vendredi 5 juillet - par zendragon

Accord UE-MERCOSUR : enjeux et menaces de ce traité de libre échange

— Tatiana V. : "Vendredi 28 juin était annoncé en grande pompe la signature d'un nouveau traité de libre échange entre l'Union Européenne et le Mercosur, à savoir le Marché commun incluant l'Argentine, le Brésil, le Paraguay et l'Uruguay. Un accord qui aura un impact sur l'environnement, la santé des consommateurs, mais également sur l'avenir des agriculteurs français."

— Emmanuel Macron : "Cet accord, à ce stade, est bon"

Le Fil d'Actu, ajoutée le 4 juillet 2019

— Nicolas Hulot : "l'accord avec le Mercosur est complètement antinomique avec nos ambitions climatiques". "Le libre-échange est à l'origine de toutes les problématiques écologiques"

— Amélie de Montchalin (Secrétaire d'Etat chargée des Affaires européennes) : "Si l'écologie ça veut dire le nationaliste, le protectionnisme, le repli sur soi, je suis pas sûre qu'on soit d'accord..."

— Emmanuel Macron : "Cet accord, à ce stade, est bon"

— Tatiana V. : "Les élevages comptent des millers de têtes de bétail, les salaires sont extrêmement bas, les fermes sont de véritables usines et les animaux sont soumis à des traitement médicamenteux, à base notamment d'hormones de croissance rigoureusement, interdits sur le sol européen. Conséquence : la viande sud-américaine coûte beaucoup moins cher à produire que la viande européenne, au détriment de la qualité... Mettre les éleveurs français en concurrence directe avec les éleveurs du Mercosur, c'est les confronter à une concurrence intenable au regard des normes qu'ils sont censés respecter. Et à terme cela pourrait revenir à signer leur arrêt de mort..."

— Emmanuel Macron : "Cet accord, à ce stade, est bon"

— CNews : "Le Brésil utilise plus de 239 substances interdites en Europe, des pesticides classés toxiques pour la santé et l'environnement... (le président Bolsonaro les a tous réautorisés depuis son élection)"

— Emmanuel Macron : "Cet accord, à ce stade, est bon"

— Tatiana V. : "La logique de ce traité est tout simplement archaïque, totalement déconnectée des enjeux économiques et environnementaux actuels. Et si nos dirigeants ont intégré à leurs discours les préoccupations actuelles, leurs actes eux continuent d'aggraver nos problèmes, à rebours des ambitions qu'ils affichent, mais surtout à rebours des décisions qu'il conviendrait de prendre..."

— Emmanuel Macron : "Cet accord, à ce stade, est bon"

 

Mercosur : Le traité qui menace l'agriculture française - Vendredi dernier, l’Union Européenne a signé un accord avec les quatre pays composant le Mercosur, le Marché commun sud-américain : le Brésil, l’Argentine, l’Uruguay et le Paraguay. Serge Faubert nous explique.

Le Média, ajoutée le 5 juillet 2019

 

— Emmanuel Macron : "Cet accord, à ce stade, est bon"

 

Jugé "inacceptable", l’accord entre l’UE et le Mercosur indigne les agriculteurs français

FRANCE 24, ajoutée le 29 juin

 

— Emmanuel Macron : "Cet accord, à ce stade, est bon"

 

Et le CETA aussi c'est bon, Macron ? 

Si c'est pas Macron qui le dit, c'est un sous-fifre... 

franceinfo : 

« Le gouvernement français vient de donner son feu vert à la ratification, par les députés, du Ceta, l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada, Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, estime, mercredi 3 juillet, que "c'est un bon accord dans la réalité". Invité politique de franceinfo, il défend cet accord, critiqué par les écologistes qui estiment que le Canada est un mauvais élève en matière d'environnement. »

Sauf que...

Marianne : 

« Frédéric Viale revient sur le danger que représente le Ceta, traité de libre-échange établi entre le Canada et l'Union européenne. (...)

Cet accord sera le premier de cet ampleur et de cette nature à être ratifié par le Parlement français. Il correspond parfaitement à la vision férocement néolibérale du président Macron et de ses soutiens. Férocement néolibéral car il s'agit d'abord d'un accord de libéralisation, ou, pour le dire clairement, d'un accord qui renforce cette réalité d'une ouverture de notre économie à la concurrence internationale. Celle-ci n'est pas nouvelle, elle est massive avec l'Union européenne, elle en sera encore renforcée. Le CETA est un accord "vivant", ou pour le dire autrement, évolutif. En français, cela veut dire que ce qui est consenti maintenant évoluera par la suite et toujours dans le sens d'une plus grande concurrence. En effet, l'accord comporte un mécanisme dit de "coopération réglementaire" qui prévoit que toutes les normes sanitaires, environnementales et pourquoi pas sociales passeront lentement mais sûrement à la moulinette de décisions technocratiques d'un groupe "d'experts" irresponsables.

Ce "Forum", en toute opacité, aura officiellement pour mission de rendre les réglementations toujours "moins coûteuses" pour les entreprises (art 21-1). Comme il se trouve que les réglementations sont la traduction technique de choix politiques (voulons nous ou pas des OGM dans nos assiettes, du gaz de schistes, ou des services publics), les rendre le moins coûteuses possibles veut dire les rendre inefficaces. Déjà le Canada veut exporter du saumon OGM, des pétroles issus de sables bitumineux, et les transnationales européennes veulent profiter de l'accord. Cela tombe bien, celui-ci leur donne les clefs de la décision politique en réalisant un accord qui leur est fait sur mesure. » (...) 

-> la suite ici, notamment la partie Quand la Commission européenne manipule, décodons les décodeurs

 



20 réactions


  • beo111 beo111 5 juillet 20:23

    Oui d’accord le MERCOSUR c’est pas bien mais là il y a ALERTE CETA. Il faut que toute l’opposition parlementaire annule ses vacances s’il le faut et vienne voter le 17 février CONTRE cette ratification et il faut bien expliquer aux députés macronistes (le seul candidat à la présidentielle ouvertement favorable au CETA) si vous en connaissez que ça va mal se passer pour eux et leur famille s’ils ratifient cette merde !

    Le 17 juillet, chaque voix pour le CETA sera une voix contre la France.


    • beo111 beo111 5 juillet 20:31

      @beo111

      Le 17 février, vous aurez compris le 17 juillet 2019, je confonds avec le 4 février 2008, de très sinistre mémoire. Je remarque d’ailleurs que le Premier ministre qui avait fait un discours ce jour là a perdu par la suite une présidentielle imperdable, et que le Président d’alors a maintenant quelque soucis avec la justice.

      L’histoire n’est tendre ni avec les traîtres, ni avec ceux qui les suivent.


    • mat-hac mat-hac 6 juillet 06:04

      @beo111
      Sujet sans regarder et au regard : Les politiques sont méchants.
      Ségolène sur Yahoo.


    • Julot_Fr 6 juillet 07:37

      @mat-hac

      Les politiques sont les putes des banquiers macons historiquement juifs qui tirent les ficelles de controle de l’ue. Et les trolls essaient de noyer le poisson, eviter l’emulation des qlq citoyens eveilles


    • beo111 beo111 6 juillet 09:23

      @mat-hac

      Oui j’ai approuvé sans même le regarder votre documentaire sur la présidentielle de 2007, car je suis d’accord que c’est un moment clé. Mais voilà, Sarko a gagné, et je dis pas que c’était le paradis sous Chirac mais là c’est parti en couille grave. D’ailleurs je ne suis pas sûr que le CETA aurait été possible sans le traité de Lisbonne.

      Mais voilà, tout ça c’est du passé, et là on est dans le présent. Et il y a urgence, le vote du 17 juillet est peut-être un peu moins important que les accords du GATT, mais il est plus important que n’importe quelle présidentielle française.

      Si ça passe, ce sont les loi payantes en France. Les députés français n’interdiront aucun produit en provenance du Canada même s’il est dangereux pour la santé, car s’ils le faisaient le contribuable français devrait rembourser le manque à gagner que l’industriel canadien ne manquera pas d’exiger auprès du tribunal d’arbitrage (instauré par le CETA).

      Si ça passe, fuck les accords de Paris, il est évidemment anti-écologique de transporter de grosses quantités de marchandises qui pourraient être produites de notre côté de l’Atlantique. Plusieurs ONG ont essayé d’alerter le Président à ce sujet mais il est devenu sourd.

      Et si la globalisation apporte une certaine efficacité dans la production elle apporte aussi évidemment du chômage.

      Et le soucis, c’est que le CETA n’est que l’arbre qui cache la forêt. S’il est ratifié il nous sera impossible de dire non au TAFTA (ÉUA-UE), JEFTA (Japon-UE) et autres accords globaux qui vont permettre aux multinationales charognes de dépecer ce qui reste de nos pays.

      Par contre, si le bon sens l’emporte le 17 juillet, c’est un putain de coup d’arrêt à tous ces accords de merde. Ça me fait penser à 732, Charles Martel arrête la progression de l’expédition arabe à Poitiers.

      Aussi ne soyez pas avare de votre temps. Si vous connaissez un député, téléphonez lui, demandez un rendez-vous. Le député est sensé représenter le peuple, mais si le peuple ne lui dit rien eh bien il va servir Macron. Et le peuple c’est VOUS, alors bougez vous le cul, merde.

      Au minimum, je dis bien au minimum, si vraiment vous ne connaissez aucun député envoyez lui au moins un mail, il y a une lettre type dans ce lien.


  • Clocel Clocel 6 juillet 12:09

    Là ou ça devient franchement hilarant, c’est que le concurrent le plus agressif du Mercosur, c’est le Brésil !

    Son agriculture doit son efficience pour une grande part aux ingénieurs agronomes français, qui, n’ayant pu développer leurs visions de l’agriculture moderne, sont partis en masse dans les années 80.

    L’agriculture en France était et est toujours sous le diktat du GATT, autrement dit, des américains.

    Dans les pratiques agricoles qu’ils ont développé, le pire a côtoyé le meilleur, mais le fait est, que le Brésil a une avance considérable dans les techniques de semis directs, cultures sous couverts végétaux, et il y a beau temps qu’ils ont explosé le rendement du conventionnel !

    Les engrais et les produits phytos n’ont pas été dogmatiquement éliminé, ils en font un usage raisonné, si nécessité seulement, un usage "pompier" dit-on dans ce type d’itinéraire de culture, et de moins en moins au fil du temps et de l’aggradation des sols.

    Suivez les conférences de Lucien Seguy sur Youtube...

    Des agriculteurs en France ont parfaitement compris le potentiel de ce type d’agriculture, ils en récoltent les fruits.

    Voir les vidéos de Jean-Claude Quillet, de Bernard Ronot.

    Que les agriculteurs arrêtent de couiner et se sortent le doigt du cul, qu’ils se parlent, ça devrait aller mieux pour eux.


    • Julot_Fr 6 juillet 15:05

      @Clocel Vous avez 1 point concernant la stupidite des agriculteurs qui appliquent les consignes du GATT, ceux ci sont deja enfouis sous la dette. La ou vous avez tord est que d’une part l’agriculture evolue dans le bon sens en France et dautre part que la concurrence avec les mega usines agricoles produisant de la merde sera necessairement deloyale. Enfin une remarque, cet accord intervient apres que les elites sionistes aient financierement devaste l’argentine puis massivement investi dans les terres agricoles, voir article.. quelle coincidence !? https://www.egaliteetreconciliation.fr/Quel-projet-pour-Israel-en-Argentine-48910.html


    • Clocel Clocel 6 juillet 15:32

      @Julot_Fr

      les alternatives à l’agriculture industrielle existent, ont fait leurs preuves, sont économiquement et écologiquement viables.

      La balle est dans le camp des agriculteurs (et des consommateurs).

      La plupart sont shootés aux subventions, sont intellectuellement incapables de se remettre en question.
      Ils iront donc dans le mur et leurs terres tomberont dans l’escarcelle des multinationales et des banques.

      Les juifs en Argentine et tout le Sud de l’AMSUR, c’est pas nouveau !
      Ils ont rejoint les anciens nazis et leurs descendants, la boucle est bouclée, ça ne surprendra que ceux qui ont appris l’Histoire avec Fernand Nathan...


    • beo111 beo111 6 juillet 15:42

      Sur l’articulation GATT/OMC/CETA/Tout le bordel :

      Les règles de l’OMC héritées du GATT sont formelles : si un pays instaure des relations privilégiées en termes de commerce avec ne fût-ce qu’un autre pays, après il ne peut plus refuser les mêmes relations privilégiées avec d’autres pays.

      C’est pour cela que si le principe des lois payantes est ratifié au parlement français le 17 juillet, ensuite il sera impossible de revenir en arrière, et surtout les autres accords à la con style TAFTA JEFTA et j’en passe ne passeront même pas devant le Parlement, vu que les "acquis" du CETA s’appliqueront aussi automatiquement pour les ÉUA et le Japon et d’ailleurs tout autre pays qui en fera la demande.

      Bon hé, les citoyens français il est temps de vous sortir les doigts du cul pour interpeller votre député afin qu’il vote contre le CETA le 17 juillet.


    • Zatara Zatara 6 juillet 17:01

      @Clocel
      merci pour les références


    • Julot_Fr 7 juillet 10:52

      @Clocel La balle n’est pas dans le camp de agriculteurs. L’euro fort et les regulations draconiennes de l’ue les feront couler a coup sur => les elites vont atteindre leur objectif de defrauder le peuple de tte possession (dans ce cas, les terres agricoles).. sinon je ne crois pas que ce soit une vielle info que les sioniste demontent l’armee de l’argentine et amenent leur bombe nucleaire discretement sur place avec les sous-marins gracieusement offert par Merkel.. on se souvient que Rostschild.. pardon UK avait deja essayer de leur piquer les iles


  • childéric childéric 6 juillet 15:42

    Vive le libre-échange !!!


  • le421 6 juillet 17:17

    Il y a un moment où ça fait tilt dans ma tête.

    Juger à la gueule du client, je reconnais que c’est contraire à mes convictions intimes.

    Sauf lorsque j’ai un interlocuteur avec des yeux fixes exorbités, témoignant d’un fanatisme religieux ou politique.

    Le nom de Amélie De Montchalin m’interpelle...

    Il faut effectivement des fanatiques pour défendre une telle escroquerie.

    Je parle de TAFTA, CETA et Cie !!

    Là où je biche, c’est que les agriculteurs sont globalement de fervents opposants à LFI et qu’avec ces accords, auxquels nous étions farouchement contre, vont leur péter à la gueule joyeusement.

    Et si ça pouvait leur servir de leçon...

    Même pas.


    • beo111 beo111 6 juillet 20:47

      @le421

      Bon de toute façon que je sache LFI a des représentants à l’Assemblée nationale. Donc le 17 au soir, en fonction du pourcentage qui se seront déplacés pour dire non au CETA, on verra bien l’image que les députés insoumis veulent donner d’eux-même : celle de citoyens engagés et conscients des enjeux, ou celle de simples macronistes munis du masque de la rebellitude.


    • le421 7 juillet 08:32

      @beo111
      Je ne doute pas une seule seconde de la position des élus LFI à ce sujet. Les équivoques concernant le bizness et les multinationales, ce n’est pas du côté de la gauche classifiée à tort d’extrême qu’il faut regarder. Mais en face !!
      Le secret des affaires a été voté des deux mains au Parlement Européen par une certaine Marine Le Pen. Extrême ou pas, quand on est de droite, on est de droite. Et on ne défends pas les petites gens, sauf en paroles, à l’approche des élections... Un bulletin, c’est tant d’euros. Et c’est tout ce qui intéresse la PME de Montretout. Le reste ?? Du pipeau ou même de la flûte traversière... Du Jethro Tull en mieux !!


    • beo111 beo111 7 juillet 10:32

      @le421

      Du Jethro Tull en mieux, bien vu smiley c’est vrai que le 17 au soir il faudra voir combien de députés frontistes se seront déplacés (sur leur lieu de travail faut-il le préciser) pour s’opposer à ce texte hallucinant mais tellement structurant pour l’avenir.

      L’opposition au CETA faisait partie des 144 engagements de Marine LP aux dernières présidentielles, il est temps de voir si c’était du vent ou pas. Du vent, instrument à vent, flûte, pipeau, on reste dans le folklore il n’y a rien à faire smiley


  • thierry3468 7 juillet 05:36

    Ne pas oublier que le dernier mot revient au consommateur....Comme le disait Coluche,il suffit de ne pas l’acheter pour qu’ils arrêtent de le vendre.Chacun a ce pouvoir de choisir ce qu’il achète.Nos politiques ont depuis longtemps vendu leur âme au diable.Le peuple doit reprendre ce pouvoir qu’il a trop longtemps délégué à des baltringues et des vendus.Le Gilet Jaune n’est pas que dans la rue ou au carrefour ;il fait ses courses et fait des choix de consommation.


    • beo111 beo111 7 juillet 21:50

      @thierry3468

      Le problème c’est que le Gilet jaune n’a pas beaucoup de fric, sur la longueur il achètera ce qui est moins cher, ce qui vient donc de l’étranger avec des normes sanitaires inférieures.

      Et si on se rend compte que c’est mauvais pour la santé, difficile de l’interdire avec le CETA, puisque dans ce cas le législateur ou le gouvernement devra faire payer le contribuable français pour qu’il rembourse l’industriel canadien de son manque à gagner.


  • zygzornifle zygzornifle 7 juillet 08:49

    Allez les mougeons c’est l’heure de la tonsure .....


  • v.moyal 8 juillet 07:41

    "menaces de ce traité de libre échange"...les français "hélas" ne comprennent toujours rien à la politique, et votent toujours pour le plus mauvais..


Réagir