maQiavel maQiavel 19 avril 21:50

@Sentero

Je ne vois pas de contradiction entre « son modèle part du principe que les acteurs sont essentiellement rationnels et agissent toujours en fonction d’intérêts déterminés. L’expérience montre que c’est faux » et  « quand on accuse un acteur d’attaquer sans qu’aucun bénéfice rationnel ne puisse être déduit de son attaque, alors même que ses adversaires peuvent en tirer tous les bénéfices. Là, il y’a quelque chose qui ne tourne pas rond ». Mais une question qui va permettre de clarifier l’échange : est-ce que vous pensez qu’agir irrationnellement est forcément synonyme d’agir contre ses intérêts ? Moi pas, même si les deux peuvent se combiner. On a vu dans l’histoire des hommes d’Etat qui ont agit de façon irrationnelle mais dans le sens de leurs intérêts, de façon neutre ou contre leurs intérêts. On a même vu des acteurs agir rationnellement contre leurs intérêts (erreur d’évaluation). Ce sont des possibilités.   L’hypothèse que ce soit le président Syrien qui ait ordonné cette attaque me fait sourire, car même s’il peut théoriquement comme n’importe quel acteur agir de façon irrationnelle et /ou contre ses intérêts, je trouve que faire les deux avec une telle intensité (au regard du contexte) serait étonnant. Mais je n’ai pas dit que ce n’est pas lui, je n’en sais rien, ce scénario me semble simplement peu probable au point de me faire sourire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe