yoananda yoananda 17 mars 23:31

@maQiavel
ben ... tu me connais un peu maintenant, la sociobiologie (ou si tu préfères la loi des grands nombres) laisse tout de même peu de place à l’imprédictibilité. Je sais que tu ne vois pas les choses comme moi, je ne cherche pas à te convaincre, c’est juste pour expliquer notre décalage.

Mon approche est "systémique", c’est vrai, pas du tout "humaine".

Ce que je veux dire : peut-être qu’on sera plus heureux et qu’on aura un meilleur sentiment de justice et d’équité, mais si c’est au prix (je ne dis pas que c’est le cas, c’est peut-être même l’inverse) qu’on se fasse "bouffer" par les autres pays, ça ne sert à rien.

Quand au pouvoir des algorithmes, je ne sais pas te dire si je me projettes trop loin ou si je vois les choses avec plus d’acuité à ce sujet (oui je sais que les algos sont LOIN d’être tout puissants actuellement, je ne confonds pas la réalité avec les films de SF qui en parlent, mais en fait il suffit qu’ils soient juste un peu plus puissants que nous smiley ). 

Bref, tu penses que c’est un problème pour dialoguer sur le sujet qu’on ai des perceptions du monde différent ?

Une manière de reformuler mon objection, pour la mettre en situation : que devient cette démocratie en cas de guerre par exemple ? (c’est la même objection qui a été faite à la démocratie athénienne il me semble)

Comment elle se comporte en cas de guerre économique ?

Tu as l’exemple parfait avec la construction européenne. Admettons qu’on serait déjà dans le nouveau système politique plus démocratique dont on parle.

On pourrait dire que l’UE et l’Euro jusqu’à un certain point dans le temps (disons symboliquement 2005) étaient tout à fait démocratiques, donc, on peut admettre qu’on se serait engagé dans la construction européenne et l’Euro de la même manière qu’actuellement.

Mais, à cause des différences de productivité entre l’Allemagne et nous (et les autres pays du sud), qui existeraient toujours quelque soit le système démocratique en place, un déséquilibre économique se serait aussi créé qui donne la pré-éminence à l’Allemagne. 

Tu n’es peut-être pas d’accord avec cet exemple, mais admettons si tu veux bien qu’on se retrouve dans une situation de ce style avec notre beau système démocratique en intra, mais avec une compétition féroce en inter.

Est-ce qu’il est résilient ?

La gestion des conflits internes et externes sont l’une des caractéristiques principales des groupes. (l’autre étant la gestion de l’incertitude)

Il me semble important d’aborder ces questions d’autant plus qu’on a pas mal de recherches faites sur le sujet par les universitaires.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe