mercredi 21 novembre - par Orwell

Denis Collin : Après la gauche

Des transformations historiques profondes sont en cours dans tous les pays du monde et en particulier dans les pays occidentaux qui ont vécu si longtemps sous le signe du progrès, de la gauche, du mouvement ouvrier et du socialisme. Sur quoi ces changements déboucheront ils ? Nul ne peut le prévoir et on ne peut qu’esquisser ce qui serait à la fois possible et souhaitable. Mais quoi qu’il en soit, la « gauche » est arrivée au terme de son chemin. Une nouvelle page s’ouvre. Comprendre comment on en est arrivé là, c’est peut-être la tâche la plus importante pour affronter l’avenir. 

Auteur : Denis Collin, né en 1952, est agrégé de philosophie et docteur ès lettres. Il est l’auteur de nombreux ouvrages consacrés à la philosophie, à la morale et à la pensée politique. Son Introduction à la pensée de Marx est parue au Seuil en mars 2018. Il fait suite à plusieurs autres ouvrages consacrés à cet important philosophe qu’il faut redécouvrir sous les décombres du marxisme.

 



28 réactions


  • La mouche du coche 21 novembre 09:49

    Franchement les gars, il faudrait être sérieusement dégénéré par cette société dégénérée pour imaginer un seul instant que c’est un athée qui va nous donner les solutions pour sortir de cette société dégénérée par l’athéisme. La vérité ne peut être qu’ailleurs. smiley


    • barbarello barbarello 21 novembre 10:24

      Denis Collin est plutôt intéressant (et relativement ouvert d’esprit) je trouve. On est loin du gauchiste à deux balles (athée ou pas). 

      Découvrez le : http://denis-collin.viabloga.com/

      En tout cas moi je vais écouter ce qu’il dit dans cette présentation ; qui sait, il y a peut être une ou deux remarques ou idées qui valent le détour. 


    • Orwell Orwell 21 novembre 23:28

      @La mouche du coche
      Tu es fou ? Qui t’as dit qu’il est athée ? De toute façon , il n’est pas question ici de sa croyance ou de son incroyance religieuse.


  • maQiavel maQiavel 21 novembre 10:33

    Denis Collin a une excellente faculté de synthèse. Dans cette conférence, il dresse le façon brillante, à l’aide de quelques étapes clés, le tableau historique de l’évolution des sociétés occidentales vers le capitalisme.


  • Earthnet Earthnet 21 novembre 10:35

    La gauche est morte... Mouai sur plan sociétal je ne pense pas. Suffit de voir la ressemblance entre le culte du moi communiste et celui de notre époque. L’international ne s’est jamais mieux portée qu’aujourd’hui... 


    • Earthnet Earthnet 21 novembre 10:36

      @Earthnet

      Danis Collin est une belle synthèse de cette arrogance insupportable et typique des adeptes de son mouvement de pensée. 


  • barbarello barbarello 21 novembre 14:38

    Pour le coup on reste sur sa faim vu le titre "Après la gauche". 

    Non seulement la description de "la gauche" et de son histoire liée au capitalisme est trop conventionnelle et trop typiquement partis/syndicats compatible à mon gout (je préfère de loin la lecture de Michéa https://www.babelio.com/livres/Michea-Les-mysteres-de-la-gauche/461978 qui me semble mieux décrire la vraie nature de "la gauche" et son histoire),
    mais alors quand on arrive au "après, quoi ?", le titre, c’est le vide interstellaire : une société plus égalitaire, un Etat plus social façon CNR, une frugalité et proximité dans la consommation, point barre comme solutions exposées en 3 grosses généralités.
    Quant au "après la gauche, quoi ?", et le questionnement politique, rien. 

    Il m’a déçu Collin là, dommage, on ressort de cet exposé de 3/4 d’heure avec zéro plus value. 


    • La mouche du coche 21 novembre 14:41

      @barbarello
      C’est le propre des marxistes. Ils savent critiquer mais ne proposent jamais rien. Voyez comme Marx n’a jamais proposé quoique ce soit. C’est pour cela que les croyants appellent avec justesse les marxistes, les ENVOYES DU DIABLE, parce que comme lui, ils détruisent mais ne construisent rien.


    • barbarello barbarello 21 novembre 14:53

      @La mouche du coche
      "ENVOYES DU DIABLE " écrit en majuscules, c’est pour me faire peur ?  smiley 


    • La mouche du coche 21 novembre 16:37

      @barbarello
      Disons que c’est surtout parce que j’ai un peu l’impression de m’adresser à des mono-neurones à qui il faut expliquer les choses avec un marteau.


    • barbarello barbarello 21 novembre 16:45

      @La mouche du coche
      PAF majuscule.
      Ca c’était une tapette à mouches  smiley 


  • manolo79 21 novembre 15:35

    @barbarello j ai cru comprendre que tu te rejouissais de la recente mesaventure de vincent lapierre. Si je ne me trompe pas peux tu me dire ce que tu lui reproches ?


    • barbarello barbarello 21 novembre 16:44

      @manolo79
      Bon, allons y pour le tutoiement alors. Tu as mal compris. Bien évidemment je ne me réjouis pas que Lapierre se soit fait lyncher et détrousser par des lobotomisés ultra violents. Et ceci quoi qu’on puisse penser du travail de Lapierre. On n’agresse pas comme ça ainsi quelqu’un juste parce qu’il vous déplait, point barre. 

      Simplement je me suis permis le "caramba encore râté" parce que chaque fois qu’il approche une réunion où trainent des gauchistes, ça fait un peu running gag ce qu’il lui arrive ; façon Le Coyote quand il essaie d’approcher Bip Bip, ou Gros Minet avec Titi. Tu vois ?  smiley 


    • manolo79 21 novembre 18:29

      @barbarello ah ok :) bon je n avais pas compris ta reaction que j apprecie désormais ! t as pas tord.. quand j ai vu ca je me suis aussi dit que sa garde rapprochée sur le terrain n etait pas efficace surement par infériorité numerique..


  • Mollah Homard 21 novembre 16:20

    "la gauche est la salle d’attente pour le fascisme " léo ferré


  • PumTchak PumTchak 22 novembre 07:56

    Conférence intéressante, qu présente les raisons de fond aux évolutions des idées politiques, au delà des formalismes droite/gauche des appareils de pouvoir.

    Il fait bien de rappeler la nécessité de l’état, mais il ne va pas assez loin sur ce sujet. On a fini par s’habituer à l’idée que seules les entreprises sont créatrices et gestionnaires des richesses d’un pays. Quand il parle d’état protecteur, il en présente son versant social et régalien, qui réactive le vieux clivage gauche/pour et droite/contre. Or l’état est aussi créatrice et gestionnaire de richesses.

    L’état a sa raison d’être historique : la gestion de biens communs, avec les équipements publics et les services aux personnes nécessaires aux capacités productives des individus. Il a sa raison d’être productive : les activités économiques stratégiques nécessaires à la souveraineté et l’autonomie du pays. Enfin il a une raison d’être motrice à l’économie : elle sert de pépinière aux entreprises privées par sa planification stratégique favorables à leurs développements (un CICE intelligent, avec des aides qui deviennent de l’investissement).

    Ce qui a disparu est la compréhension que l’état est un acteur économique utile et favorable aux entreprises.


    • Zatara Zatara 23 novembre 22:11

      @PumTchak
      Ce qui a disparu est la compréhension que l’état est un acteur économique utile et favorable aux entreprises.


      pas seulement.... Les outils et les experts (pas l’expertise, l’expérience...) ont totalement disparus dans les corps institutionnels. Suffit de voir le niveau des commissions pour voir que certains députés n’ont ni le niveau, ni la capacité de comprendre de quoi il retourne vraiment. Ou lorsqu’ils le comprennent, ce n’est jamais au détriment de leurs propres carrières... Oui, l’état peut être un sacré outil économique, mais seulement quand il y a autre chose que des politiques de 70 berges aux manettes qui ne comprennent plus rien de l’évolution du monde, ou des banques pour faire un max de fric en 2 ans....


    • Zatara Zatara 23 novembre 22:37

      @PumTchak
      les gabegies sont la règle depuis 30 ou 40 ans, à tous les niveaux.... et ce n’est pas seulement des "coups" de quelques millions sur un an, ou sur quelques années...pour certains, ça se chiffre en milliard.... des exemples ? à la pelle....


    • PumTchak PumTchak 23 novembre 22:47

      @Zatara

      Oui. L’état s’est désemparé de tout moyen d’action, sur les transformations qui seraient nécessaires dans la société et les individus, tant l’exécutif que les fonctionnaires, en ont perdu même cette mémoire.

      Je suis encore dans mon sujet sur les gilets jaunes, si on regarde l’échange Ludosky/Wargon. Ludosky vient de nulle part, elle pose des questions simples à partir de constat d’évidences en politique énergétique (même si elle a potassé avant pour avoir cette capacité à poser ces questions simples). Wargon est ministre, mais est incapable de répondre quoique ce soit : elle n’a que fonction de blablater pour l’autorité qu’elle représente, mais un lobbyiste n’est en rien un ministre. Et derrière elle, le gouvernement comme les ministère n’ont aucune capacité à appréhender les propos de Ludosky, ni les moyens concrets de se poser la question du moteur Phantom ou du gain écologique à la voiture électrique. Et encore moins à dégager une stratégie d’ensemble sur une évolution écologique. 

      Et c’est la même chose en matière de planification économique. L’état aujourd’hui serait incapables de conduire un New Deal ou des grands travaux de relance économique.


    • Zatara Zatara 24 novembre 00:06

      @PumTchak
      A la suite de votre post, si on répond à la question "pourquoi", on dessine alors les contours sociologique de quelque chose dont la stupidité n’a d’égale que l’appât du gain.... Toute autre considération est de l’ordre de la futilité à ce niveau, et l’erreur serait justement de croire que cela est bien plus compliqué que cela en à l’air.... Le secret : complexifié abusivement le système pour que leurs "expertises" puissent paraitre nécessaire.... Et si les résultats ne sont pas là, qu’importe :s’il est impossible d’en diluer la responsabilité derrière le paravent institutionnel, les médias s’occuperont, a minima, d’en relativiser l’impact entre 2 pubs avec les habituels chiens de garde ...


    • Zatara Zatara 24 novembre 00:56

      @PumTchak

      A vrai dire, les gilets jaunes sont la preuve d’une défaite idéologique beaucoup plus vaste que tout ce qu’on nous présente dans les MSM, ou même dans les dit alternatifs... C’est la défaite de 15 ans d’atomisation de ce qui fait société en France. Les banquiers et autres cybernéticiens en tout genre sont allés au bout de la logique disruptrice. Ils ont usés jusqu’à la corde le concept de l’hypnose individualiste pour fragmenter (fracking) jusqu’à la moelle les cerveaux fr sur des sujets annexes, et sur le cœur même des mœurs fr (et en ont profité pour faire rentrer du lumpenproletariat)...

      Finalement, ils ont juste recréé un assemblage disparate qui place la lutte des classes en question centrale, avec des gens qui ne se définissent pas dans la même catégorie politique, mais n’ont tout simplement plus rien à perdre.... Difficile de trouver meilleur point commun.

      75% de sympathisants... et y’en a encore qui ose ramener cela à de simple consommateurs anti écolo qui se satisferont d’une baisse du gazol....


    • Zatara Zatara 24 novembre 01:08

      @PumTchak
      Et c’est la même chose en matière de planification économique. L’état aujourd’hui serait incapables de conduire un New Deal ou des grands travaux de relance économique.

      La dernière version "soft" :
      https://www.youtube.com/watch?v=gY3LtMjyFgc
      Y’en a qui doivent déjà rêver de la version "hard"


    • PumTchak PumTchak 24 novembre 22:57

      Désolé Zat, j’étais pris.

       .

      l’appât du gain

      Oui, c’est vrai, pas besoin de chercher de midi à 14 heures. C’est l’histoire d’une destruction d’un état fort et utile qui existait encore il y a 40 ans.

      Quand on pense que l’ordinateur et la calculatrice n’existaient pas on se demande comment ils arrivaient à gouverner et administrer un pays. Et créer les barrages, le Concorde, le TGV et les grandes entreprises publiques qui nous restent encore. Il y a eu une « état-phagie » : on prend tout ce qu’il y a dedans et on fait bizness.

      Il me semble que c’est la privatisation des autoroutes, dès lors que les investissements publics ont été amortis, qui a déclenché ce dépouillage : si ça passe, alors c’est open-bar.

      .

      Le maintient en vie artificielle de la droite et de la gauche a constamment entravé la vision générale des richesses d’un pays. Avec la droite qui serait la fabrique des doctrines de la création des richesses : il est certain que si on veut en bénéficier, il faut les produire. Avec la gauche qui serait la fabrique de celles de la répartition des richesses : il est certain que plus la société est en bon état, mieux chacun en profite.

      Les deux ne peuvent que fonctionner ensemble, il y a des questions de régulations, mais l’économique et le social sont les deux aspects d’un même mouvement, les deux faces d’une même pièce.

      .

      Mais non, avec les programmes électoraux et les logiciels politiques toujours dysfonctionnels, c’est : vous avez le choix pour la conduite du pays, avec la bagnole qui a les roues ou avec celle qui a le volant. 

      On a abouti à la forme de société la plus laide qui soit, avec une population de rapaces et une d’assistés. Les rapaces sont ceux qui savent en entreprise marcher sur la gueule des autres et par extensions ont pour idéal de vie, non pas une fonction dans la société, mais de gagner le plus de fric, le plus facilement possible. Les assistés sont les incapables, psychologiques, intellectuels, manuels, culturels. Ils ne sont pas à la hauteur, il est donc normal qu’ils soient assistés, c’est leur destin. Les ni-ni, en entre deux, qui n’ont ni intérêt ni besoin particuliers, simples participants à la production, salariés et petits patrons, n’ont pas d’attraits particuliers pour les programmes politiques et servent juste de ciment pour la société (bosse, consomme, paie les impôts). Alors que c’est au contraire cette population qui est le coeur, le soutient et l’utile de la société.


    • PumTchak PumTchak 24 novembre 23:03

      @Zatara

      La dernière version "soft" :
      https://www.youtube.com/watch?v=gY3LtMjyFgc

      Je crois qu’on s’est compris, même plus la force d’épiloguer dessus.
      .

      Y’en a qui doivent déjà rêver de la version "hard"


      Ah, mais c’est déjà commencé : les aéroports, 150 barrages à vendre avant 2022. La Française des jeux, je crois que c’est fait. Les autoroutes on en a parlé. On n’a pas simplement vidé la maison, il reste les meubles, les portes, fenêtres, le toit, les murs...


  • Earthnet Earthnet 22 novembre 08:18

    La finance internationale, le grand patronat et les communistes forment un front commun pour abattre les peuples au profit de l’internationalisme cosmopolite.




    • Earthnet Earthnet 22 novembre 08:19

      @Earthnet

      Cela est une preuve de plus du pourquoi les cocos ont toujours pignon sur rue avec autant de sang sur les mains. 


Réagir