lundi 13 février - par Simple citoyenne

Tranches de vie d’une ex-michetonneuse

Et si pour une fois lecteurs, on passait à autre chose ; et si pour une fois dans ces temps où l'on suffoque, entre la pollution aux particules et la pollution d'une actualité plus qu'étouffante, on attrapait quelques reportages qui semblent presque hors du temps ; oui lecteurs, vous préférez les faits plus actuels ; mais soufflons pour nous arrêter ( un peu ) afin d'écouter ceux qui entre une ambiance morose, nous racontent leur histoire.

 

 

Michetonneuse !

 

D'ailleurs, il est dans le dictionnaire ce mot, il y est  ? ! dit "Sarah", avec sarcasme. De son passé de michetonneuse à une réussite matérielle dont elle a toujours rêvé ; car elle veut être confondue avec ceux qui n'ont aucun problème d'argent et fera tout pour y parvenir ; " Sarah" témoigne avec franchise, pour Arté radio dans le documentaire intitulé "Diamant sur canapé". de son passé d'ancienne Michetonneuse.

 

 

Tu as, donc, tu es.

 

Ce documentaire paraîtra superficiel pour certains et ils passeront leur chemin, mais à bien "lire" entre les lignes, il n’en est rien ; si l’estime de soi ne tient donc qu’au paraître et aux possessions matérielles, encore et toujours dans ce monde décidément encore matérialiste ; où, tu as, donc, tu es ; les hommes trop riches de leur monnaie à ne plus savoir qu'en faire, n’ont finalement pas plus d’estime d’eux-mêmes, que lesdites michetonneuses qui les abordent, au point même de venir s’humilier et de s’abaisser pour récupérer celles (ou ceux) qu’ils veulent posséder à tout PRIX.

 

 

Faire payer la note ?

 

Mais au-delà de ça, c'est une " Sarah" qui dès l'âge de 15 ans, fut confrontée avant tout, aux problèmes d'argent de sa mère avec qui elle vivait, et qui sans le vouloir en se servant de ses atouts, sans jamais aller au-delà du flirt, dit-elle, renversa la hiérarchie familiale, et fut une sorte de " chef(fe) " de famille, en ramenant à la maison, l'argent dont sa mère avait besoin.

 

Pauvreté dont profitent dans ces cas-là, allègrement, des hommes riches même mariés, sauvés par leur monnaie qui comble un manque d'amour, et sans doute, un manque d'estime de soi, où sans quoi, dans le fond et sans fonds, ces hommes ne seraient rien.

 

 

Document en quatre parties, de moins de sept minutes chacun, Arté a changé son site, et il fonctionne mal sur Agoravox. Afin d'écouter les documents, cliquez sur les flèches directionnelles et non sur play ; c'est bête mais c'est comme ça.

 

Un documentaire de Laetitia Druart Enregistrements le juin 16 ; Mise en ondes & musique Arnaud Forest ; Réalisation Laetitia Druart.

 

 

 

 

 

 



5 réactions


  • Simple citoyenne Simple citoyenne 13 février 10:49

    Afin d’écouter les documents, cliquez sur les flèches directionnelles ; le site d’Arté radio a changé et fonctionne mal.


  • gaijin gaijin 13 février 15:14

    intéressant et symptomatique de la vacuité qui anime une certaine " élite "
    seul moment ou sa voix se fait un peu humaine c’est quand elle dit commencer a veillir ( elle doit avoir 30-35 ans )
    remember cendrillon ................
    " pour ne pas voir qu’un nouveau jour se lève
     elle ferme les yeux et dans ses rêve
     elle part , jolie petite histoire
     ........................................................... "

    https://www.youtube.com/watch?v=jmvt4B8rK2U


    • Simple citoyenne Simple citoyenne 13 février 15:30

      Bonjour gaijin ; oui , c’est juste, j’ai ressenti la même chose et merci j’adore ce titre merci de téléphone ! sinon ce qui m’a touchée, c’est quand elle raconte, que depuis l’âge de 15 ans, c’est elle qui donne de l’argent à sa mère ; là ça fait mal.


  • Croa Croa 13 février 23:19

    Ce n’est pas une michetonneuse. Une vraie michetonneuse est maquée. En fait la michetonneuse est tout simplement une putain (ce terme d’autrefois plus joli que putain mais pas moins image d’une réalité sordide est tombé en désuétude.) 
    .
    En réalité cette dame est une demi-mondaine (une petite demi-mondaine.)


Réagir