Qiroreur Qiroreur 18 mars 18:31

@maQiavel

@maQiavel
Je comprends parfaitement votre point de vue. C’est un dilemme pour moi, comme je l’ai dit initialement. Je lai tranché (en faveur de revoter après 10 ans d’abstention) avec les mêmes réserves que les vôtres. Pour ma part je ne vois pas d’autre moyen que de faire avancer les idées auxquelles je tiens dans l’opinion (même si les minorités agissantes et déterminées ont toujours changé le cours de l’Histoire, et pas les masses) : 

- souveraineté de la France (monétaire, éco, juridique, diplomatique, militaire) 

- écologie 

- justice sociale et partage des richesses (donc forcément lutte contre la spéculation, la finance inter, les lobbys, l’évasion fiscale, etc.)

- coopération inter afin de mettre fin aux conflits armés qui déstabilisent les pays et provoquent l’exode massif de pop, fin de l’immigration de masse (en partie liée au point précédent) ingérable

- dev de la culture

Autant dire qu’évidemment aucun parti ne répond à lui seul à ces préoccupations. 

Aucune garantie, absolument aucune que les bonnes idées de certains candidats soient in fine appliquées. Tous vos arguments sont recevables mais pour répondre à ça : "Mais comme je le disais, est ce que le plus bas degré de confiance est suffisant pour signer un chèque en blanc ?", je dirais que non, évidemment. Mais en s’abstenant de voter pour un candidat qui n’a jamais eu les manettes, on se prive de tout hypothétique changement. L’un dans l’autre je préfère voter. C’edst la solution du moins pire si vous préférez.

Pour ce qui est de la confiance, je comprends bien ce que c’est un pb central. Néanmoins là encore il faut regarder le parcours des individus (on a pas le choix, et je suis bien d’accord que ça ne peut pas marcher sur la base de la confiance seule, c’est évident) et en juger de leurs cohérences respectives. FA par exemple n’a jamais été très impliqué politiquement. Il a juste fait ses armes avec qui on sait, mais a pris l’option risquée de monter sa structure (sans les médias, sans la finance derrière). J’ai regardé ceux qui l’entourent et ils me semblent qu’au moins il n’y a pas trop de pro de la politicaillerie. De plus il ne s’est pas vautré dans les logiques de partis (d’ailleurs l’UPR n’est même pas un parti). 

MLP est la fille de son père mais son parcours indique qu’elle a (du moins l’affiche-t-elle et met-elle en place une strat dans ce sens) une ambition que JMLP (instrumentalisé comme vous le rappelez) n’a jamais eu, à savoir conquérir le pouvoir. D’ailleurs je ne considère pas l’éviction de JMLP comme une trahison, ce dernier n’acceptant pas l’évolution du parti et en freinant la progression, mais comme de l’opportunisme (c’est moche... mais le FN avec JMLP dans l’ombre à faire ses blagues douteuses était voué à l’échec). Bcp de français voient en elle qq’un qui aime son pays et je pense que c’est le cas (je ne peux pas le jurer évidemment). Qu’il y ait de graves dysfonctionnements au sein de ce parti est une chose, que la candidate se soit par exemple enrichie personnellement (ce qui a priori n’est pas le cas, comme potentiellement Fillon) une autre. Quant aux facteurs "finance", MLP galère plutôt pour avoir des prêts (un indice), et même si elle passe dans les médias il faut considérer le traitement dont elle fait l’objet qui est diamétralement opposé à celui d’un Macron (autre indice). 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe