Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 19 mars 16:46

@maQiavel
" Bien sur que c’est la cinquième république qui est coupable et précisément pour la raison qu’il énonce : un régime politique qui mise sur l’excellence des homme d’Etat est mauvais , au contraire de bonnes institutions devraient prévoir que les hommes politiques peuvent être mauvais et corrompus. « Quiconque veut fonder un état et lui donner des lois doit supposer d’avance les hommes méchants et toujours prêts à déployer ce caractère de méchanceté » écrivait Nicolas Machiavel."

On retrouve cette idée chez Karl Popper, qui dit en substance qu’une bonne organisation politique est celle dans laquelle même la folie ou la perversité du représentant de l’autorité publique ne pourrait pas causer de catastrophe, tandis que la mauvaise organisation politique est celle qui mise tout sur la vertu de l’homme providentiel. C’est assez logique quand on compare le système d’organisation politique à un organisme ou à une organisation. Par exemple, la bonne santé ne réside pas dans la chance de n’être jamais exposé à aucune maladie mais bien plutôt dans la capacité de résister aux infections et à aux agressions toxiques en déployant les défenses adéquates. De même, une entreprise saine n’est pas celle qui n’a que des bons clients, de bon fournisseurs dans un contexte économique idéal, mais celle qui, lorsqu’elle est confrontée à des situations difficiles, a prévu dès le départ des dispositifs d’adaptation et de résilience. Tous les organisateurs savent que pour préparer le meilleur, il faut prévoir le pire. Or, toute cité doit être organisée ; mais toute organisation risque d’être une prise de pouvoir de l’organisateur au détriment de l’organisation. La bonne organisation est celle qui prévoit la faillibilité de l’organisateur (le chef peut devenir fou, c’est prévu). Quand on applique ce principe à toute notre existence, par exemple au travail, des changements réels apparaissent. 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe