Qiroreur Qiroreur 15 mai 11:12

Il a oublié les étrangetés du scrutin lui-même mais ça n’a pas beaucoup d’importance car il y a des raisons de penser qu’elles n’auraient pas eu d’incidence sur le résultat final. 

On peut reprocher ici une analyse purement axée sur la stratégie politicienne et l’absence totale sur le clivage réel et désormais acté dans les urnes entre mondialistes et souverainistes qui sera probablement de plus en plus présenté par nos (très) chers médias comme l’opposition entre les macro-istes, valeureux progressistes, ouverts sur le monde et in fine tenants de la seule et unique issue pour la France face aux divisés et étriqués microscopistes, repliés sur eux-mêmes aux ignobles obsessions xénophobes. 

En écoutant exceptionnellement ce matin un Nicolas Doze en pleine forme et tout sourire sur MacronFM-TV (suite à l’excellent WE qu’il a du passer), me suis dit qu’il n’y avait vraiment pas besoin d’avoir lu toutes la littérature journalopienne pour comprendre que la ligne était et sera désormais celle-là. D’un côté on a un cheval à peine débourré avec le potentiel d’un crack fort de son succès dans la seule et unique course où il a été aligné, un pur-sang mondialiste déféré et reproduit grâce à la compétence de ses éleveurs dans un haras tout beau tout neuf et probablement aidé par quelques techniques de dopage piquées aux médecins des meilleurs équipes cyclistes, de l’autre un melting-pot composé d’un boute-en-train souverainiste capable d’éjecter son jockey à la moindre occasion (NDA), d’une vieille jument, éternelle outsider juste bonne pour un 2/4 à faible côte et montée par une piètre cavalière (MLP) et enfin un vieux canasson sur le retour qui peut à la rigueur balader les enfants sur un manège (JLM)... bref les winners d’un côté et les tocards de l’autre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe