans jamais démontrer la moindre capacité à la pensée, l’idée ou l’engagement, sans jamais avoir été au contact du monde professionnel , ni éprouvé la moindre difficulté, sans jamais avoir montré une quelconque qualité ou compétence particulière.

      La première partie sur l’ascension de Macron est une chose mais à la lecture de la seconde partie sur Gabriel Attal, le plus jeune ministre de la cinquième république et pure produit de la reproduction sociale des « élites » politique, on en a le vertige. C’est l’incarnation de l’aristocratisation politique d’une bourgeoisie sans mérites. On croirait un documentaire animalier.

      Le RIC n’est pas seulement une nécessité politique, c’est une urgence sociale. 


    • maQiavel maQiavel 13 janvier 14:12

      *pur 


    • mat-hac mat-hac 13 janvier 14:20

      Nos nouvelles élites n’arrivent plus à lier.


    • maQiavel maQiavel 13 janvier 14:31

      Ca va beaucoup plus loin qu’une simple incompétence à lier. Elles sont fondamentalement et ontologiquement déstructurantes. 
      Ce que je dis peut sembler radical et ce n’est pas mon habitude mais il faut lire l’investigation très factuelle de Branco. 


    • mat-hac mat-hac 13 janvier 15:20

      @maQiavel
      Certaines ne veulent même plus réfléchir.


    • mat-hac mat-hac 13 janvier 16:36

      Lagardère Europe 1 réclame ses droits d’auteur sur la vidéo.
      Youtube retravaille la vidéo.


    • mat-hac mat-hac 19 janvier 01:42

      Finalement, c’est Là-bas si j’y suis qui a obligé youtube à retirer la vidéo, pour laquelle les internautes ont payé la diffusion. Youtube m’avait indiqué qu’ils étaient en train d’enlever les droits d’auteur Lagardère pour le logo Europe 1 et le secret des affaires de Xavier Niel.
      Il est indiqué sur la page Là-bas si j’y suis qu’on a le droit de diffuser la vidéo. Il semble donc que les internautes de Là-bas si j’y suis n’ont pas été respectés.


    • mat-hac mat-hac 19 janvier 02:18

      J’ai consulté le juridique. Mermet semble interdire la reproduction de sa vidéo en libre accès pour diffusion, sans l’indiquer. Aussi, pour diffuser une vidéo, il est nécessaire de la reproduire, si on ne veut pas faire face à des problèmes de connexion. Ainsi, le droit lie reproduction et diffusion.

      La reproduction consiste, selon le code de la propriété intellectuelle, en « la fixation matérielle de l’œuvre par tous procédés qui permettent de la communiquer au public d’une manière indirecte »

      Mermet permet la diffusion de manière indirecte puisqu’il permet la diffusion. Il y a fixation matérielle de la vidéo quand on la regarde sur son ordinateur, même si la vidéo est effacée ensuite.

      Je tiens à indiquer que je ne gagne pas d’argent avec les vidéos que je diffuse.


  • Belenos Belenos 13 janvier 15:23

    Excellent article. Juan Branco est intéressant non seulement sur le plan intellectuel mais aussi tout simplement humainement (pour ceux qui comprennent encore ce que cela veut dire sans avoir besoin de l’expliquer). 

    Tout ça combiné à l’actualité des GJ nous confirme dans l’idée qu’il est temps d’organiser une résistance unifiée sur la base d’un projet politique armé d’une triple qualité : facile à comprendreréaliste et non-effrayant pour les masses inertes (les personnes âgées par exemple) que le pouvoir en place peut manipuler le plus facilement par la peur.

    Ce projet doit bien entendu porter sur une modification du système politique lui-même et non sur des applications politiques particulières (dont il sera possible de s’occuper ensuite.)

    Il y a eu les ronds-points, il y a eu les grandes manifestations, et maintenant il faut en plus et surtout des assemblées populaires paisibles et extrêmement conviviales dans la forme (elles seront difficiles à interdire) de citoyens capables de mettre leurs divergences de côté pour s’accorder sur deux points.

      1. Sur le diagnostic : Le système 100% électoraliste a produit au fil du temps une caste pourrie qui a atteint un état de décomposition fatale pour la France. Et c’est le système lui-même qu’il faut changer et non les mauvaises personnes qui sont en place actuellement en espérant que les nouveaux guignols seront plus sympas.
      2. — Sur le remède : il faut injecter une dose de souveraineté directe dans l’organisation politique. On peut en discuter mais le RIC me semble pour cela être l’objectif le plus rassembleur car il est le plus facile à comprendre (80 % de français y sont favorables d’après un sondage récent), le plus réaliste (plus que par exemple "la suppression de l’argent" ou "la disparition de l’Etat"), et le moins effrayant (l’adoption du RIC ne provoquerait pas un effondrement économique du pays, par exemple). 

    Et c’est là qu’on va voir si le mouvement GJ peut trouver une nouvelle dimension sans perdre son âme. 


    • maQiavel maQiavel 14 janvier 09:17

      @Belenos

      Vous avez tout dit.

      Plutôt que de participer à un grand débat qui ne s’avérera qu’une fumisterie dont rien ne sortira, il faut organiser hors de tout cadre politicien , des conférences/débats et ateliers constituants sur le RIC partout en France !


  • Zatara Zatara 13 janvier 15:29

    Excellent.

    Chibane, prends-en de la graine (ce qui ne te dispenses pas de voir ceci)


  • pele mele pele mele 13 janvier 17:28

    Pas d’autre commentaire que Excellent ...

    Le programme politique de Macron se résume en deux mots Mépris, Morve...

    TOUS POURRIS .

    La liberté d’expression avant tout ....

     smiley


    • pele mele pele mele 13 janvier 19:37

      Léché, lâché, lynché. La règle des trois « L » est bien connue parmi ceux qui connaissent gloire et beauté.

       smiley

    • Et Hop ! 14 janvier 00:35

      @pele mele

      "Il n’y a pas loin du Capitole à la Roche Tarpéienne. "


  • Reiki 13 janvier 17:40

    A diffuser le plus possible. Estimation de la violence institutionnel 15 000 mort ? Pas etonnant qu il fassent venir le tiers monde au nom des droit de l homme. La démocratie es devenu une machine a broyer les etres humains....


  • howakhan howakhan 13 janvier 18:27

    Salut, pour saisir aujourd’hui il serait souhaitable selon moi, et pas mal de gens, de remonter a avant la révolution française, visiter a fond le siècle des pseudo lumières, redécouvrir le projet messianique de certains a grande échelle..ceci serait alors un catalyseur.............


    • maQiavel maQiavel 14 janvier 14:12

      @howakhan

      En effet. L’intérêt du retour sur la genèse est très important parce qu’il y a, dans les commencements, des débats où sont dites en toutes lettres des choses qui, après, apparaissent comme des provocations des populistes.

      Comme par exemple , Sieyès qui déclarait : « Les citoyens qui se nomment des représentants renoncent et doivent renoncer à faire eux-mêmes la loi ; ils n’ont pas de volonté particulière à imposer. S’ils dictaient des volontés, la France ne serait plus cet État représentatif ; ce serait un État démocratique. Le peuple, je le répète, dans un pays qui n’est pas une démocratie (et la France ne saurait l’être), le peuple ne peut parler, ne peut agir que par ses représentants. »

      Ou encore Arthur Young, penseur économique respecté par John Stuart Mill, qui écrivait en 1771 : « …il faut être idiot pour ne pas comprendre que les classes populaires doivent être maintenues dans la pauvreté, sans quoi elles ne seront jamais laborieuses. »

      En remontant le temps, on trouve des choses intéressantes.


  • raymond raymond 13 janvier 18:29

    vraiment des pourris !  vivement que les vrais Français dégagent ces monstres !


  • Mollah Homard 13 janvier 18:32

    rien de nouveau , il y a 10 ans benjamin dormann en faisait deja un bouquin avec " ils ont acheté la presse ", décrivant les réseaux oligarchiques francais . a l époque on le regardait du coin de l’oeil et evidemment très peu de relais médiatique . 

    ps : juste a préciser que juan branco a été l’avocat de mélanchon et est le conseiller juridique de julian assange . rien de méprisant pour moi , mais il faut toujours préciser qui sont politiquement les gens 


    • Belenos Belenos 13 janvier 18:40

      @Mollah Homard
      L’identité politique d’un avocat ne se définit pas forcément par celle de ces clients (heureusement !)


    • Belenos Belenos 13 janvier 18:41

      "ses clients"


    • ged252 14 janvier 13:39

      @Belenos
      C’est comme si on disait que l’avocat de Soral ou de Dieudonné ne partageait pas forcément les opinions politiques de Soral ou de Dieudonné.
      .
      Et justement dans ce cas c’est le cas, le type défend la FI, qui est une saloperie marxiste et raciste anti blanc.
      .
      Le programme de Mélenchon c’est la lutte contre le FN, l’immigration incontrôlée, le partage avec le monde entier, et le remplacement des ouvriers blancs par des noirs et des arabes.
      .
      Quand il y a une ânerie à dire ou à faire, ici défendre l’avocat de Mélanchon, on peut toujours compter sur Belénos.


    • Belenos Belenos 14 janvier 20:54

      @ged252
      "Quand il y a une ânerie à dire ou à faire, ici défendre l’avocat de Mélanchon, on peut toujours compter sur Belénos."

      Non seulement je défends l’avocat de Mélenchon, mais en plus, hier, j’ai marché sur l’ombre du cousin du coiffeur de la tante de la belle-soeur du garagiste qui a réparé la voiture du dentiste de la nièce de la petite fille de Georges Marchais.

      En revanche, j’ai perdu le compte de vos âneries à vous, elles sont trop nombreuses. 


  • pegase pegase 13 janvier 19:43

    A la suite de cet entretien, la porte-parole du parti majoritaire, La République en Marche, a demandé, via une procédure officielle, au Procureur de la République de poursuivre Juan Branco et d’assurer sa détention pour avoir, selon elle, "armé les esprits". 

    -

    Quoi, elle a vraiment dit ça ? smiley

    J’en reste sans voix, même plus envie de commenter de telles abjections !

    -

    La vérité c’est qu’il n’y a plus de réelle "opposition" en France depuis l’avènement de Maastricht, et peut être même avant déjà, nous sommes dans une dictature Masstrichienne depuis son avènement en 92 ...


  • stabilob0ss stabilob0ss 13 janvier 22:39

    Excellent article MaQ, merci.

    J’apprécie beaucoup Juan Branco, et j’en profite pour mettre une de ses dernières intervention du 8/01/2019 ici :

    https://www.youtube.com/watch?v=hbSQQZ-t_qg


  • stabilob0ss stabilob0ss 13 janvier 22:42

    Egalement, je mets un lien vers l’ouvrage de Juan Branco, CRÉPUSCULE qui met à jour les arrangements qui ont permis à Macron de s’accaparer tous les pouvoirs :

    https://yetiblog.org/wp-content/uploads/2019/01/Macron-et-son-Crepuscule-Branco.pdf


    • stabilob0ss stabilob0ss 13 janvier 22:43

      @stabilob0ss
      aaahahah j’avais même pas vu que le lien était dispo en tete d’article ! Merci MaQ smiley


    • maQiavel maQiavel 14 janvier 09:19

      @stabilob0ss

      De rien stab. Ça fait plaisir que tu sois revenu parmi nous. smiley

       


  • rogal 13 janvier 23:20

    Armer les esprits ? Et comment !

    Aux armes citoyens !


  • JL 14 janvier 08:46

    Excellent article. Devrait figurer dans Agoravox.


  • Norman Bates Norman Bates 14 janvier 12:21

    La ressemblance physique avec ce Juan m’interpelle...je vais demander officiellement un test ADN, si d’aventure maman m’a caché l’existence d’un demi-frère... smiley


  • Belenos Belenos 14 janvier 13:16

    Des propos prémonitoires de Christophe Rameaux début octobre. 

    "Dans l’Entretien Libre, Aude Lancelin reçoit l’économiste Christophe Ramaux, chercheur au centre d’économie de la Sorbonne. Avec neuf autres membres des Economistes atterrés, il publie ce mercredi 10 octobre aux éditions LLL « Macron, un mauvais tournant »."

    https://www.youtube.com/watch?v=GjqA-0MAMeg


    • ged252 14 janvier 13:50

      @Belenos

      Ca c’est bien de renvoyer un lien vers "Le Média" qui est bien un site créé par la FI, comme à refusé de le dire cet $^= ! : de TotRhino lorsque je lui ai demandé.
      .
      Alors tout ça pue, ça pue la récupération politique
      //------------------------------------------------------

      Le Média est un site d’actualité français gratuit. Lancé le 15 janvier 2018 et fondé par Sophia Chikirou, Henri Poulain et Gérard Miller, il proposa notamment un journal télévisé du lundi au vendredi1.

      Le Média revendique dans sa charte son « pluralisme » et son indépendance vis-à-vis des « puissances industrielles et financières »2. Mais de nombreux médias soulèvent la question de l’indépendance éditoriale du Média vis-à-vis du parti politique La France insoumise3, soulignant notamment que les fondateurs du Média ont soutenu ou participé à la campagne de Jean-Luc Mélenchon lors de l’élection présidentielle de 2017, et affirmant qu’il existe une proximité idéologique entre Le Média et les Insoumis.


    • Belenos Belenos 14 janvier 17:07

      @ged252
      Je ne pratique pas la chasse aux impurs, aux infidèles ou aux sorcières. Je m’intéresse à tout propos intelligent d’où qu’il vienne, et même s’il venait de l’Enfer. Attention à ne pas raisonner comme un antifa à l’envers. Parce que même à l’envers, un antifa reste stupide. Que vous ne souhaitiez pas financer une chaîne qui ne vous convient pas pour sa famille idéologique, je l’entends... mais il n’est pas question de ça ici. Maintenant, si quelque chose est mensonger ou erroné dans l’entretien, n’hésitez pas à corriger, cela sera plus efficace que de crier au loup ou au pestiféré. 


    • Belenos Belenos 14 janvier 17:36

      Et pourtant nul ne pourra me soupçonner ici d’être un sympathisant marxiste. 

       smiley

    • Zatara Zatara 14 janvier 18:15

      @Belenos
      ah si si si, je l’ai déjà fait, ’spèce de crypto-marxisto-cousiniste smiley


    • TotoRhino TotoRhino 15 janvier 09:26

      @ged252
      Ca c’est bien de renvoyer un lien vers "Le Média" qui est bien un site créé par la FI, comme à refusé de le dire cet $^= ! : de TotRhino lorsque je lui ai demandé.

      C’est vrai que "Le Média" est à gauche ? Ah ben mince, quelle info ! Tu devrais faire un article la-dessus pour informer les gens, personne est au courant !

      Mais c’est vrai que le plus simple est de me demander, dès que tu as besoin de "dire" quelque chose, sollicite-moi, pas de souci, à ton service.


  • Nonobstant Nonobstant 14 janvier 19:55

    bonjour les bougeurs, en réponse à la fumeuse longue lettre, ne serait il pas judicieux de lui en renvoyer une courte et concise au nom de tous (le GJ et les gens) stipulant les principales revendications (ISF etc...) Cela ferait montre de l’unité et de la cohésion du mouvement , et que rien n’est laché ? Et qui serait la seule base de discussion ?!


    • maQiavel maQiavel 14 janvier 20:19

      @Nonobstant

      Bonsoir.

      Mon opinion est la suivante : on exige le RIC et une fois obtenu, on discutera ensuite. La discussion n’a aucun sens si l’un des interlocuteurs n’a pas de pouvoir décision.

      Un article dont je partage l’opinion.


    • Belenos Belenos 14 janvier 20:47

      @Nonobstant
      La seule base de discussion valable, c’est d’affirmer que nous voulons retrouver le pouvoir de décision politique qui nous a été dérobé. C’est la seule chose avec laquelle TOUS les citoyens seront d’accord (à part quelques handicapés mentaux). 

      Et puis je vais vous dire un truc : le rétablissement de l’ISF, c’est une revendication symbolique à la con. Je n’échangerais pas un seul baril de RIC contre 20 barils de votre ISF. On s’en fout de l’ISF !! De toute façon, les ultra-riches ne le payaient pas grâce à des techniques d’optimisation fiscale (renseignez-vous). Ca emmerdait juste les "un peu riches" plus écureuils que cigales, et du coup cette revendication stérile d’un retour à cette mesure qu’ils trouvent injuste (l’ISF pose un problème d’égalité devant la loi) les dresse contre les GJ. 


    • barbarello 14 janvier 22:23

      @Belenos

      Idiots sont ceux qui se laissent prendre au piège de la revendication ISF tendu par Macron et ses psycho-enginers. 
      Idiotie que cultive la France insoumise, comme si souvent cultivatrice d’idiotie. 


    • tobor tobor 19 janvier 21:41

      @Belenos
      "...retrouver le pouvoir de décision politique qui nous a été dérobé. C’est la seule chose avec laquelle TOUS les citoyens seront d’accord (à part quelques handicapés mentaux)."
      Vous voilà bien péremptoire ! Quand donc dans l’histoire de France le peuple a-t-il eu le pouvoir de décision politique ?


  • totof totof 15 janvier 00:12

    Très intéressant, en particulier le passage sur la violence...


  • TotoRhino TotoRhino 15 janvier 09:08

    @maQiavel

    https://youtu.be/GrarQsVdsYA (Voir à partir de la 40ème minutes)


    • TotoRhino TotoRhino 15 janvier 09:09

      @TotoRhino
      Zut mon message à été tronqué de moitié (? !)
      Je voulais dire : Maxime Nicoll a visiblement les mêmes "fréquentations" que toi ;)


  • Vraidrapo 15 janvier 09:40

    Un exemple de manipulation des Media, parmi tant d’autres :

    "la séquence du boxeur de CRS sur une passerelle",

    les Media diffusent un montage montrant successivement cet homme en train de faire reculer un CRS avec ses poings contre une matraque puis, l’instant suivant ce même homme en train de piétiner un (autre ?) agent des forces de l’ordre.

    Par hasard, j’ai vu une vidéo montrant la même scène où l’homme saute d’une passerelle pour faire reculer les CRS qui avançaient sur les GJ puis, rebrousse chemin via la passerelle supérieure d’où il avait sauté.

    Ceci peut sembler dérisoire à certains mais, il me semble que devant un tribunal, il y a une différence appréciable entre :

    un citoyen qui se prend ponctuellement pour un Justicier et

    un énergumène qui s’acharne sur un Agent

    Crespo-Mara et La Rouge Ferrari focalisent à la fois sur l’épisode du boxeur et de la maltraitance des envoyés spéciaux de leurs chaines mais, il faut assumer, Mesdames, dans le confort de vos studios !!!


  • Qamarad Qamarad 15 janvier 14:36

    Je viens de finir la vidéo, très éloquent. Je suis impatient de finir son petit opuscule. La médiatisation de Juan Branco est une grande plus-value pour le mouvement GJ qu’il nourrit de son expérience, réflexions et force de travail.


  • TotoRhino TotoRhino 16 janvier 12:34

    Pour rappel, l’interview de Juan Branco par Thinkerview : https://youtu.be/uBaAvHxdShw


  • Qirotatif Qirotatif 16 janvier 18:45

    D’abord je rejoints l’appréciation de plusieurs personnes ici : excellent article.

    Sur l’entrevue de JB, plusieurs remarques :

    - D’abord sur le pouvoir médiatique et sur le fait que les médias ne "porteraient plus une parole saine, véritable, etc." du fait de cette désormais intrication entre le monde des haut fonctionnaires et les intérêts privés de l’oligarchie via notamment les fabriques à élite dont nous parlons depuis des décennies (ENA, ENS, ScP, l’x...) : c’est ma première réserve parce que, précisément, ce n’est pas nouveau. Précisément ce que nous nommions "énarchie" il y a qq années/décennies qui moule les élites étatiques (magistrats, hauts fonctionnaires...) sont en réalité en place depuis très longtemps. Accouplée, consanguine de cette énarchie depuis des lustres, les fortunes privées françaises (et étrangères) se sont intégralement construites sur la commande publique. C’est le cas de Dassault, de Bouygues, etc. Et cela a été et et possible parce qu’en France, 58% du PIB est de la dépense publique. Ainsi, pour le privé, l’Etat et surtout ses dépenses colossales (en énergie- on pourrait parler d’Elf et ses scandales, de GDF qui a basculé dans le privé, d’Areva... - en santé - labo pharmaceutiques et la gabegie de la sécu qui arrange bien les premiers - en automobile/transport - AF, Renault, etc. - en défense, etc., on pourrait faire une liste très longue) sont vitaux pour ces grandes fortunes. Et pour gagner encore plus en pouvoir, le privé a surtout besoin des infras : et c’est ainsi que le se retrouve avec des autoroutes privatisés, des aéroports qui le sont partiellement ou le deviendront à terme, des barrages hydrauliques, le rail, l’énergie, la téléphonie qui s’ouvrent à la concurrence, etc. En gros, Macron n’a rien inventé si ce n’est, sur le plan politique, la convergence des intérêts au profit de l’hyper-classe comme le décrit JB. Mais c’est un peu du détail...

    - Sur la FI : le volet que n’aborde as JB ici, c’est que la question n’est pas seulement la perte de représentativité puisque celle-ci est déjà en œuvre depuis la mise en place de la 5ième constitution (bien avant en réalité) et l’absence totale de proportionnelle pour ne prendre que l’aspect législatif, sachant que pour l’exécutif ce n’est guère mieux avec le scrutin 2 tours, et que pour le judiciaire, c’est le produit de l’énarchie déjà évoquée, sachant également qu’une bonne partie du pouvoir n’est de toutes façons plus au niveau politique et de toutes façons plus en France. La question qui se pose au delà du pb déclencheur du mvt GJ (la paupérisation des Français qui bossent et ne s’en sortent pas) et au-delà de la question de la représentativité, est aussi celle du décalage profond entre ce que veut le peuple de France et les élites : le peuple veut l’arrêt de l’immigration pour 70%, l’élite nous explique qu’il faut continuer seine-st-deniser le pays ; le peuple veut que l’évasion fiscale s’arrêt, que les grandes entreprises payent leurs impôts, l’élite matraque les PME ; etc, le peuple veut recouvrer la souveraineté (même chez la FI même si c’est bidon chez eux), l’élite ne rêve que de mondialisme et de libre-échange (qui se fait au détriment des puissances étrangères  EUA, Chine, pays à l’intérieur de l’UE qui de toutes façons ne jouent pas le jeu avec du dumping social, fiscal, bancaire, juridique, un non-respect des normes sociales et environnementales, une concurrence déloyale, etc.

    Le gouffre entre peuple de France (et peuple principalement autochtone et de province, le mvt GJ en est une parfaite illustration géo-démographique) et l’élite politico-médiatico-affairisto-culturo-intellectuelle est au-delà des deux questions qu’aborde JB et bien au-delà de la personne de Macroute (tout le monde a compris que c’était un pantin, du moins chez les GJ). Et à ce titre, une prétendue "FI", immigrationiste, repentante, culpabilisatrice à un point maladif (voire haineuse de la France pour une partie d’entre elle), faussement souverainiste et communiste dans l’âme (les GJ ne le sont pas en immense majorité... d’où aussi le fait que la FI échoue à les récupérer, Mélench étant perçu pour ce qu’il est, à savoir un sénateur de carrière dont la clientèle se compose depuis toujours de fonctionnaires et d’immigrés pour faire court) ne peut incarner une telle population. 

     Enfin sur les médias, pas grand chose n’a changé là non plus depuis la privatisation de la "une". Souvenons-nous du slogan  "y’en a qu’une c’est la une"  de la maison Bouygues et regardons la situation actuelle : Avec la concentration des médias/annonceurs en si peu de mains et la mondialisation, il y a certes un peu plus d’acteurs, mais rien, absolument rien d’insurmontable pour un Macron (ou un autre) de faire son "métier de pute" comme dirait Minc et de bluffer ces quelques riches propriétaires (les Niel, Lagardère, Drahi et consorts).


  • Jean Keim Jean Keim 18 janvier 07:48

    Pour certains les riches dépendent du pouvoir politiques, pour les autres c’est l’inverse, en fait au niveau visible les uns comme les autres sont les jouets d’un pouvoir qui les dépasse, même les qq. uns qui sont tout en haut, coincés dans le haut, à l’étroit dans la pointe de la pyramide et qui ont l’illusion de mener le jeu, l’asservissement à ce pouvoir est le même, ils mourront avec le poids de ce pouvoir en s’accrochant à lui jusqu’à leur dernier souffle, la mort leur semblera affreuse.


  • tobor tobor 19 janvier 00:48

    Oh, gougletube a bloqué la vidéo, elle doit être intéressante !
    Heureusement qu’elle reste accessible sur le site de la-bas.org ( :
    Chez viméo, la recherche donne sur https://vimeo.com/309833968 une pub...
    .
    Cela dit, ce Juan Branco cartonne !!!


  • Djam Djam 19 janvier 00:58

    @ maQiavel

    Merci beaucoup pour cette vidéo ! L’entretien de ce Juan Branco est brillantissime et percutant.

    On peut télécharger son ouvrage (sur le site de "Là bas si j’y suis") et approfondir son analyse.

     smiley


Réagir