jeudi 13 décembre 2018 - par Paul Dallio

Bruno Studer (député LREM) : Chérif Chekatt, « un Strasbourgeois né à Strasbourg, un Alsacien né en Alsace, un Français né en France »

A l’Assemblée nationale, le député du Bas-Rhin Bruno Studer (LREM) a rendu un hommage ému aux victimes de l’attaque de Strasbourg qui a fait au moins trois morts dans la nuit de mardi à mercredi 12 décembre 2018. Il a, d'une part, insisté sur la francité du terroriste, et, d'autre part, fustigé le complotisme en vogue sur les réseaux sociaux suite à ce drame.

Le propos de Bruno Studer sur le terroriste islamiste Chérif Chekatt, tendant à en faire un enfant de la République, un authentique fils de France, contraste fortement avec celui de Nicolas Bay, député européen du Rassemblement national, selon lequel « Chérif Chekatt a bénéficié de la générosité de la France et a eu la nationalité française grâce au droit du sol » qui, selon lui, « n'est pas un bon principe » (le RN étant favorable au droit du sang).

Rappelons que, le 21 juin 2017, Bruno Studer s'était dit favorable à l’intégration de l’enseignement de l’islam à l’école dans le cadre du concordat en Alsace-Moselle.

Lors de sa prise de parole à l’Assemblée nationale, le député Bruno Studer a également dénoncé avec force ceux qui, suite à l'attentat de Strasbourg, et « dans le confort indécent de leur anonymat » numérique, « crient au complot d’Etat » :

« Mesdames et messieurs, dans ce moment tragique où je veux croire à l’union et au rassemblement, j’exprime notre honte et notre colère face à ceux qui crient au complot d’État et qui voudraient que ce soit la République qui ait organisé cet attentat. Ceux-là, dans le confort indécent de leur anonymat sur les réseaux sociaux, derrière un écran de smartphone ou derrière un clavier d’ordinateur, nous devons le dire, ceux-là font preuve d’indignité ».

Bruno Studer et ses collègues de LREM auraient-ils le projet de mettre un terme à l'anonymat sur Internet, afin de brider la liberté d'expression des citoyens français ?

Le Rassemblement national réagit très différemment face à cette question du complotisme. Ainsi, Sébastien Chenu, porte-parole du mouvement, met en garde contre une instrumentalisation de cette thématique afin de décrédibiliser les Gilets jaunes. Il rappelle aussi que les médias traditionnels ont parfois fait preuve de complotisme en voyant la main de Trump ou de Poutine derrière les Gilets jaunes.

Qui, entre LREM et le RN, a pour le moment la stratégie gagnante ?

Selon un sondage IFOP, paru le 12 décembre, le RN serait largement en tête (24%) des intentions de vote aux élections européennes de 2019, devant LREM-MoDem (18%) et LR (11%), le PS poursuivant son agonie avec 4,5%.



6 réactions


Réagir