vendredi 6 avril 2012 - par Stupeur

Choeurs Célestes : Allegri, Haendel, Bach, Mozart...

Quand les Choeurs battent,

La démesure céleste nous laisse sans voix...

 

Miserere Mei Deus - Gregorio Allegri - The Sixteen

 

Le Miserere d’Allegri est une œuvre musicale chantée a cappella, composée après 1630, durant le règne du pape Urbain VIII, et entendu pour la première fois le 12 avril 1639.

 

Le Miserere (Psaume 50) était chanté à la Chapelle Sixtine lors des matines du mercredi et vendredi de la Semaine Sainte, et uniquement en ce lieu et à cette occasion. Il était chanté en alternance avec les versets psalmodiés de manière monodique (comme cela se pratiquait depuis des siècles), à la fin de l’Office des Ténèbres, alors que les cierges qui éclairaient la Chapelle étaient progressivement éteints. En présence du Pape et des cardinaux agenouillés, les chanteurs de la Chapelle improvisaient de somptueux ornements sur la psalmodie en faux-bourdon.

On était donc finalement en présence d’une mise en forme post-tridentine basée sur une rhétorique baroque parfaitement maîtrisée. Mais progressivement, la technique vocale des membres de la Chapelle perdant en éclat et leur capacité à improviser de savants contrepoints s’étiolant, les ornements disparurent et à la fin du XVIIIe siècle il ne restait plus que les ornements les plus aigus réservés aux castrats, appris par cœur par deux sopranos, qui nous sont parvenus par le biais de la première publication par Charles Burney, au XVIIIe siècle.

 

- ♫♪ -

 

Dixit Dominus (HWV 232) - Georg Friedrich Haendel - Ensemble vocal Lausanne

 

Ensemble vocal Lausanne :
Michel Corboz (direction)

 

Le Dixit Dominus, HWV 232 est une œuvre sacrée de Georg Friedrich Haendel composée et créée en 1707, dont le texte est emprunté au psaume 110 (ou 109) de la Vulgate.

 

- ♫♪ -

 

Magnificat en ré majeur (BWV 243) - Johann Sebastian Bach

 

Abbaye de Waldsassen en Bavière (Allemagne - 2003)

Johannette Zomer (Soprano), Annette Markert (Alto), Werner Güra (Ténor), Klaus Mertens (Basse)

Choeur de Neubeuern

Orchestre KlangVerwaltung de Munich

Enoch zu Guttenberg (direction)

 

Le Magnificat en ré majeur BWV 243 est l’une des œuvres vocales majeures de Johann Sebastian Bach. Il a été écrit pour la fête de la Visitation de la Vierge Marie le 2 juillet 1733 pour chœur à cinq voix et orchestre. Il s’agit de l’une des rares pièces musicales du compositeur reposant sur un texte en latin, l’autre exemple le plus célèbre étant sa Messe en si mineur qui partage également la caractéristique d’être écrite à cinq voix.

 

- ♫♪ -

 

La messe de Requiem en ré mineur (KV 626) - Wolfgang Amadeus Mozart - Herbert von Karajan

 

1986

Wiener Philharmoniker
Wiener Singverein
Herbert von Karajan (direction)
Anna Tomowa-Sintow (soprano), Helga Müller Molinari (alto), Vinson Cole (ténor), Paata Burchuladze (basse)
 

La messe de Requiem en ré mineur (KV 626) de Wolfgang Amadeus Mozart, composée en 1791, est la dernière œuvre du compositeur. Elle n’est de la main de Mozart que pour les deux tiers environ, la mort en ayant interrompu la composition. Elle reste néanmoins une de ses œuvres emblématiques. Sa veuve, Constance, pour pouvoir honorer malgré tout la commande, demanda à Joseph Eybler et Franz Xaver Süßmayr de compléter la partition. Le Requiem a suscité de nombreuses légendes, tant du fait des circonstances insolites de sa commande que de la difficulté à distinguer exactement ce qui était de la main de Mozart et ce qui ne l’était pas.


2:05 I. Introitus : Requiem aeternam
7:34 II. Kyrie eleison


III. Sequentia
10:16 1. Dies irae
12:09 2. Tuba mirum
16:01 3. Rex tremendae majestatis
18:22 4. Recordare, Jesu pie
23:32 5. Confutatis maledictis
25:54 6. Lacrimosa dies illa
IV. Offertorium
29:29 1. Domine Jesu Christe
33:22 2. Hostias et preces
38:00 V. Sanctus Dominus
39:50 VI. Benedictus
45:30 VII. Agnus Dei
49:13 VIII. Communio : Lux aeterna

 

- ♫♪ -

 

O Magnum MysteriumMorten Lauridsen - Winchester Cathedral Choir

 

Morten Lauridsen (né le 27 février 1943 à Colfax (Washington)) est un compositeur américain d’ascendance danoise. C’est depuis longtemps un professeur de composition à l’école de musique Thornton de l’Université de Californie du Sud (University of Southern California, abrégé USC), et il fut président du département de composition entre 1990 et 2002.

 

Il écrit de la musique sacrée et profane. Une bonne part du charme de Lauridsen vient de ses harmonies colorées par l’ajout de note à des accords, avec notamment ce qu’on pourrait appeler une « signature » : une structure harmonique de premier renversement d’un accord parfait majeur auquel s’ajoute une quarte juste ou une seconde majeure sur la fondamentale.

 

 - ♫♪ -

 

Ave Verum Corpus - Wolfgang Amadeus Mozart - King’s College Choir (Cambridge)

 

Ave Verum Corpus (AVC) est une prière catholique dédiée à Jésus-Christ. Son titre latin signifie Salut, Vrai Corps en français. On rencontre parfois la forme plus courte Ave Verum.

 

Le motet de Mozart fut composé le 17 juin 1791 pour la fête du Corps du Christ. Il l’a adressé à son ami Anton Stoll, qui était aussi l’ami de Josef Haydn. Ce motet de quarante-six mesures seulement est simplement écrit en sotto voce pour un chœur, des cordes et un orgue.

 

- ♫♪ -

 

Miserere Mei Deus (version courte) - Gregorio Allegri - King’s College Choir (Cambridge)

 

La légende :

Dès les premières années, le Vatican avait interdit de le reproduire ou de le diffuser afin d’en préserver le caractère unique. Le transcrire ou le jouer ailleurs qu’en ces lieux aurait été puni d’excommunication, spécialement pour les choristes qui étaient les seules personnes à même de diffuser l’oeuvre dans son intégralité.

Cependant, il y eut de nombreuses transcriptions supposées du Miserere parmi les cours royales d’Europe, mais jamais de la qualité de celle qui se jouait à Rome. Selon de nombreuses lettres, Mozart, âgé de quatorze ans, a réussi à retranscrire l’œuvre après seulement une ou deux écoutes. Alors qu’il visitait Rome, avec son père, il eut la chance de pouvoir écouter le Miserere le mercredi de la Semaine Sainte. Le soir même, il retranscrivait le morceau de mémoire. Il l’écouta encore une fois le vendredi qui suivit pour pouvoir faire quelques modifications. Le Miserere obtenu fut publié en 1771 à Londres et l’interdiction papale levée. Mais cette version n’incluait pas les ornements baroques qui faisaient le succès et la beauté du chant. Mozart fut accusé d’avoir volé la partition car il paraissait impossible qu’un enfant de quatorze ans pût, en aussi peu d’écoutes, retranscrire la partition. La polyphonie en était tout de même assez simple et les aspects répétitifs de l’œuvre, nés des nombreux versets du psaume, avaient facilité le travail du jeune homme. De plus, son père avait toujours cherché à mettre en valeur les qualités, il est vrai exceptionnelles, du génie que l’on connaît.

 



20 réactions


  • sheeldon sheeldon 6 avril 2012 11:23

    http://www.youtube.com/watch?v=oBJ3cQ5uyE4

    johan passion , j’y comprends rien et je m’en fout j’adore ....

    merci pour ce sujet qui change smiley


  • ariane walter ariane walter 6 avril 2012 12:22

    Ah ! Stupeur !
    Quelle merveilleuse idée !
    Je suis ravie (dans le sens premier de ce mot) par la musique sacrée.
    je l’écoute, en voiture, la nuit, à m’exploser les tympans ! Elle fait naître en moi une joie surnaturelle ! merci, merci, merci car je ne connaissais pas la plupart de ces morceaux.
    Oui, on entend des anges, on est au Ciel !

    Celui que j’ai le plus écouté récemment, l’alleluïa du Requiem de Mozart.

    Bien à toi et merci encore.


    • sortec sortec 6 avril 2012 13:55

      ça vaut quand même pas un discours de mélenchon


    • Stupeur Stupeur 6 avril 2012 14:04

      Bonjour ariane,

      Ah ! Merci !
      Oui, magnifiques ces voix d’ange qui chantent ensemble = un joli-choeur smiley 
       

    • ouallonsnous 9 avril 2012 09:59

      Ces musiques sont de celles qui tutoient les cieux, ou Dieu pour les croyants !

      Merci Stupeur d’ouvrir une parenthèse "enchantée" dans l’actualité, merci pour l’éclectisme de cette compilation !


  • gordon71 gordon71 6 avril 2012 12:41

    bonjour stupeur 


    divin et sublime 

    je rajoute charpentier à votre sélection le haendel Français 


    • Stupeur Stupeur 6 avril 2012 16:19

      Bonjour gordon71,


      Ah oui c’est très beau !
      Donc je mets Charpentier sur ma liste, si jamais il y a un "Choeurs Celestes" bis... smiley 
       

    • Stupeur Stupeur 6 avril 2012 16:21

      Charpentier... et aussi Monteverdi, Scarlatti, Fauré et bien d’autres

       

  • juluch juluch 6 avril 2012 13:15

    Waou !!!


    Magnifique !!

    Merci pour ces liens Stupeur......................................bien loin de la politique !!

    Ça donne des frissons !!

    Un grand merci pour ces vidéos !!!

    • Stupeur Stupeur 6 avril 2012 17:08

      Bonjour juluch, 

      Au départ je voulais faire quelque chose autour de l’Agnus Dei de Barber et puis, finalement, il n’est même pas dans la sélection finale... C’est tout moi ça smiley 
       

    • juluch juluch 6 avril 2012 19:07

      En tout cas c’est une excellente idée.....merci encore.


  • gabriel13 gabriel13 6 avril 2012 15:44

    Merci Alice de relayer sur ce site cette divine musique.


    • Stupeur Stupeur 6 avril 2012 18:12

      Bonjour gabriel,

      Tiens, en te voyant je me dis pour la énième fois : il faudrait quand même penser à regarder Les ailes du désir un de ces jours...  smiley 
       

  • Susanoo ! Susanoo 6 avril 2012 19:11

    On en veut encore plus !
    Je kif.


  • Aita Pea Pea 6 avril 2012 19:31

    Merci ,je ne connaisais pas Lauridsen.Morceau à vue de guitare en Ré Majeur,1er renversement:tierce donc Fa dièse Phrygien :ça sonne !


  • Aita Pea Pea 6 avril 2012 21:08

    A noter qu’il existe aux iles Australes (Polynésie Française) des chants religieux qui utilisent le quart de ton sur des harmonies occidentales (ou le demi ton est la valeur minimale).C’est tres etrange pour nos oreilles,mais très beau. 


  • rastapopulo rastapopulo 7 avril 2012 00:15

    Ce qui me sidère chez Cheminade, c’est qu’il cite une citation d’un personnage sur le chant choral pour vouloir l’imposer à l’école et qu’il a raison !


Réagir