vendredi 15 novembre 2013 - par Stupeur

J. S. Bach par Marie-Claire Alain, organiste virtuose

Marie-Claire Alain nous a quittés en février 2013. Elle était une extraordinaire organiste qui jouait magnifiquement la musique de Johann Sebastian Bach sur des orgues grandioses (en Alsace, aux Pays-Bas, en Allemagne...).

 

Orgues, Toccates et Fantaisies
Marie-Claire Alain joue Johann Sebastian Bach

réalisé par Bruno Monsaingeon

 

partie 1/6

 

partie 2/6

 

 partie 3/6


 partie 4/6


 partie 5/6


 partie 6/6

 

 

« Marie-Claire Alain est une organiste concertiste française, née à Saint-Germain-en-Laye le 10 août 1926, et morte au Pecq le 26 février 2013.

Elle compte parmi les plus illustres organistes de sa génération, de réputation internationale. Les critiques sont unanimes à louer la clarté lumineuse de son jeu, la pureté de son style, la musicalité intense et vivante de son interprétation, et sa maîtrise dans l’art de la registration.

...

Elle est la fille du compositeur et organiste Albert Alain et de Magdeleine Alberty. Elle est la sœur benjamine du compositeur et organiste Jehan Alain (1911-1940), de Marie-Odile et Olivier Alain, musicologue et compositeur.

...

Après des études secondaires à l’Institut Notre-Dame de Saint-Germain-en-Laye, elle est élève de Yves Nat au piano, elle suit les cours du Conservatoire national supérieur de Paris où elle est élève de Marcel Dupré, de Maurice Duruflé et de Simone Plé-Caussade.

Elle obtient les cinq premiers prix d’harmonie, de contrepoint, de fugue, d’orgue et d’improvisation. Elle est également diplômée en pédagogie musicale.

...

Elle démarre sa carrière, en 1937 dès l’âge de 11 ans, comme suppléante de son père à l’orgue de l’église Saint-Germain de Saint-Germain-en-Laye. Elle sera titulaire de cet orgue à la mort de son père en 1971. Durant toute sa carrière (1950-2010), elle donnera plus de 2 500 concerts à travers le monde.

...

Elle a réalisé plus de 220 gravures sur disque et plus d’une soixantaine de CD. Intégrales : J. S. Bach (trois intégrales),BuxtehudeBruhnsGeorg BöhmCouperin (3 versions), Grigny (3 versions), DaquinPachelbelMendelssohnFranck (2 versions), Jehan Alain (3 versions) et les concertos de PoulencChaynesHaendel, J. S. Bach, C.P.E. BachHaydnMozartVivaldi, la plupart avec l’orchestre de chambre Jean-François Paillard, et qui lui ont valu plus de quinze Grands Prix du disque et de nombreux Diapasons d’or. LisztWidorVierne et Messiaen ont aussi fait l’objet de plusieurs CD. Elle a, entre autres, réalisé de nombreux enregistrements d’œuvres pour trompette et orgue avec le trompettiste Maurice André*. »

 

Extrait de cette page Wikipédia

 

 

Johann Sebastian Bach, Oeuvres pour orgue, jouées par Marie-Claire Alain (playlist de 14 vidéos)

 

Vous pouvez accéder directement aux 14 vidéos de la playlist, pour y lire leur description ("à propos de ") : J. S. Bach : Organ Complete Works (Marie-Claire Alain)

 

Description de la 1ère vidéo :

 

1. Praeludium et Fuga in E minor, BWV 548 (00:00)


From "The Eighteen" Chorale Preludes
2. An Wasserflussen Babylon, BWV 653 (14:47)
3. Von Gott will ich nicht lassen, BWV 658 (20:07)
4. Von Gott will ich nicht lassen, BWV 658 (24:27)


5. Praeludium et Fuga in B minor, BWV 544 (32:28)

From "The Eighteen" Chorale Preludes
6. Allein Gott in der Hoh sei Ehr, BWV 662 (45:35)
7. Allein Gott in der Hoh sei Ehr, BWV 663 (53:29)
8. Trio super : Allein Gott in der Hoh sei Ehr, BWV 664 (01:00:11)


Marie-Claire Alain (1926 - 2013)
Orgue de la Martinikerk **, Groningen [Schnitger / Ahrend]

Avril 1985, dans la Martinikerk, Groningen, Pays-Bas.

 

 

* * * * * * * * * * * *

 

 

* Maurice André/Marie-Claire Alain. Albinoni - Concerto pour hautbois N°2 - Adagio. (Trans. pour trompette et orgue).

 

 


Maurice André : Trompette. Marie-Claire Alain : Orgue.

Une transcription par Marie-Claire Alain du Concerto pour hautbois N°2 en ré mineur de Albinoni.

Enregistré à la Collégiale de Saint-Quentin en 1970.
Orgue par Haerpfer-Erman.

Photos : Cathédrale Notre-Dame de Chartres

 

 

** « La Martinikerk (l’église de Martin) est la plus vieille église de la ville de Groningue, aux Pays-Bas. L’église et son clocher, la Martinitoren, sont dédiés à saint Martin de Tours, saint patron de l’archidiocèse d’Utrecht, auquel a appartenu Groningue.

 

L’église contient des éléments de plusieurs périodes. La première tour, construite au XIIIe siècle, a été détruite par la foudre au XVe siècle. Une nouvelle tour a été construite mais elle a également été victime de la foudre quelques années plus tard. La tour actuelle, la troisième, a été érigée entre 1469 et 1482. La plupart des fresques ont été bien conservées. L’orgue contient des éléments datant de 1450.

 

Cette église a été la cathédrale de l’évêché de Groningue de 1559 à 1594. Les Groninguois l’appellent familièrement d’Olle Grieze (la vieille grise). »

 

Extrait de cette page Wikipédia

 

 

Un article sur les orgues Silbermann : Les Silbermann d’Alsace

 



17 réactions


  • Lisa Sion Lisa Sion 15 novembre 2013 21:17

    Ça alors, comme c’est surprenant, quand je suis de bonne humeur, j’écris aussi des kilomètres de : Bidou bidou bidou bidou bidou bidou doudou, bidou bidou bidou bidou bidou doudou, bidou bidou bidou bidou bidou doudou POOOOOOOOOOOOOOOO O O !!


    • Justin Justin 16 novembre 2013 05:58

      Quoi Sionitz ! vous faites encore poopoo au lit ?


  • Stupeur Stupeur 15 novembre 2013 21:20

     Le travail des jambes est très impressionnant ! Les mains sont déjà bien occupées avec les trois claviers, mais quand en plus il faut coordonner ça avec le travail des deux pieds... j’en reste bouche bée smiley 

     

    • wesson 16 novembre 2013 16:56

      ça c’est vrai, 


      il a dû en crever de faim des pauvres pour économiser de quoi à payer ces orgues là...

      bon sinon je suis de mauvaise foi, j’adore les grandes orgues. Merci Stupeur !

    • Stupeur Stupeur 16 novembre 2013 17:19

       oui wesson, c’est vrai que devant une telle beauté, on oublie facilement tous ceux qui ont été saignés...

       

  • Stupeur Stupeur 15 novembre 2013 21:31

     

    Un article sur l’histoire des orgues de la Cathédrale de Strasbourg.
     

  • Pyrathome Pyrathome 15 novembre 2013 23:06

    Merveilleux !!


  • julien58 julien58 15 novembre 2013 23:52

    """
    Le travail des jambes est très impressionnant ! Les mains sont déjà bien occupées avec les trois claviers, mais quand en plus il faut coordonner ça avec le travail des deux pieds... j’en reste bouche bée
    """

    C’est la réflexion que je me suis faite aussi. Merci pour l’article.


  • ChatquiChouine ChatquiChouine 16 novembre 2013 13:06

    Salut Stupeur,

    Parabole amusante de voir la maestria de cette interprète coordonnant à la perfection ses 4 membres sur ses 4 claviers et sachant tirer la quintessence de la complexité de cet ordinateur musical laissée par nos médias à la confidentialité de quelques initiés tandis qu’ils s’évertuent à nous faire admirer des footeux incapables de coordonner leurs 2 pieds...
     Nul doute que cette artiste s’en fichait, pleinement comblée par la joie quotidienne d’affronter le défi de maitriser son instrument et l’oeuvre de l’interprète.
     Mention spéciale aussi à Maurice André (dernière vidéo) pour son éblouissante maitrise et sensibilité.


    • Stupeur Stupeur 16 novembre 2013 17:12

       Salut ChatquiChouine

       
      S’il y a bien un jeu de jambes qui ne risque pas d’intéresser les très médiatisés footeux, c’est bien celui de Marie-Claire Alain... 
      Je ne moque pas trop, parce que l’existence de Mme Alain m’était parfaitement inconnue avant hier... smiley 
       
       ♫♪ Maurice André ♫♪ 
       Albinoni - Alain - André : noté AAA par l’agence Stupeur & Poor’s smiley 
       

    • ChatquiChouine ChatquiChouine 16 novembre 2013 17:55

      Je reconnais bien volontiers aussi que je découvre cette interprète, mais à ma décharge, je suis assez peu sensible aux grandes orgues, et même si cette oeuvre a été à l’origine conçue pour cet instrument, je préfère "toccata et fugue" au piano, les gouts et la nature ne se commandent pas.

      Sinon, content d’apprendre qu’une nouvelle agence de notation vient de voir le jour...arf !...toujours le bon mot Stupeur, espérons que cette agence d’utilité publique nous gratifiera plus régulièrement de ses appréciations.


  • laertes 16 novembre 2013 20:32

    Je n’aime pas trop le son du premier orgue. Marie Claire alain appartient à l’école prébaroqueuse.... un peu désuète. Mais la voir avec ses jambes courir sur le pédalier pour sortir ces sons stupéfiants est impressionnant.
    N’oublions pas de rendre hommage au créateur de cette musique unique dans l’histoire de l’humanité, qui a l’éclat et la dureté du diamant, qui résiste à tout (on pourrait la jouer sur carosseries de voiture sans la dénaturer) et de qui Cioran disant, pour complèter ce qui a déjà été dit : "s’il y a quelqu’un à qui Dieu doit tout......", Jean Sébastien Bach !


Réagir