lundi 16 janvier - par Un gars lambda

La fin des petits-commerces - dégradation du tissu social


 

De plus en plus de boutique se ferment.
Des boulangeries, des salon de coiffures, mais aussi des drogueries, des marchands de chaussures, de mode, des boutiques de cultures comme les disquaires, les vidéos clubs, des librairies.
On a oublié que ces boutiques et ces petits commerces sont aussi des lieux de notre quotidien, dans lesquelles ont a pu avoir des souvenirs, des boutiques qui sont aussi des lieux humains, des lieux de rencontres.

 



3 réactions


  • #WorldPeaceNow* Pilule Rouge 16 janvier 16:28

    Où j’habite (dans une grande ville touristique), c’est l’inverse, il y a de plus en plus de boutiques de souvenirs et des salons de coiffures tenus par des maghrébins qui s’ouvrent et c’est pas cher ! (10 euros la coupe de cheveux). Par contre là où je galère c’est pour trouver un réparateur électro-ménager près de chez moi (un métier d’avenir ?)...
    Quant aux librairies et aux disquaires c’est vrai que quelques uns ont fermé, mais ils reste les plus pittoresques (les gens auront toujours besoin de chaleur humaine).


  • Un gars lambda Un gars lambda 16 janvier 16:34

    Oui, ils auront toujours besoin de chaleur humaine


  • vesjem vesjem 17 janvier 10:00

    en angleterre, où je me rends souvent, il habituel de compter de très nombreuses petites boutiques dans les petits villages ou villes de moins de 30000 habitants ;
    hélas pour eux, j’ai constaté la construction d’un supermarché d’un hectare dans la ville de "gainsborough" (20000hab) ; le début de la fin pour le petit commerce ;
    je suppose qu’une politique d’expansion de super et d’hyper à dû commencer chez eux, "favorisée" par le versement ici ou là de quelques pots de vin bien dirigés vers les élus locaux


Réagir