samedi 17 décembre 2016 - par manu

Le blé, la base de notre alimentation

Bernard Ronot, agriculteur à la retraite, nous parle de la culture du blé, pourquoi les blés actuels sont pleins de pesticides, de fongicides et d'engrais chimiques. Comment la culture du blé a évolué après la 2de guerre mondiale.

 

 

 

http://fr.chatelaine.com/sante/nutrition/ble-et-gluten-pourquoi-ils-nuisent-a-notre-sante/

http://www.sante-vivante.fr/blog/index.php?post/2011/12/13/Le-pain-est-il-notre-poison-quotidien

http://www.intolerancegluten.com/intolerance_au_gluten.html

http://www.thierrysouccar.com/blog/le-gluten-du-ble-moderne-rend-depressif

 



12 réactions


  • Zatara Zatara 17 décembre 2016 10:29

    Comme toutes choses sur-industrialisé aujourd’hui, ce que nous continuons d’appeler blé n’en a plus que l’esthétique : "l’intérieur" du blé n’a absolument plus rien à voir avec le blé naturelle. Sans parler des taux de pesticides, la molécule de gluten est aussi différente : plus longue et bien plus difficile à casser, c’est à la limite du digeste. En pratique, elle tapisse les parois de l’intestin. La digestion devient non seulement difficile, mais ça flingue le système digestif.
    J’étais gros mangeur de pain, et j’ai vu une différence incroyable en me restreignant à un pain spécifique, ou quelques morceaux à peine par jour. Et il se trouve que le dernier lien décrit parfaitement mon cas il y a quelques mois. Merci Manu pour l’article.


    • manu manu 17 décembre 2016 14:47

      @Zatara

      Dans le 2eme lien on peut lire "Il s’agit d’une mauvaise tolérance aux résidus de digestion du gluten, qui peuvent agir comme des perturbateurs biologiques et/ou être reconnues comme des substances étrangères activant une réponse immunitaire et inflammatoire. Dans tous les cas, il y a altération de la paroi intestinale (atrophie) avec accroissement de sa perméabilité, laissant entrer dans l’organisme des substances dont le passage devrait, en principe, être stoppé par un effet barrière."

      Apparemment le problème est aussi lié ou amplifié par les métaux lourds, pesticides, additifs et conservateurs qui dérèglent notre système enzymatique.(voir 3eme lien vers la fin)


    • Zatara Zatara 17 décembre 2016 15:30

      @manu
      merci et bienvenue Manu


    • manu manu 17 décembre 2016 15:39

      @Zatara

      Merci, je traine plus sur agoravox.fr.


    • manu manu 20 décembre 2016 01:04

      Pour les sceptiques :

      - lien 1

      - lien 2


  • DJL 93VIDEO DJL 93VIDEO 17 décembre 2016 13:57

    En plus d’être empoisonné chimiquement, le blé a été modifié génétiquement pour adapter sa taille aux moissonneuses-batteuses. Le blé et le riz nous ont été confisqués par le cartel des semenciers. Il est très difficile de trouver des graines de blé ou de riz libre de droit dans le commerce. Même Kokopelli, un semencier libre, ne vends pas des graines de blé car c’est trop dangereux pour leur association.
     
    Le cartel des semenciers a un appétit d’ogre, 95% des fruits et légumes BIO vendus dans le commerce proviennent de leurs graines hybride F1 !


  • Carmela Carmela 19 décembre 2016 18:44

    Bonjour Manu,

    Par les articles 33 et 39 du TFUE : "l’agriculture est commune à l’UE qui développe la Productivité et le Progrès Technique" d’où les pesticides, les OGM imposés par l’UE et les grandes exploitations (subventions proportionnelles à la taille) loin des territoires et de la qualité.

    En 2010, l’UE autorise pendant 10 ans 10 nouvelles variétés de maïs OGM dans l’alimentation animale ainsi qu’humaine.
    Elle autorise à nouveau les farines animales mais interdit l’étiquetage des viandes clonées, donc pas de traçabilité.

    Et si en janvier 2015, la possibilité d’introduction des OGM est rendue à chaque Etat, cette directive est si floue qu’un euodéputé dira : "Ce n’est plus l’Autorité Européenne de Santé des Aliments (EFSA), la Commission ou le Conseil qui décideront de la culture d’un OGM sur un territoire donné mais les entreprises semencières elles-mêmes" et puis..... : TAFTA- TTIP business qui va suivre....

     Dans les années 60, avec la politique agricole commune, De Gaulle défendait la qualité des agriculteurs français. L’Union aurait pu projeter une Politique Stratégique d’Autosuffisance Alimentaire basée sur la Qualité, la Diversité des Terroirs à échelle humaine. Mais là, c’était sans compter.... avec les lobbys qui siègent à Bruxelles...

    L’UE condamne "le Vivant"...en n’autorisant que la commercialisation de graines qu’elle a répertoriée et personne ne veut payer le référencement de la biodiversité. in fine, une agriculture qui flirt avec le "hors la loi"...

    L’ hyprocrisie maintenue par l’UE, relayée par le discours des politiques mainstream est insupportable. Ils enfument les citoyens consommateurs, ici producteurs et éleveurs, parce qu’en effet, l’UE favorise des actions bio...MAIS tout le reste de son action, ses objectifs, rentabilité oblige... va à l’encontre du bon procédé agricole cad des systèmes extensifs bio qui eux ne sont pas favorisés du tout. ex : élevages intensifs hors sol avec des fermes louées, subventionnées au mérite de 1000 vaches...)

    Par contre ont fleuri des tas d’orga du type "point infos installation agricole" pour le bio ou " autres alternatives"....qui eux sont subventionnés pour avoir le privilège de maintenir la structure de "l’hypocrisie" du programme UE en cours....

    Merci pour votre partage,


Réagir