lundi 18 mai - par mat-hac

Covid-19 : une propagande d’état

Depuis le début de la pandémie, le gouvernement essuie une pluie de critiques pour sa mauvaise gestion de la crise. La réponse de l'exécutif est sans appel : censure, atteintes à la liberté d'expression ou encore mises en scène du président de la République pour servir le discours officiel. Une succession d'abus qui inquiètent les syndicats de journalistes. Décryptage.



18 réactions


  • JL 18 mai 15:22

    Excellente vidéo, recommandée à tous.


  • Hieronymus Hieronymus 18 mai 16:44

    elle a un beau rouge à lèvres, ça lui va bien smiley


  • Guepe maçonne Saxons 19 mai 00:41

    Succube


  • rita rita 19 mai 07:42

    Covid-19 : une propagande d’état ?

    Plutôt mensonge d’état, depuis le début Macron et ses 40 voleurs ne font que mentir !

    A croire que tous ces pingouins ne savent rien faire d’autre ?


  • La propagande, la communication gouvernementale, les mensonges, tout ça n’a rien de nouveau...

    Ce qui change, c’est le climat délétère, anti-politique général qui s’est cristallisé avec les Gilets jaunes. La "liberté d’expression" ne signifie pas grand-chose quand le but de celle-ci pour beaucoup est la destruction du politique, sa disparition au profit d’on ne sait quoi. Si vous ne croyez pas au politique, ne vous attendez pas à ce que le politique croit en vous. On en est là.

    Si le "quatrième pouvoir" s’est mis à critiquer le gouvernement cependant alors que la consanguinité est d’habitude totale entre journalistes et politiciens, il y a là peut-être une nouveauté. D’ailleurs, moins les journalistes font un travail honnête d’information et d’opposition régulière et reconnue, plus le complotisme déglingué, méchant, désespéré, absurde se développe sur les réseaux sociaux. La responsabilité des journalistes est là.


  • Djam Djam 19 mai 11:32

    Elle est bien cette demoiselle mais comme beaucoup d’analystes-en-ligne, elle se goure de cible.

    S’en prendre à Macron va exactement dans le sens de ce que veulent ceux-là même qui l’ont installé à la gouvernance française. Comme Macron ne parvient pas à appliquer tous les diktats pondus par Bruxelles et qu’il déclenche des rejets énormes partout il est donc devenu l’homme à abattre pour ses propres souteneurs.

    C’est pourquoi le système laisse les Médiapart et autres Libé pondre des articles anti Macron à tour de page. Madiapart à même missionné le ramolli Denis Robert pour nous gratifier de ses vidéos déprimantes chaque semaine. Quant à Libé, ce journal est un zombie.

    Quand Macron sera balayé par la petite histoire et les scrutins de la représentation cooptée, ce sera une autre marionnette (p’têt bien une femme comme la pronostiqué l’inénarrable Attali) choisie puis imposée par le système qui poursuivra ni plus ni moins le travail de destruction totale des vieilles nations européennes.

    Ce n’est pas seulement Macron qu’il faut dégager, mais le Système tout entier dans lequel nous pourrissons depuis l’invention d’un truc qu’ils appellent la "démocratie représentative", la "mondialisation", l’uniformisation forcée, la spéculation non contrôlée, l’abêtissement des masses, le divertissement perpétuel comme occupation principale de ces mêmes masses.


    • @Djam

      Votre disposition d’esprit complotiste-égotiste ne correspond pas au réel. Moi, moi, je je je pense (rien). C’est facile de se faire des films sur internet. Quand le Président Macron sera réélu, vous tomberez de haut comme les crétinous virtuels étaient sûrs et certains qu’aux européennes, la camp Macron serait sanctionné...

      L’opposition RN n’arrive pas à se renouveler et pas à fédérer. La cassure, le fossé entre "souverainistes" et frontistes est toujours béant. Durant la crise sanitaire, la droite intellectuelle a été incapable de se renouveler ou de s’adapter à la situation (Zemmour notamment) ; les politiciens étaient plus subtils mais pas nécessairement de droite (Mélenchon, Dupont-Gnangnan). Le disque MLP est inusable, on ne l’entend plus. La "droite" parlementaire n’existe pas ; elle est absorbée par la majorité molle des Marcheurs. Le redéploiement de la représentation parlementaire ne devrait pas affecter la majorité quand, de toute façon, il n’y a aucune opposition de type social chez les souverainistes. Le "gaullisme social" de Dupont-Gnangnan, on a vu ce que ça donne. Tout ce qui est droite identitaire n’existe que sur internet ou dans des groupuscules. La "voie" des Gilets jaunes n’a aucun avenir, ils se sont fourvoyés dans des manifestations permanentes avec des revendications farfelues ou superflues. Dupont-Gnangnan n’y a pas gagné en crédibilité par exemple.

      Bref, il n’y a aucune raison sérieuse pour que Macron ne soit pas réélu. Il représente réellement la France d’aujourd’hui, les bobos citadins libertaires et cosmopolites et pas simplement un "système" à la con imaginaire. Les opposants pour l’instant sont fermement dispersés (extrême-gauche indigéniste, RN mou, souverainistes eux-même dispersés, identitaires virtuels) et ne reposent pas sur une base sociale précise.


    • beo111 beo111 19 mai 12:14

      @Jean Robin contre Fantômette

      D’accord que vu d’ici Macron va être facilement réélu. D’un autre côté, rappelons nous. Le mec qui en 2010 aurait dit que non seulement Sarko ne va pas être réélu, mais qu’en plus il va être battu par Hollande, le mec on l’aurait pris pour un fou.


    • @beo111

      Uh uh, certes, moi-même, je croyais que le Fn allait passer à l’époque ! J’avais complètement oublié l’électorat de gauche qui voulait la revanche de 2002.

      Mais quelle revanche en 2022 ? Le fait politique majeur de 2017 demeure : la fusion des bourgeoisies de droite et de gauche qui jouaient depuis longtemps à se quereller politiquement mais qui partageaient tout, mode de vie, mentalité, votes. Macron les a réunies sur un non-programme, sur une ambiguïté politique mais pas sociale. Le socle est bien là. En face : il n’y a rien. Les "nationalistes" sont aussi des bobos qui ne veulent pas revenir sur l’avortement. La bourgeoisie mondialiste a triomphé. Je ne suis d’ailleurs pas contre une stabilisation du quinquennat. La France en a besoin. Mais tant que nous aurons une opposition merdique qui joue à contester même les institutions ou le "système", qui joue à remettre en cause sans arrêt la légitimité du pouvoir, cette opposition sera battue d’avance. 


    • beo111 beo111 19 mai 15:06

      @Jean Robin contre Fantômette

      Battue d’avance, c’est clair, mais quelque soit sa stratégie je ne lui donne guère de chance à une présidentielle. D’ailleurs je vous trouve bien dur avec l’opposition de droite. Après tout, au second tour Gnagnan comme vous dites s’est bien rabattu sur MLP, même si c’est surtout du à son faible score au premier, et il avait besoin de rembourser sa campagne.

      Mais on ne peut rien faire contre un candidat qui a tous les grands médias de masse de son côté. Le capital gagne forcément les élections de masse. Et comme le capital le plus fort est multinational, c’est forcément le mondialisme qui gagne.

      Alors il est vrai qu’internet vient un peu modifier la donne, mais pas tant que ça. Car l’internet de masse ici, c’est les GAFAN. Donc au final c’est encore le mondialisme yankee.

      D’où mon idée de laisser tomber la présidentielle où de toute façon ceux qui ont des idées n’ont aucune chance face à ceux qui ont de l’argent. Il vaut mieux je pense investir le terrain des députés, où le capital n’a à priori aucune légitimité.

      Il est d’ailleurs amusant de voir que si la Révolution a démarré lorsque Mirabeau fit remarquer que les représentants du Roi n’avaient rien à faire parmi les représentants du peuple, et bien en 2020 les représentants de Macron sont majoritaires à l’Assemblée Nationale.

      Il y a donc eu une contre-révolution oligarchique, sournoise et loin des caméras, mais c’est un fait que l’on ne peut plus ignorer de nos jours. Elle a bien entendu de bons côtés, comme une relative stabilité du pouvoir.

      Mais elle ne tolère aucun contre-pouvoir, c’est le règne de l’arbitraire et de la débilité.


    • @beo111

      Dupont-Gnangnan sera un vrai con s’il recommence à la jouer solitaire pour le premier tour. Qu’attend-il pour proposer dès maintenant une alliance de premier tour à Marine Le Pen ? Il faut poursuivre la logique du deuxième tour de 2017. Sinon, les deux seront perdants.
      Il y aurait un contre-pouvoir s’il y avait une opposition construite à l’AN. Le temps passe et rien ne se fait... on parle de Charles Gave... coule... les candidatures hors-système (institutionnel) ne marchent pas en France. 


    • beo111 beo111 20 mai 09:54

      @Jean Robin contre Fantômette

      "Il y aurait un contre-pouvoir s’il y avait une opposition construite à l’AN."

      Le problème c’est que les dernière décennies nous montrent à quel point cette pensée est insuffisante.

      Car après tout, lors des périodes de cohabitation il y avait une opposition construite. On ne vivait pas plus mal d’ailleurs. L’exemple extrême étant chez notre voisin belge qui a vécu sans gouvernement pendant plusieurs mois.

      C’est une situation qui plaît plutôt aux gens qui s’intéressent à la politique, car faute de pouvoir politique, les projets sont menés jusqu’au bout, ils ne sont pas perpétuellement remis en cause au gré des changements de majorité.

      Il y a du bon, mais c’est aussi extrêmement dangereux pour un pays comme la France qui n’est pas neutre militairement, et qui doit donc être en mesure de répondre rapidement aux évolutions mondiales.

      Et même sans parler des Armées, de toute façon la France doit être dirigée.

      On se retrouve donc dans une situation extrême dans presque tous les cas. Soit le Président dispose d’une majorité à l’AN, auquel cas c’est comme maintenant, la dictature.

      Soit il n’en dispose pas, et il est impuissant. Dans tous les cas c’est pas bon.

      Alors évidemment, vu que le peuple français qui est génial politiquement, il devrait être capable tout les cinq ans d’établir l’équilibre parfait sur les bancs de l’AN.

      Vu de loin, il semble que c’était possible sous les premières républiques où tout le monde ne votait pas. Mais maintenant, force est de constater que niveau démocratie, on est passés de la Grèce antique à la graisse en tiques...


    • Djam Djam 20 mai 11:41

      @Jean Robin contre Fantômette

      Soit vous n’avez pas compris mon commentaire soit vous avez envie d’en découdre (?)

      Inutile en tout cas de m’affubler de cet éculé qualificatif de "complotiste", je vais finir par en déduire que vous ne débattez pas mais que vous voulez juste avoir raison unilatéralement et sans appel.

      Je récapitule autrement mon propos.

      1/ Je ne défends pas Macron et j’espère qu’il sera balayé

      2/ je ne me fais pas un film, ce n’est pas nécessaire, les faits parlent d’eux-mêmes et sans avoir besoin d’internet. Oui, j’affirme encore une fois que Macron n’est qu’un outil utile au système qui l’a mis en place. Oui, ces gens savent se débarrasser des outils devenus inutiles parce que trop détesté par la masse... ce qui est le cas de Macron.

      3/ Non, je ne "tomberai pas du haut comme les crétinous virtuels" et ce, tout simplement parce que, Macron réélu ou pas, les fabricants de petits présidents utiles poursuivront leur projet... anéantir les nations au profit du nouvel ordre mondial... qui est là, sous nos yeux.

      Pas besoin non plus d’être insultant lorsque vous n’êtes pas d’accord. Soit vous passez votre chemin, soit vous débattez. Ce n’est pas difficile, non ?


    • @beo111

      L’opposition RPR-PS puis PS-UMP/LR, de plus en plus factice (à partir de 1995 environ) a structuré notre vie politique. Notre système mi-présidentiel, carrément présidentiel en période non-cohabita...tionesque ! marche bien si le bi-partisanisme existe. D’ailleurs, c’est le système institutionnel lui-même qui a créé le bi-partisanisme : pour ou contre de Gaulle, à l’origine ?

      Mais depuis l’effritement lent de la valeur de cet affrontement puis la disparition carrément des deux jambes du bi-partisme (PS en 2002 et 2017, LR en 2017), il n’y a qu’une majorité molle et indéfinie au départ et pas d’opposition. Sauf erreur de ma part, LR n’a que 100 membres à l’AN (sur 577) et le FN, le second parti au premier tour, fait partie d’un groupuscule de non-inscrits de 18 membres...

      Il y aura à nouveau une opposition (politique, médiatique, intellectuelle) lorsqu’il y aura à nouveau une opposition ferme entre deux groupes aspirant à la majorité. Ce sont les Français qui ont voulu cette hégémonie du Centre mou-progressiste anti-sortie de l’UE et anti-"racisme". Que fait Marine Le Pen encore une fois ? Recrute t-elle à LR, tente-elle une alliance avec les souverainistes ? Elle ne fait rien et attend que ça se passe, j’ai l’impression.

      @Djam

      Votre commentaire est très bien, ma petite chérie mais il est un peu court car vous ne parlez pas de l’essentiel, c’est-à-dire de la réalité sociale du pouvoir. Vous essayez d’imiter votre grand mentor Ali Sourate le non-bachelier. Ce crétin a t-il seulement observé que la bourgeoisie anti-raciste et fédéraliste est fermement implantée en France au lieu de parler de "système", de "fabricants", de "nouvel ordre mondial" et autre billevesées abstraites ? Qu’en savez-vous ? Vous savez ce que vous regardez sur internet essentiellement. Vous êtes à l’ère de la vidéo Youtube, du complotisme et des sachants-ignorants dont le grand modèle est Soral.

      Le "concept" Macron aurait pu totalement foirer s’il n’y avait pas de base sociale pour l’accepter et le soutenir. Vous croyez peut-être que c’est un pur pion, qu’il ne sait pas ce qu’il fait, qu’il est déterminé par des forces obscures et souterraines ? Faut arrêter la fumette Soral. Il n’y a que des gens manipulés, inconscients, objectifiés, complètement abrutis selon lui par des forces obscures qu’on connaîtrait très bien par ailleurs... Ce vieux stalinien pédé impuissant qui déteste la terre entière et se prend pour un génie incompris déshumanise tout ce qu’il touche... les êtres ne sont que des pions pour lui. Ca lui donne une aura à ce raté gourou. Soyez plus originale !


    • beo111 beo111 20 mai 18:57

      @Jean Robin contre Fantômette

      Ah bah au RN, comme dans tous les partis je suppose, ils organisent des apéro et ça ça me plaît.

      Quant-à LREM ils font souffrir LR et le PS. On ne peut pas dire qu’ils soient totalement inutiles.

      Mais je trouve que votre perspective est assez triste. Il faut absolument que deux groupes se tapent sur la gueule pour conquérir le pouvoir. Pensez-vous que c’est la la seule solution pour faire monter le niveau ?


    • @beo111

      Oui, c’est comme ça que la France marche le mieux dans le contexte démocratique. Tout remonte à de Gaulle : il a mis en place l’élection du Président au suffrage universel (1962) redonnant de la verticalité à un régime républicain moribond et par suite, a créé les conditions du bipartisme (1965). Aujourd’hui, il n’y a plus de bipartisme mais c’est temporaire. Ce que vous appelez "dictature" est l’hégémonie du parti mou macroniste. Il se pourrait d’ailleurs qu’en s’installant durablement au pouvoir, le parti macroniste secrète lui-même sa propre opposition pour l’élection suivante.


  • Scalpa Scalpa 21 mai 21:05

    https://www.youtube.com/watch?v=dw6IqbQBbbA

    Technocracy’s Coup d’Etat Has Arrived !

Réagir