Sentero Sentero 20 avril 01:19

@maQiavel

est-ce que vous pensez qu’agir irrationnellement est forcément synonyme d’agir contre ses intérêts ? 

Non effectivement, se serait plutôt agir contre ses intérêts en en étant pleinement conscient... cela étant la notion d’intérêt est très discutable car cela dépend à quelle échelle et sur quelle période on fait ce calcul d’intérêt... vu ce qui s’est passé après la seconde guerre mondiale on peut penser que les Japonais on tiré un grand "intérêt" à l’avoir perdu quand on regarde leur situation dans les années 1970’s alrs que bien sur ce n’est pas le cas à la fin des années 1940 etc... on peut aussi agir contre son intérêt dans le cadre d’une guerre quitte même à accélérer sa défaite mais pour appliquer son programme idéologique qui apparaît comme prioritaire... bref à posteriori certaines décisions peuvent paraître plus ou moins "intéressantes" ou "désavantageuses" mais cela dépend un peu de comment on l’interprète.

En tous cas dans le cas de cette attaque chimique au gaz je ne pense pas que le fait que cette attaque puisse venir du régime syrien soit exclu (je suis comme vous, je n’en sais rien mais cela ne me parait pas risible de l’envisager) ni si désavantageux forcément pour ce régime voici par exemple trois situations qui pourraient l’expliquer (je reprends un de mes posts d’un autre fil) :

1. Si vous pensez bénéficier d’une impunité totale (avec l’appui russe en particulier à l’ONU) vous pouvez utiliser les armes que vous voulez selon l’intérêt qu’elles peuvent avoir... par exemple celles qui terroriseront le plus pour accélérer une épuration ethnique/religieuse sur le terrain etc... 

2. Il me semble que vous même envisagiez que l’opération puisse venir d’officiers autour d’Assad n’agissant pas sous son ordre (mais le mettant devant le fait accompli)... il y a des faucons dans toutes les armées et vu le type de guerre que montre la Syrie cela ne m’étonnerait pas que certains officiers supérieurs mènent leur propre guerre dans leur zone un peu comme ils l’entendent avec le désir de se venger cruellement de groupes qui se sont opposés à eux parfois très cruellement (comportement un peu irrationnel mais compréhensible si vous avez perdu des proches par exemple) ou surtout pour durcir la guerre en craignant qu’elle aboutisse à une demi victoire (type Syrie fédérale encouragée par la Russie)... 

3. Pour penser que les adversaires d’Assad pouvaient en tirer des bénéfices effectifs (pas de simples condamnations morales ou commerciales ou financières qui sont déjà en partie appliquées et n’apportent plus aucun bénéfice) encore aurait-il fallu prévoir la réactivité inattendue de Trump (présumé favorable à un rapprochement avec la Russie)... cela je pense que personne ne s’y attendait et naturellement ni Assad ni des officiers supérieurs quelconques... ils pouvaient donc très bien se dire qu’il ne se passerait rien de particulier (à part le coté condamnation morale qui ne change presque rien au conflit) et/ou considérer qu’utiliser des armes chimiques consisterait une sorte de test pour évaluer jusqu’où Trump serait prêt à aller... 

En revanche j’écarte comme vous la version d’un dictateur fou en roue libre et agissant sadiquement et irrationnellement... ce n’est pas du tout le profil de la dynastie Assad qui est de contrôler et exploiter leur pays au bénéfice de leur famille et leur clan... si cela se passe tranquillement cette prédation peut être faite de manière assez soft (niveau répression)... en revanche s’il faut terroriser une partie de sa propre population pour garder le contrôle et l’exploitation du pays je pense que c’est une solution qu’elle peut envisager sans trop de scrupules... surtout quand c’est une question de survie. 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe