mercredi 8 février - par Svetlana Kissileva

Mise en alerte de l’armée russe !

Moscou lance un avertissement clair à Kiev et un message fort à l’Occident.

 

Dans cette escalade des opérations militaires du Donbass et que Kiev ne semble pas vouloir arrêter, la Russie vient de “marquer” avec force sa zone d’influence dans laquelle se trouve légitimement les territoires russes bordant sa frontières avec l’Ukraine.

 

 

Les forces aérospatiales russes qui ont été réorganisées en 201( sont la force la plus puissante de l’armée russe, elles comprennent les forces aériennes tactiques, stratégiques, les forces de missiles antiaériens, le programme spatial de le Russie etc…

 

Leur “inspection inopinée” annoncée mardi par le ministre Choigou de la Défense signifie que le maillage de défense anti-missiles et d’avions de combats déployé le long des frontière de la Fédération de Russie et autour des centres névralgiques du pays vient d’être mis en “alerte maximale”


Cette mise en alerte maximale intervient au moment de l’explosion de la situation dans le Donbass et surtout du retour sur le front d’une ville de Donetsk à nouveau bombardée d’armes de destructions massives ukrainiennes. La veille, les forces armées de la République de Donetsk avaient également élevé au plus haut niveau leur alerte opérationnelle.

 

La Russie, sans intervenir directement dans le conflit (contrairement au fantasme propagandiste occidental) a toujours “marqué” (et légitimement) ce territoire du Donbass comme appartenant à sa zone d’influence, tant historiquement (le territoire était encore dans l’empire russe au début du XXème siècle), culturellement (sa population, issue d’une migration minière est très majoritairement russe), économiquement (le Donbass appartient au bassin économique du Don), etc….

 

Aujourd’hui, la retour d’une guerre ouverte dans le Donbass excitée par un pouvoir ukrainien qui prétend se battre contre l’armée russe, a toute les raisons d’inquiéter Moscou, tant pour la sécurité de la population civile du Donbass qui appartient au Monde Russe, que l’intégrité de ses propres frontières, menacée par un régime qui veut ouvrir son territoire aux bases de l’OTAN.

 

Depuis le conflit syrien, les forces aérospatiales russes ont perfectionné leur préparation au combat et leurs matériels et procédures, et leur niveau opérationnelle n’est plus à prouver. Donc, cette mise en alerte de leurs unités (terrestres et embarquées) au moment où Porochenko est tenté par une fuite en avant vers la guerre totale ne peut être qu’un avertissement fort lancé contre Kiev.

 

Erwan Castel, volontaire en Novoriossiya

 

Sources : chaines de TV fédérales russe, Gazeta.ru

 

http://novorossia.today/mise-en-alerte-de-larmee-russe/

 



13 réactions


  • Psychorigide Psychorigide 8 février 17:02

    Si Trump a un minimum de pouvoir, il passe un coup de fil à l’illuminé de Kiev et c’est fini. Sinon, il consent...


  • Qamarad Qamarad 8 février 19:17

    Dans cette escalade des opérations militaires du Donbass et que Kiev ne semble pas vouloir arrêter, la Russie vient de “marquer” avec force sa zone d’influence dans laquelle se trouve légitimement les territoires russes bordant sa frontières avec l’Ukraine

    L’argument de la légitimité ne tient pas. Le Kremlin veut a minima que les pays européens qui lui sont limitrophes ne posent aucun problème, voire prompts à satisfaire ses exigences. Il faut voir le chantage à l’énergie exercé sur la Biélorussie qui a forcé Lukachenko (pourtant guère occidentalo-compatible) à s’ouvrir à l’ouest.
    De même l’attitude envers la Finlande dont on ne supporte pas visiblement la leçon infligée lors de la dernière guerre smiley


    • Svetlana Kissileva Svetlana Kissileva 8 février 19:53

      @Qamarad Et ce que fait l’Europe là est légitime ? Ou la France qui trouve que Al-Nosra fait du bon boulot ? Ou les US qui renversent les gouvernements ? Come en Libye, par exemple. Ou encore en cette même Ukraine où un coup d’Etat a été orchestré.


    • Psychorigide Psychorigide 8 février 20:11

      @Qamarad

      L’argument de la légitimité ne tient de toute façon jamais, face à l’argument géopolitique. Ensuite les pays de l’Est sont revenus du pipeautage européiste. La Russie a de beaux jours devant elle.... Et cessez de revenir à la dernière guerre, ca fait ringard et surtout pas realpolitik *


    • Qamarad Qamarad 8 février 20:18

      @Svetlana Kissileva
      Ce que je vous dis simplement, c’est qu’il faut arrêter de parler de "légitimité". C’est un rapport de force, souvent brutal (voir la dernière péripétie avec Loukachenko).

      Ensuite, parlons-en du cas ukrainien ! La Kremlin aura beau répéter "anticonstitutionnel, anticonstitutionnel" autant que ça lui chantera, si Ianoukovitch a été éjecté, c’est d’abord parce que les ukrainiens étaient mécontents de la corruption ubuesque du régime (on a pu voir ses charmants palais quand il s’est fait la malle) et de sa soumission manifeste à la Russie (l’épisode où il changea d’avis en 48 heures après avoir voulu s’ouvrir à l’Europe parce que Poutine l’avait convoqué était assez comique).

      Les types du Kremlin ne s’émeuvent pas autant : ils avaient un pion, Ianoukovitch, qu’une partie des ukrainiens a foutu dehors aidé en cela par une ingérence occidentale, alors, ce qu’ils veulent maintenant, ce sont des frontières sûres (garantie a minima) par la création d’une zone tampon (république de donestk).

      Je ne suis pas parti prenante dans ce conflit : en tant que français, ça me paraît franchement éloigné, mais la moraline du FSB, on s’en passerait volontiers smiley


    • Qamarad Qamarad 8 février 20:22

      @Psychorigide
      Et cessez de revenir à la dernière guerre, ca fait ringard et surtout pas realpolitik

      Si j’ai mentionné cet épisode, c’est qu’en Russie, ça a laissé des traces. Leur grandiloquence cache une profonde rancoeur. A ce sujet, le plus grand sniper du conflit n’est pas Vassili zaïtsev, mais simo häyhä


    • Svetlana Kissileva Svetlana Kissileva 8 février 21:41

      @Qamarad vous avez raté pas mal d’épisodes. Une petite piqûre de rappel :
      https://en.wikipedia.org/wiki/Agreement_on_settlement_of_political_crisis_in _Ukraine

      Evidemment, les garanties des leaders européens ne valent rien, n’est-ce pas ?

      Sinon, le peuple du Donbass qui en a marre des oligarques comme Porochenko et les autres, vous en faites quoi ?


    • pegase pegase 9 février 02:21

      @Qamarad

      Posez la question au pouvoir exécutif américain, s’ils accepteraient un tel conflit aux abords de leur frontière .... J’en doute fortement, en plus on sait parfaitement qui sont les instigateurs de cette guerre, toujours les mêmes à jouer avec le feux avec les nazis ...


    • goc30 9 février 11:01

      @Qamarad
      si Ianoukovitch a été éjecté, c’est d’abord parce que les ukrainiens étaient mécontents de la corruption ubuesque du régime (on a pu voir ses charmants palais quand il s’est fait la malle) 

      Depuis la fumeuse révolution ukrainienne, j’ai appris à me méfier des commentaires de journalistes, surtout quand il s’agit de la Syrie et de l’Ukraine (quand on parle de combats entre armée et rebelles, cela donne en Syrie : "L’État massacre la population civile", et en Ukraine : "Les combats avec les rebelles, ont repris").

      Et puis je ne suis pas sûr que nous autres français sommes les mieux placés pour critiquer la mégalomanie de dirigeants d’un autre pays de 60 millions d’habitants. Entre nos châteaux, nos Fillion, et autres festivités à la gloire de nos dirigeants, on aurait du mal à donner des leçons de modestie.

      Quand à la corruption, aujourd’hui il est reconnu que l’aide internationale n’arrive qu’a hauteur de 40% à la population, les 60% restants étant détournés par .. les dirigeants actuels. Bravo l’honnêteté.


    • Soi même 10 février 01:33

      @Qamarad, ( De même l’attitude envers la Finlande dont on ne supporte pas visiblement la leçon infligée lors de la dernière guerre ) A pour la leçon cela a été une raclé pour l’armée rouge gros com.


  • microf 9 février 00:08

    La Russie ne s´énerve jamais lorsqu´elle est attaquée, elle médite.
    Les Russes tardent á se mettre en selle, mais ensuite, ils chevauchent très vite.
    Les autorités Ukrainiennes devraient méditer ces deux proverbes.
    J´espère que le problème de l´Ukraine sera bientôt règlé, car il n´a que trop duré, il faut passer á un autre problème, car il y en a assez.


    • sls0 sls0 9 février 04:02

      @microf
      Contrairement aux américains les russes ne sont pas équipés pour se projeter, eux c’est la défense où ils sont excellents.
      Ils défendent leur frontière.
      Stratégiquement ou militairement parlant, la défense de leur frontière commence à 600km des dites frontières.
      Les armées dans cette zone de 600km ne sont pas des frelons mais plutôt mouches à merde.
      Non les russes ne se projettent pas mais à 600km de leurs bases arrières ils sont à l’aise, l’Ukraine est dans cette zone, ce doit faire 15-20 ans que tout les plans et scénarios sont prêt et mis à jour.

      Si un jour les russes doivent se défendre même à titre préventif (dans une bagarre celui qui tape le premier a toutes ses chances dixit Poutine) je crois bien que l’Ukraine n’existera pas ou vraiment peu de temps.


  • Hijack ... Hijack ... 9 février 00:19

    Tout compte fait ... les provocations contre la Russie ne feront que la conforter : dans la vérité, dans l’histoire ... avec le soutien du peuple russe en très large majorité. Surtout, ces chatouillettes à ses frontières ne feront que la renforcer stratégiquement et enfin ... en premier lieu militairement. L’Otan s’attend à une précipitation, à une erreur de décision russe ... que l’Otan se rassure et s’assoit sur tous ses derniers échecs : la Russie ne fera pas d’erreur, n’attend que le premier feu pour ouvrir le sien. Et comme tjrs, les provocateurs, seront les chialeurs.


Réagir