maQiavel maQiavel 17 mars 20:09

@yoananda

Super, on peut continuer.

Donc la question maintenant, c’est de déterminer à quel niveau le tirage au sort pourrait être utile. Moi et d’autres ( il y’a des discussions là-dessus et tout le monde n’est pas d’accord ) aimerions l’utiliser par exemple comme mécanisme de contre pouvoirs démocratiques ( entre autres).

On fait l’analyse que l’un des problèmes auquel on est confronté ( et donc pas le seul , il y’en a d’autres ) , c’est que le peuple n’a pas de moyens de contrôle sur ceux qui le gouvernent officiellement ( car derrière eux , il y’a bien évidemment des pouvoirs officieux , des lobbies , des réseaux etc mais qui se servent de toute façon des gouvernements comme des chambres d’enregistrements de leurs décisions , le gouvernement et les représentants sont de toute façon des passages obligés pour ces réseaux et ces lobbies ).

Il faut donc redonner au peuple le moyen de les contrôler. Cela passe bien évidemment par la pratique des référendums révocatoires ou d’initiatives populaires comme en Suisse. Seulement, comme on a pu le voir en 2005 , les référendums ne sont pas suffisants. Que se passerait –il si de nouveau, les élus trahissaient les référendums ? On les révoquerait ? Ok. Mais si celui que vous mettez à la place ne revient pas sur la mesure, qu’est ce qu’on fait ? On le révoque aussi et son successeur aussi s’il fait la même chose et ainsi de suite. Ca fait partie des tactiques de pourrissement de l’oligarchie pour jouer l’instabilité exécutive, les choses seront tellement instable que le peuple lui-même va se retirer son pouvoir révocatoire. Et puis, en ce qui concerne les référendums d’initiatives citoyennes, le conseil constitutionnel pourrait bien les retoquer. Ce qui nous amène de nouveau à l’impuissance politique des gouvernés.

Pour ne pas en arriver là, il faut un levier qui instituerait en même temps la stabilité et la puissance politique des gouvernés.

On pourrait par exemple mettre en place une chambre législative tirée au sort (à la place de l’une des deux existantes à ce jour , je dis bien de l’une des deux , on peut en garder une élue ) qui serait chargé des fonctions législative et subdivisés en des collèges de contrôle.

Un collège veillera par exemple au respect des référendums populaires et révocatoires par exemple. Un autre à écouter tout citoyen voulant déclencher une initiative populaire mais qui n’en a pas les moyens financiers et médiatiques, une autre qui s’occuperait de la reddition des comptes des élus ( et des tirés au sort ) et qui les sanctionnerait de peines d’illéligibilité s’ils ont commit des actes allant à l’encontre de l’intérêt général et les déférerait devant des tribunaux , un autre collège travaillerait avec le conseil constitutionnel etc.

Désolé, c’est assez brouillon ce que je dis mais je ne te décrit pas des institutions précises et cohérentes, je donne quelques exemples pour te donner une idée de ce à quoi ça pourrait servir. Encore une fois, ça ne va pas tout résoudre mais ça va résoudre pas mal de choses. Tu me comprends ? Je ne suis pas sur d’avoir été suffisamment clair, désolé si ce n’est pas le cas …


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe