dimanche 5 mars - par Stupeur

Lisa Gerrard (Dead Can Dance) : du Sacrifice à la Rédemption, une odyssée mystique sublime

Sublime ! Il n'y a pas d'autre mot pour évoquer Lisa Gerrard et les hauteurs vertigineuses vers lesquelles ses chansons peuvent nous transporter.

 

Lisa Gerrard, fondatrice du groupe Dead Can Dance avec Brendan Perry, nous offre ici un voyage magnifique, mystique : du Sacrifice à la Rédemption...

 

 

Sacrifice - Lisa Gerrard et Pieter Bourke - HD (extrait du film La Passion du Christ de Mel Gibson, 2004)

Vidéo ajoutée le 2 août 2013 sur la chaîne Clouds arr - durée 7:34

 

 

"Sacrifice" : 9ème chanson de l'album Duality (collaboration entre Lisa Gerrard et Pieter Bourke), sorti en 1998. Utilisée dans le film Révélations (The Insider) de Michael Mann.

 

Sacrifice interprétée en live (sur la chaîne edgarski, vidéo ajoutée le 6 juillet 2006 - durée 7:59)

 

 

 

The Host of Seraphim - Dead Can Dance - extrait du film documentaire Baraka

Vidéo ajoutée le 28 mars 2010 sur la chaîne hilakku - durée 7:14

 

 

"The Host of Seraphim" : 1ère chanson de The Serpent's Egg, 4ème album de Dead Can Dance, sorti le 24 octobre 1988. Utilisée dans le film The Mist et dans le film documentaire Baraka.

 

Voir "The Host of Seraphim" interprétée en live, au Grand Rex (Paris), le 27/09/2012

 

Seraphim - Séraphin :

« Le mot hébreu seraphim est un nom pluriel dérivé du verbe saraph, qui signifie « brûler ». (Lv 4:12.) Le terme hébreu seraphim veut donc dire littéralement « les brûlants ». D'autres sens possibles du mot saraf peuvent être « qui cause une inflammation », ou « venimeux », comme dans Deutéronome (parachat Eqev)1 :

« ... qui t'a conduit à travers ce vaste et redoutable désert, plein de serpents venimeux (na'hash saraf) et de scorpions »

La plupart des historiens de la Bible considèrent que les seraphim bibliques sont dérivés des uraei égyptiens, ces cobras dotés d'ailes symbolisant la fonction protectrice2.

D'autres rapprochent les seraphim du serpent aquatique des origines, le Leviathan, monstre d'origine babylonienne qui pourrait aussi s'appliquer au serpent de la Genèse3.

Les premières traductions de la Bible hébraïque en grec traduisaient d'ailleurs le mot par « serpents ». Mais, progressivement, la référence aux serpents a été occultée, car les serpents ont une connotation négative dans le monde grec (la Méduse et sa chevelure de serpents, qui faisait mourir d'effroi ceux qui la regardaient). C'est particulièrement vrai concernant le livre d'Isaïe, où les séraphins apparaissent volant au-dessus de Dieu. Au fil du temps, les séraphins ont été représentés comme des créatures ailées, souvent à forme humaine.

[...]

 

 

Song of The Stars - Dead Can Dance - extrait de Pina ("L'éblouissant hommage de Wim Wenders à la chorégraphe Pina Bausch, décédée brutalement en 2009 : un film dansé, aérien, au plus près des corps en mouvement, porté par le légendaire ensemble du Tanztheater Wuppertal.")

Vidéo ajoutée le 12 novembre 2012 sur la chaîne fidomaxiss - durée 10:15

 

 

"Song of The Stars" : 2ème chanson de Spiritchaser, 7ème album de Dead Can Dance, sorti le 17 juin 1996.

 

Paroles (extrait) :

We are the stars which sing / Nous sommes les étoiles qui chantent
We sing with our light / Nous chantons avec notre lumière
We are the birds of fire / Nous sommes les oiseaux de feu
We fly over the sky / Nous volons au-dessus du ciel

Our light is a voice / Notre lumière est une voix
We make a road for the spirit to pass over / Nous faisons une route pour que l'esprit passe
For the spirit to pass over / Pour que l'esprit passe

 

 

Sanvean - Lisa Gerrard (Dead Can Dance) - live

Vidéo ajoutée le 29 septembre 2010 sur la chaîne dmivko - durée 3:51

 

 

"Sanvean : I am your shadow" : chanson co-écrite en 1993 par Lisa Gerrard et Andrew Claxton ; sur l'album The Mirror Pool ; chanson interprétée en pseudo-langage (ou Glossolalie : "le fait de parler ou de prier à haute voix dans une langue ayant l'aspect d'une langue étrangère, inconnue de la personne qui parle, ou dans une suite de syllabes incompréhensibles")

 

Voir "Sanvean" en version studio

 

 

Redemption - Lisa Gerrard - HD - extrait du film documentaire Baraka

Vidéo ajoutée le 19 novembre 2009 sur la chaîne musicaeternal - durée 9:00

 

 

"Redemption" : sur l'album The Black Opal, sorti en 2009.

 

 

  --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- Pour aller plus loin --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- ---

 

 - Biographie & Chant :

 

« Lisa Gerrard (née le 12 avril 1961 à Melbourne) est une musicienne et chanteuse australienne, membre fondatrice du groupe Dead Can Dance avec Brendan Perry de 1981 à 1998.

Née de parents irlandais émigrés en Australie, Lisa Gerrard a grandi à Prahran (en) dans la banlieue de Melbourne, parmi les communautés grecques, turques, italiennes, et arabes qui influenceront sa musique.

En 1981 elle intègre le groupe « Dead Can Dance » avec Brendan Perry. Ce nom de groupe est inspiré de celui d'un masque rituel aborigène.

Après la séparation de Dead Can Dance, Lisa Gerrard poursuit une carrière en solo. Un Golden Globe lui a été décerné pour la musique du film Gladiator qu'elle a écrite en collaboration avec le compositeur Hans Zimmer.

2005 marque la reformation du groupe Dead Can Dance pour une tournée européenne et nord-américaine, avec de nouvelles compositions telles que Saffron ou Hymn For The Fallen. » [...]

 

(la suite sur wikipédia)

 

« Sa musique a tour à tour été qualifiée de gothique, de new wave et de world music.

Sa technique de chant est riche et lui confère un caractère unique, une voix profonde de contralto, sombre et aérienne, se mêlant à des mélopées incantatoires, tantôt éthérées, tantôt tribales, basées sur des chants sacrés, mystiques, ou des transes hypnotiques. 

Sa gamme vocale part de contralto ou contralto dramatique comme avec les morceaux Sanvean, Sacrifice, Largo, Lament et Not Yet, et se prolonge en mezzo-soprano dramatique comme pour The Host of Seraphim, Elegy, Space Weaver, Come This Way et One Perfect Sunrise. 

Elle chante dans plusieurs langues comme l'anglais, le breton, le catalan, le persan... Elle chante aussi en glossolalie. » [...]

 

 

- Un article (interview) sur le Figaro (08/08/2012) : Dead Can Dance, la danse des morts bien vivants

 

- Un article (interview) sur Obsküre Mag (13/08/2012) : Dead Can Dance – Interview Obsküre Magazine #10

 

 - Interview 15 questions avec Lisa Gerrard (16/09/2014) :

 

Extrait : « Music opens up the senses to things that can pale in insignificance, it brings light to emotional messages and creates a cathartic gateway to access memory. When it's combined with video and painting, music becomes part of a poem that is a full abstract connection to a story of the heart and mind. In this abstract way, these things unlock a deeper understanding of how we perceive things. » / La musique ouvre les sens à des choses qui peuvent pâlir dans l'insignifiance, ça éclaire des messages émotionnels et crée une passerelle cathartique pour accéder à la mémoire. Combinée à la vidéo et à la peinture, la musique fait partie d'un poème qui est une connexion abstraite totale à une histoire du coeur et de l'esprit. De manière abstraite, celà ouvre une compréhension plus profonde de la façon dont nous percevons les choses.

 

 

 --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- BONUS --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- ---

 

 

Elegy - Lisa Gerrard & Patrick Cassidy - Timelapse Endless Harmony (Harmonie sans fin ; Norvège : Sør-Fron, Trondheim, Venabygdsfjellet et Blåhø)

Vidéo ajoutée le 13 mars 2013 sur la chaîne Espen Alfons - durée 6:39

 

 

 

Space Weaver - Lisa Gerrard - HD (sur l'album The Silver Tree)

Vidéo ajoutée le 30 août 2013 sur la chaîne Asma AbdelQadir - durée 7:15

 

 

 

 *** *** *** 

 

 

local/cache-vignettes/L610xH355/lisa-gerrardcc8f-febce.jpg

 Lisa Gerrard (Varsovie, 2012)

 

local/cache-vignettes/L610xH350/lisa-gerrard85b6-fd915.jpg

 Lisa Gerrard (Grand Rex, Paris, 2012)

 

 

« music wakes up something in my heart that connects me to things differently. I wake up my imagination and it takes me on a journey » / La musique réveille quelque chose dans mon coeur qui me connecte aux choses différemment. J'éveille mon imagination et ça m'entraîne dans un voyage...

Lisa Gerrard (Interview "15 questions")

 

 

Sleep - Lisa Gerrard (sur l'album The Black Opal)

Vidéo ajoutée le 14 mars 2012 sur la chaîne shaatc - durée 7:04

 

 

« Sleep arriva enfin (...) : le sublime murmure de consolation de la Terre Mère... » (Michael Dwyer, The Age - Melbourne Festival 2016 : Lisa Gerrard's performance a revelation - 20 octobre 2016)

 

 



79 réactions


  • Zatara Zatara 5 mars 12:45

    Au passage, je conseil à tous de voir tout ce qui vient de Ron Fricke dont Baraka (dont plusieurs titres viennent de cette artiste).....


  • gaijin gaijin 5 mars 12:49

    euh ....WOUAHW !


  • vesjem vesjem 5 mars 13:36

    j’aime pas


  • Qiroreur Qiroreur 5 mars 13:39

    Stupeur de retour... à chaque fois on a a droit aux tremblements qui vont avec smiley

    Il y a déjà eu plusieurs topics sur DCD mais un de plus ne fait jamais de mal, au contraire, pour ceux qui ne connaîtraient pas...
    Bon, rien à dire, sans être fan absolu (contrairement à de nombreux amis), certains morceaux sont à couper le souffle. L’énergie générée est proprement phénoménale, d’une pureté cristalline sidérante. Dans un tout autre style on retrouve cette capacité à hérisser les poils chez des Amy Whinehouse, les chanteuses de soul-gospel des années 60-70, chez Lakshmi Shankar... 
    Merci pour ce joli sujet

    • Stupeur Stupeur 5 mars 14:35

      @Qiroreur
      Merci pour le commentaire (je suis d’accord sur tout : "certains morceaux sont à couper le souffle" "L’énergie générée est proprement phénoménale" "une pureté cristalline sidérante"...), et le lien (L. Shankar) smiley


    • Stupeur Stupeur 5 mars 17:10

      @Qiroreur
      Quand je vois les initiales DCD je tremble...


    • Stupeur Stupeur 5 mars 17:14

      A propos de tremblements smiley un petit conseil de lecture : La femme qui tremble, de Siri Hustvedt
       

      Soudain victime, en 2005, à l’occasion d’une évocation en public de son père récemment disparu, d’une irrépressible crise de tremblements qui n’affecte cependant ni son raisonnement ni sa faculté de s’exprimer, Siri Hustvedt, constatant la récurrence du phénomène, se met en demeure d’affronter cette expérience de dissociation en allant à la rencontre de cette “femme qui tremble” en forme de Döppelganger qui semble avoir élu domicile en elle.

      Convoquant les avancées de la neurobiologie et de la recherche en matière de psychiatrie aussi bien que les oeuvres littéraires et sa propre expérience d’écrivain, la romancière se livre alors à un examen systématique de certains états-limites afin de prendre la mesure la plus exacte possible de la nature des “gouffres” invisibles qui hantent, fragilisent ou configurent nos existences.

      Aussi ambitieuse que rigoureuse, cette approche inédite et personnelle de l’histoire des pathologies mentales s’élabore au fil d’une réflexion qui transcende la cartographie académique de la souffrance et de l’angoisse pour aborder sans détour les rapports de la maladie avec le geste créateur.


  • Nigari Nigari 5 mars 14:18

    Lisa Gerrard en mode électro avec Klaus Schulze : https://www.youtube.com/watch?v=jsgbYk1vS7Q


  • Norman Bates Norman Bates 5 mars 14:41

    Au moment où un candidat à la présidentielle (Hamon, je crois) propose la prescription de séances sportives dans le cadre de la santé publique...pourquoi pas, hein...je suggère d’inclure la musicothérapie dans cette démarche...

    Du Bruel, du Christophe Maé, du Macias dans les unités de soins palliatifs et les maisons de retraite...pour accentuer les souffrances et atténuer les regrets liés à l’instant fatal du grand et définitif départ vers l’inconnu...

    A l’autre extrémité des vertus thérapeutiques il y a les cordes vocales de Lisa Gerrard...elles font également office de moyen de transport, de l’infiniment proche du voyage immobile, intérieur, introspectif, aux envolées sublimes et inattendues vers des dimensions lointaines, inconnues...
    L’âme réceptive à ces sonorités venues d’ailleurs est perplexe, troublée, face à cette énigme vocale qui se fraye un passage vers ses zones interdites, ses replis et tréfonds en principe inaccessibles...elle est remuée, bouleversée, s’élève, se révèle, se love dans ces perceptions mystérieuses où l’ombre côtoie la lumière, où la peine engendre la joie, où la mélancolie se mue en pensées aériennes libérées du fardeau des défenses conditionnées...
    Sans parure ni artifice, c’est une célébration de la vie par la sublimation des instincts les plus sombres...cette voix voit au plus profond de l’esprit qui prend soin de l’accueillir, elle purifie l’atmosphère, apprivoise les viles pensées, ouvre la porte vers des ailleurs enchanteurs, réanime les splendeurs de l’insouciance perdue, exorcise les plaies d’antan...
    Mots impuissants, dérisoires, pour décrire l’indéfinissable...

    • Carmela Carmela 5 mars 14:57

      @Norman Bates
      @Stupeur

      @Tous !

      Norman... vous aussi... ici ?! smiley

      Lisa et sa voie royale : suprême bonheur, ré-enchanteur de ce dimanche pluvieux et froid !

      Je renouvelle donc à votre destination ainsi qu’à stupeur un grand merci pour ces partages musicaux qui dansent la vie en choeur smiley

      Bonne journée à tous,


    • Stupeur Stupeur 5 mars 15:10

      @Norman Bates
      Alors là fallait le faire ! Placer Bruel en préambule d’un commentaire sur la voix céleste de Lisa Gerrard smiley


    • Stupeur Stupeur 5 mars 16:08

      @Carmela smiley
      Merci, bonne journée aussi !


    • Norman Bates Norman Bates 5 mars 17:30

      @Stupeur

      Je plaide coupable...une incursion dans le champ de la santé publique, une dosette de dérision, un défaut de maîtrise, et voila le résultat...j’en conviens, c’est gracieux et harmonieux comme une bactérie en cavale dans un bloc opératoire...

      Ceci dit, l’indigeste met encore davantage en lumière le céleste... smiley

      Merci en tout cas pour le lumineux partage...


    • Norman Bates Norman Bates 5 mars 17:40

      @Carmela

      Quel incroyable hasard, en effet, que nos esprits "mélomaniaques" se retrouvent sur ce divin module... smiley

      Dimanche en forme de leçon d’humidité également en Provence, l’essentiel est d’avoir les oreilles au sec... smiley

      Belle fin de journée à vous aussi...


    • Stupeur Stupeur 7 mars 17:15

      @Carmela
      múm c’est pétillant comme du Mumm smiley


    • Stupeur Stupeur 7 mars 17:17

       Attention !

      Sabrez !


    • Stupeur Stupeur 7 mars 17:19

      A boire avec modération...

      L’abus d’alcool est dangereux...

      Les femmes et les enfants d’abord... (non, non, pas ça ! smiley )


    • Carmela Carmela 7 mars 18:40

      @Stupeur

      "múm c’est pétillant comme du Mumm"

      Ma mémoire gustative en est toute remuée smiley ...de toutes petites...petites...fines bulles qui pétillent...40000 tourbillonnent... cerveau, vole.. smiley


    • Carmela Carmela 7 mars 18:43

      @Stupeur

      N’allons pas se faire enguirlander... c’est pas nous smiley


    • vesjem vesjem 8 mars 18:28

    • vesjem vesjem 8 mars 19:18

      @vesjem

      pour me faire pardonner

      https://www.youtube.com/watch?v=Vf42IP__ipw


    • Stupeur Stupeur 8 mars 21:46

      @vesjem
      Là maintenant tout de suite c’est du Rachmaninov smiley


    • vesjem vesjem 9 mars 00:38

      @Stupeur

      merveilleux


  • fred fred 5 mars 17:13

    Avec Lisa Gerrard, nous montons au ciel le corps secoué de frissons....SUBLIME !

    Merci.

  • Neo57 Neo57 5 mars 19:52

    Perso j’ai découvert cette chanteuse il y a quelques années, et la première performance que j’ai entendu d’elle fut "The host of Seraphin", autant vous dire que les frissons étaient au rendez-vous... Ce truc vous fout en orbite sans prévenir, faut s’accrocher smiley Mais pour avoir survolé plusieurs de ses albums, je n’ai jamais rien trouvé qui surpasse ce titre. Dommage.


    Du reste, pour rester dans le registre éthéré, mystique, ect... Je préfère quand même ce qui se fait de plus sombre, du genre carrément orienté anciennes civilisations avec une forte connotation neo-évhémeriste. 

    Pour ça on peut écouter les titres "Men like Gods" et "I am Shell I am Bones" de Gazelle Twin, malheureusement la chanteuse n’a plus jamais rien fait de similaire à ces 2 titres, et à part en se perdant longuement dans la partie immergée de Soundcloud, impossible de trouver quoi que ce soit d’équivalent ou de semblable, à ma plus grande déception.

    Enjoy









  • jeanpiètre jeanpiètre 5 mars 21:03

    Une des plus grande diva de notre epoque , les mots sont peu de choses face a son souffle


    • Stupeur Stupeur 5 mars 21:58

      @jeanpiètre
      Exactement ! Tu m’as soufflé les mots de la bouche ! smiley


  • Stupeur Stupeur 5 mars 22:02

    Je sens comme un besoin pressant d’envoyer en ligne quelques liens vers des chansons qui me font frissonner ou planer... (Je préviens avant de passer à l’acte smiley )


  • Stupeur Stupeur 5 mars 22:50

    2ème salve (des "classiques" et des moins "classiques")
     
    Koda -> Machines

    Son Lux -> Easy

    Low Roar :
    -> Patience
    -> "Dreamer" [Official Music Video]

    Agnes Obel -> Fuel To Fire (Official Video)

    Mono -> Pure As Snow

    This Mortal Coil -> Song To The Siren (Official Video)

    Counting Crows -> Colorblind

    Elliott Smith :
    -> Between The Bars (from Either/Or)

    -> Ballad Of Big Nothing (from Either/Or) (la chanson qui me réveille le matin...)

    Biotones & Nazca -> How Far Can We Go [Unofficial Video]


  • Djam Djam 5 mars 23:17

    Variations vocales qui collent exactement avec notre époque : Mystico incompréhensible, tribale de salon, new âge ennuyeux, ligne musicale basée sur des vocalises en langage pseudo antique...bref, la Lisa est bien un produit de la purée musicale post moderne mondialisante...ben oui, faut pouvoir vendre partout !


    • Stupeur Stupeur 6 mars 09:19

      @Djam
      Et avec sa purée, Lisa boit du sang de jeunes filles vierges sacrifiées les nuits de pleine lune. Ceci expliquant son éternelle jeunesse... smiley


  • cathy cathy 6 mars 00:23

    Merci pour ce partage. J’ai découvert la voix de Lisa Gerrard dans gladiator, vraiment sublime, mais trop mystique pour moi, son oeuvre est très inégale. Je préfère les classiques comme le dernier des mohicans. bonne journée 


    • Stupeur Stupeur 6 mars 10:47

      @cathy
      C’est superbe aussi Le dernier des Mohicans smiley

      Merci, bonne journée.


  • Celse 6 mars 12:09
    @Stupeur

    Ca doit être hyper funky les soirées chez vous !

  • Stupeur Stupeur 6 mars 12:29

    3ème salve (plutôt sombre...)
     
    Herman Düne -> Little Architect

    Joy Division -> Love Will Tear Us Apart [OFFICIAL MUSIC VIDEO]

    Neli Andreeva & Georgi Genov -> Malka Moma (Official Video)

    Stevie Nicks & Fleetwood Mac (Live 1979) -> Sara

    Gregory Alan Isakov -> Black & Blue

    Industries of the Blind -> I just wanted to make you something beautiful

    Nick Badza -> i’m not really fine (Luna Bijl)

    Kristin McClement -> Drink Waltz

    LISBONNE TÉLÉGRAMME -> JE N’OSE PLUS (Officiel)
     


  • xenozoid xenozoid 6 mars 17:22

    merci good timing


  • hase hase 6 mars 22:16

    C’est sensé dire quoi ces horreurs ?
    effets spéciaux, maltraitance d’animaux, spiritualité de new age !!! au fou !


Réagir